La Commission européenne achète 110 000 doses de vaccin pour lutter contre la variole du singe

Les vaccins, une contre-mesure contre la variole du singe, ont été mis au point pour lutter contre la variole, un virus de la même famille que la variole du singe. [SHUTTERSTOCK/angellodeco]

La commissaire à la Santé de la Commission européenne, Stella Kyriakides, a signé un accord pour l’achat d’environ 110 000 doses d’un vaccin contre la variole du singe, au nom des États membres, a-t-elle annoncé mardi (14 juin).

La Commission, par l’intermédiaire de l’Autorité européenne de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire (HERA) et du mécanisme EU4Health, a acheté des vaccins antivarioliques de troisième génération qui sont efficaces contre le virus de la variole du singe. Les premières livraisons de vaccins sont attendues à la fin du mois de juin.

« C’est la première fois que nous utilisons des fonds de l’UE pour acheter des vaccins que nous pourrons ensuite distribuer aux États membres », a déclaré Mme Kyriakides à la veille du Conseil EPSCO.

Mme Kyriakides a également ajouté que « cela montre ce que nous pouvons faire lorsque nous travaillons ensemble et la force d’avoir les structures en place afin de pouvoir répondre immédiatement à une crise comme celle que nous connaissons actuellement. »

Les cas de variole du singe continuent d’augmenter et, à la date de lundi (13 juin), environ 900 cas ont été signalés dans 21 pays de l’UE/EEE, avec quelque 500 cas signalés en dehors de l’UE dans des pays non endémiques. L’Espagne, le Portugal et l’Allemagne ont signalé la plupart des cas dans l’Union européenne, tandis que le Royaume-Uni a enregistré le nombre le plus élevé de cas dans le monde.

Les cas sont généralement bénins et aucun décès n’a été signalé, mais le virus peut présenter des risques pour les personnes vulnérables.

Les vaccins achetés par l’UE ont été initialement mis au point pour lutter contre la variole, un virus de la même famille que la variole du singe.

« Nous savons que le vaccin contre la variole peut être utilisé pour la variole du singe avec un haut niveau d’efficacité », a confirmé Sylvie Briand, directrice du département de préparation aux risques infectieux mondiaux de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), lors d’un point de presse mercredi (8 juin).

Le porte-parole de la Commission a précisé que les vaccins ne seront pas utilisés pour une vaccination de masse, mais plutôt pour certains groupes, car le virus se propage par contact étroit de peau à peau.

« La vaccination sera limitée à des cas très spécifiques car la transmissibilité du risque lié au virus n’est pas comparable, par exemple, aux risques que nous connaissons dans le contexte de la Covid-19 », a précisé le porte-parole.

Augmentation des cas de variole du singe : il faut assurer l’approvisionnement en vaccins et en traitements

L’Autorité de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire (HERA) coordonne l’achat de vaccins et de produits thérapeutiques contre la variole du singe pour les États membres de l’UE, alors que le virus continue de se propager en dehors des pays endémiques.

Se transmet uniquement par un contact étroit

La directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) Andrea Ammon, lors d’un échange avec la commission de la Santé du Parlement (ENVI) mardi 14 juin, a confirmé que cette maladie zoonotique, la variole du singe, ne se propage pas facilement entre les personnes.

« Pour se propager entre humains, il faut un contact étroit avec des éléments infectieux provenant de lésions cutanées d’une personne infectée, ou par des gouttelettes respiratoires avec un contact prolongé en face à face ou des fomites », a-t-elle déclaré.

Mme Ammon a ajouté que « dans l’épidémie actuelle, la localisation de la lésion suggère que la transmission a lieu lors de contacts sexuels ».

Jusqu’à présent, la plupart des cas sont observés chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, mais il est important de souligner que la maladie peut se propager dans n’importe quel groupe.

« La probabilité que la variole du singe se propage chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, ainsi que chez leurs contacts proches, est considérée comme élevée dans l’UE/EEE. Toutefois, il convient de noter que la probabilité de propagation à l’ensemble de la population est faible », a déclaré Mme Ammon aux législateurs.

Mme Ammon a souligné l’importance de la sensibilisation et de la communication des risques.

« Plutôt que d’annuler [les rassemblements de masse], ceux-ci devraient être considérés comme une opportunité de sensibilisation aux risques et aux symptômes, […] », a-t-elle souligné.

Variole du singe : les pays invités à se concentrer sur le diagnostic et la traçabilité des contacts

Les autorités sanitaires ont été invitées à rester vigilantes, à renforcer la surveillance et à faciliter la traçabilité des contacts, car des cas de variole du singe continuent d’apparaître dans des pays où la présence du virus est inhabituelle.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe