Jeremy Irons change de rôle et s’exprime sur les déchets à Bruxelles

Jeremy Irons.jpg

Les gens doivent modifier leurs habitudes de « consumérisme à l’état pur » si l’UE veut réduire l’énorme problème des déchets, a déclaré l’acteur britannique Jeremy Irons lors d’une conférence à Bruxelles.

La Commission européenne a organisé la conférence en présence de Jeremy Irons et de Janez Poto?nik, le commissaire en charge de l'environnement, à l'occasion de la publication jeudi (7 mars) du livre vert de l'UE sur les déchets plastiques et la promotion du nouveau documentaire de l'acteur Trashed.

Le livre vert vise à amorcer des discussions sur la manière de rendre les produits plastiques plus durables tout au long de leur cycle de vie et à réduire les conséquences des déchets plastiques sur l'environnement.

« Nous devons prendre plus de temps. Nous avons du temps pour des choses que nous estimons importantes. Si les gens étaient sensibilisés au suivi [de l'élimination des déchets]…, le consumérisme à l'état pur ne fonctionnerait pas », a déclaré M. Irons à des journalistes.

« Il est dorénavant vraiment temps de réfléchir. L'ancien modèle n'a pas bien fonctionné, surtout dans cette partie du monde. »

Le lauréat d'un Oscar a admis qu'il était « un patriotard et non un décideur politique », mais qu'il tentait de sensibiliser la population aux conséquences des déchets plastiques, dont la libération des perturbateurs endocriniens. Il a également ajouté qu'il souhaitait modifier les habitudes en matière de déchets et promouvoir le recyclage.

L'UE dispose d'un grand nombre de règles sur les déchets, dont la directive relative aux emballages et aux déchets d’emballages publiée il y a 19 ans et la directive relative aux déchets de 2008. Il n'existe cependant aucun objectif particulier sur le recyclage du plastique et l'impact grandissant sur l'environnement a déclenché des appels en faveur d'une réglementation spécifique.

Alors que la quantité de matières recyclées est en hausse, l'UE continue de mettre à la décharge ou d'incinérer 60 % des déchets municipaux, selon Eurostat. Seuls 25 % des plastiques non décomposables sont recyclés et ces derniers représentent 80 % des détritus marins.

Société du gaspillage

M. Poto?nik a mis en évidence le besoin de changement sociétal en vue de réduire l'incidence des déchets et de mettre en lumière des régions italiennes (Capannori) et du Pays basque en Espagne (Gipuscoa), car la production de déchets y est quasiment nulle.

« Le plastique est souvent perçu comme un matériau bon marché et jetable dans notre société "de gaspillage" et les taux de recyclage sont bas », a-t-il déclaré. « La moitié des déchets plastiques produits en Europe atterrissent dans les décharges. Cette [situation] devrait être évitée parce que le plastique peut contenir des composants dangereux et la mise [en décharge] peut libérer des émissions indésirables et des résidus polluants concentrés. »

Selon M. Poto?nik, l'élimination des déchets représente toutefois une « énorme chance » pour l'efficacité des ressources. Il a admis que de nombreuses industries dans le monde dépendaient du plastique et a ajouté qu'il était « en faveur d'une dématérialisation du secteur afin de garder l'industrie en Europe. »

Le commissaire s'est fait l'écho de M. Irons qui demandait que le reste du monde poursuive davantage de politiques durables en matière d'élimination des déchets. « En raison de la croissance de la population mondiale, il n'existe aucune chance de répéter certaines évolutions de l'Occident », a-t-il déclaré

M. Irons a critiqué le commerce autour de l'élimination des déchets en raison de ses « intérêts personnels », qui empêchaient la société de s'attaquer pleinement au problème des déchets plastiques de la même manière que l'alcool au volant. « J'espère que certaines personnes seront gênées de leur mode de vie confortable », a-t-il indiqué.

Conformément au livre vert, la consultation publique durera jusqu'au début du mois de juin 2013 et d'autres mesures politiques seront prises sur les déchets plastiques en 2014. L'exécutif européen poursuit la rédaction d'une proposition règlementaire relative aux sacs en plastique à usage unique.

Satu Hassi, eurodéputée finlandaise et porte-parole des Verts sur l'environnement, a déclaré : « Le retard dans la législation de l'UE sur les sacs en plastique à usage unique fait malheureusement de l'ombre au livre vert d'aujourd'hui sur les déchets plastiques. Malgré de vastes consultations et une évaluation d'impact complète, cette proposition de législation, prévue pour le premier semestre de 2013 a été reportée. Un retard à ce stade n'est pas anodin puisqu'il compromet les chances d'adopter cette [législation] au cours de ce mandat législatif, et donc avant 2015.

« On reconnaît enfin que la grave crise environnementale est provoquée par les déchets plastiques, notamment dans nos mers et océans. Étant donné que 10 millions de tonnes de déchets, principalement du plastique, aboutissent dans les milieux marins chaque année, une action urgente est nécessaire. Le livre vert de la Commission établit ce constat, mais cette reconnaissance ne vaut pas grand-chose sans mesures concrètes. Il ne suffit pas de plaider en faveur de l'efficacité des ressources sans mettre en oeuvre une mesure concrète. C’est la raison pour laquelle je déplore le retard des propositions législatives destinées à réduire l'utilisation des sacs plastiques à usage unique, une source majeure des déchets plastiques. »

L'eurodéputée verte danoise Margrete Auken a déclaré : « Ne plaidons pas en faveur des incinérateurs. [L'UE] a besoin d'un système d’imposition vert afin d'encourager un changement de comportement. »

« La révision de la directive relative aux décharges en 2014 offre l'occasion de modifier la politique en matière d'efficacité des ressources. L'intégration d'une interdiction des décharges pour les déchets plastiques dans la directive stimulera le secteur du recyclage du plastique et libérera plus de plastiques pour la récupération de l'énergie en vue de produire de l'électricité et de la chaleur. Cela mènera finalement à la création d'emploi et réduira la dépendance de l'Europe vis-à-vis des importations d'énergie », a déclaré Dr Wilfried Haensel, le directeur général de PlasticsEurope.

 

La Fédération européenne des activités de la dépollution et de l'environnement (FEAD) a indiqué dans un communiqué :

« Il est extrêmement important d'éviter de mettre en décharge des déchets plastiques en vue de placer les traitements à un échelon supérieur de la hiérarchie des déchets. Surtout dans les pires États membres, ce ne sera possible que si des mesures appropriées sont introduites afin de mettre en place une infrastructure moderne de la gestion des déchets et de compléter des instruments économiques, comme une responsabilité élargie du producteur et des mesures fiscales. Dans ce cadre, les fonds futurs de l'UE ne devraient être octroyés qu'à des projets de gestion des déchets conformes à la hiérarchie des déchets. » 

La stratégie thématique de l'UE pour la prévention et le recyclage des déchets (2005) a pour objectif de soutenir l'émergence d'une société européenne du recyclage qui éviterait le gaspillage et utiliserait les déchets comme une ressource.

La directive relative aux déchets révisée par l'Union, qui aurait dû être transposée dans le droit national au 12 décembre 2010, comprend une hiérarchie des déchets contraignante qui définit des priorités en matière de traitement des déchets.

Cette hiérarchie promeut la prévention des déchets, suivie de la récupération, du recyclage et de la réutilisation. Les décharges ne peuvent être utilisées qu'en dernier ressort.

Pour se conformer à cette directive, les États membres de l'UE sont obligés de définir des plans d'action de gestion des déchets après avoir analysé leur situation actuelle en la matière.

Les pays devront également mettre en place des programmes de prévention des déchets d'ici fin 2013 dans le but de rompre le lien entre croissance économique et impacts sur l'environnement liés à la génération de déchets.

  • Juin 2013 : fin de la consultation publique conformément au livre vert
  • 2014 : d'autres mesures sur les déchets plastiques en 2014

Documents officiels de l'UE

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.