L’obésité pourrait toucher un être humain sur deux en 2030

L’obésité touche actuellement 2,1 milliards d’individus sur la planète. [(Credit: [Africa Studio]/Shutterstock)]

Le nombre d’obèses représente déjà près d’un tiers de la population, selon une étude de McKinsey. Si l’obésité a un impact sur la santé, elle représente également un poids pour l’économie.

L’obésité touche actuellement 2,1 milliards d’individus sur la planète, soit environ 30 % de la population mondiale. Et les scientifiques s’attendent à ce que cette tendance continue sa progression pour toucher la moitié des être humains d’ici 2030, selon une étude du le McKinsey Global Institute publiée dans la revue The Lancet Diabetes & Endocrinology.

L’excès de poids se calcule grâce à l’indice de masse corporel (IMC). Cela correspond au poids divisé par la taille au carré. On parle de surpoids lorsque l’IMC est supérieur ou égal à 25. Avec un IMC supérieur à 30, on parle d’obésité à un IMC.

L’obésité serait à l’origine de près de 5 % des décès dans le monde. Selon l’étude, l’obésité est l’un des trois principaux fardeaux sociaux dans le monde générés par les êtres humains après le tabac ainsi que les violences par armes, la guerre et le terrorisme. Cette maladie pèse également sur l’économie à hauteur de 2 mille milliards de dollars (1626 milliards d’euros) soit 2,8 % du PIB mondial, selon McKinsey.

Alors qu’auparavant on estimait que le phénomène se cantonnait au pays riche, l’obésité progresse considérablement dans les pays en voie de développement.

16 % d’obèses en France

Selon la Commission européenne, les problèmes de poids concernent 52 % des Européens. Soit un adulte sur deux et près d’un enfant sur trois. En France, le taux d’obèse atteint les 16 % selon une étude de la MGEN réalisée en 2014.

>> A lire aussi : La mauvaise hygiène de vie des Européens favorise l’obésité

Au Royaume-Uni, le deuxième pays le plus touché par l’obésité après les États-Unis, elle est le deuxième plus grand impact généré par les humains derrière le tabac. L’obésité pèse à hauteur de 73 milliards de dollars (59 milliards d’euros) sur l’économie britannique, soit 3 % de leur PIB.

L’obésité peut réduire l’espérance de vie de huit ans

Selon une étude de l’université McGill de Montréal, les personnes souffrant d’obésité ou d’obésité sévère peuvent perdre jusqu’à huit ans d’espérance de vie et jusqu’à 19 années de vie en bonne santé. D’après le Dr Steven Grover qui a conduit l’étude, plus le surpoids survient tôt dans la vie d’un individu, plus l’impact sur sa santé sera important.

Les gens en surpoids perdent entre 0 et 3 ans d’espérance de vie, selon l’étude. Les obèses, dont l’IMC se situe entre 25 et 30) perdent entre un et six ans, tandis que les grands obèses voient leur espérance de vie réduite d’une à huit années. Par ailleurs, la perte de vie est beaucoup plus importante chez les jeunes adultes entre 20 et 29 ans. Ces derniers peuvent en effet perdre jusque 19 ans de leur espérance de vie s’ils souffrent d’obésité sévère.

De même, le document montre que l’obésité est associée à un risque important de développer des maladies cardiovasculaires, des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou du diabète. Cela va ainsi contribuer à réduire l’espérance de vie et les années de vie en bonne santé, par rapport aux individus de poids normal.

Environ quatre millions de personnes en Europe et 1,5 million de personnes dans l’Union européenne meurent chaque année de maladies cardiovasculaires, selon l’European Heart Network (EHN) et la Société européenne de cardiologie (ESC).

>> A lire aussi : Revoir notre mode de vie pour éviter les maladies cardiovasculaires

Réduire l’obésité

Selon l’étude du McKinsey Global Institute, l’éducation et la responsabilité personnelle sont des éléments essentiels des programmes visant à réduire l’obésité mais ils ne suffisent pas. Il y a également un effort à fournir pour modifier l’environnement et des normes sociales.

 Il s’agit notamment de réduire la taille des portions de nourriture, l’évolution des pratiques de marketing et l’évolution des environnements urbains et de l’éducation pour faciliter l’activité physique.

L’étude préconise également d’impliquer tous les secteurs d’activité pour encourager les individus à lutter contre l’obésité. Ainsi les gouvernements et les entreprises doivent s’associer pour trouver des solutions aux problèmes de santé publique.

>> A lire aussi : L’UE devrait se concentrer sur la prévention pour lutter contre l’obésité

L'obésité est l'état d'un individu dont le taux de graisse corporelle est largement supérieur à ce qui est souhaitable ou acceptable au point de nuire à la santé, de réduire l'espérance de vie et/ou d'accroître les problèmes de santé.

Une personne est obèse lorsque son indice de masse corporelle (IMC) dépasse 30 kg/m2. L'IMC se calcule en divisant le poids d'une personne en kilogrammes par sa taille en mètres au carré.

L'obésité accentue la probabilité de nombreuses maladies, surtout des maladies cardiaques, des diabètes de type 2, l'apnée obstructive du sommeil, certains types de cancer et l'arthrose.

Subscribe to our newsletters

Subscribe