L’austérité fait grimper le taux de suicide en Grèce

Depressed and broke. Athens, September 2011. [Mehran Khalili/Flickr]

Les mesures d’austérité du gouvernement grec ont un lien direct avec l’augmentation du nombre de suicides chez les hommes, révèle une étude universitaire britannique.

Les chercheurs de l’université de Portsmouth, au Royaume-Uni, indiquent que chaque réduction de 1 % des dépenses publiques en Grèce provoque une augmentation du taux de suicide de 0,43 % chez les hommes. Entre 2009 et 2010, 551 Grecs ont mis fin à leur jour « seulement en raison de l’austérité budgétaire », a expliqué au Guardian Nikolaos Antonakakis, coauteur de l’étude.

« Cela représente près d’une personne par jour. En 2010, environ deux personnes se suicidaient quotidiennement, dont la moitié à cause de l’austérité », a poursuivi Nikolaos Antonakakis.

Selon l’économiste Alan Collins, également coauteur du rapport, il existe une différence évidente entre les sexes, puisque le taux de suicide chez les femmes n’a pas augmenté de manière significative au cours de la même période.Les hommes entre 45 et 89 ans font partie de la tranche de la population à risque étant donné qu’ils sont les plus susceptibles de subir une diminution des salaires et des retraites.

Une autre conséquence de l’austérité en Grèce est une augmentation de 200 % du nombre d’infections au VIH depuis 2011, alors que les budgets consacrés à la prévention ont été revus à la baisse. Enfin, la consommation de drogues a augmenté et le taux de chômage a atteint 50 % de la population active. Le pays méditerranéen a aussi connu son premier cas de paludisme depuis des décennies, après que le gouvernement a coupé le budget pour des programmes de pulvérisation d’insecticides antimoustiques.

L’organisation caritative The Samaritans a indiqué dans un communiqué que le lien entre le chômage et le suicide était évident ; une tendance qui se renforce durant les périodes de récession.

« Les personnes les plus démunies ont une espérance de vie plus courte, ont des problèmes d’ordre physique et psychique et présentent également le taux de décès par suicide le plus élevé. Ces inégalités nécessitent une réponse de la part de services comme The Samaritans », peut-on lire dans le communiqué.

Environ 508 suicides se sont produits en 2012, selon les données publiées le mois dernier par l’autorité statistique hellénique (ELSTAT). Il s’agit d’une augmentation de 36 % par rapport à 2008, avant que la crise économique ait commencé.

Contexte

La crise de la dette dans la zone euro a contraint certains gouvernements à réduire considérablement leur budget de santé publique pour limiter les déficits. 

La Grèce est l'un des pays qui a pris les mesures les plus sévères, mais l'Espagne et d'autres États comme la France et la République tchèque ont adopté des mesures semblables. 

 >> Lire le LinksDossier d'EURACTIV : Austérité : les systèmes de santé en péril

Plus d'information

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.