La lutte contre l’excision avance en Guinée

L’excision féminine sévit en Guinée, notamment à cause des traditions culturelles et de la pression sociale. [Pierre Holtz UNICEF/Flickr]

En Guinée, 97 % des femmes ont subi des mutilations génitales, une pratique pourtant interdite par la loi. Pour lutter contre ce fléau, l’État et les ONG ont mis en place plusieurs initiatives. Un article de notre partenaire, Euroefe.

Le 28 décembre 2015, Koumba Tonguino, une fillette guinéenne de cinq ans, est décédée à la suite d’une excision. Les habitants du village de la préfecture de Guéckédou ont fait croire aux parents qu’un mauvais sort jeté par les sorciers du village avait causé la mort de leur fille. Pourtant, par les responsables de la mort de la petite fille se trouvait son grand-père.

En Guinée, la plupart des femmes subissent des mutilations génitales, une pratique pourtant interdite par la loi depuis 2010. Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et pour la population (FNUAP), l’excision féminine sévit en Guinée, notamment à cause des traditions culturelles et de la pression sociale.

En effet, les femmes dont le clitoris n’a pas été enlevé sont encore considérées comme « sales » ou « impures ». De plus, une autre fausse croyance circule sur le fait que le prophète Mahomet aurait recommandé l’excision féminine. Et lorsqu’il y a des complications, la population accuse les mauvais esprits.

En 2008, l’UNICEF et le FNUAP ont lancé un programme commun contre la mutilation génitale féminine et l’excision dans 17 pays, qui est actuellement évalué par une délégation de la commission du développement du Parlement européen, présidée par Norbert Neuser, eurodéputé allemand du S&D.

Maria Noichl, une eurodéputée allemande du S&D, et Adam Szejnfeld, un eurodéputé polonais du PPE, font également partie de la délégation qui s’est rendue en Guinée du 4 au 6 avril pour évaluer le programme commun et d’autres projets financés par l’UE dans le secteur de la santé, notamment sur le virus Ebola qui a touché le pays entre 2014 et 2016.

En Guinée, Ebola a aussi permis d'améliorer le système de santé

L’épidémie d’Ebola, qui a tué plus de 11 000 personnes en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016, a permis aux experts de tirer des leçons afin d’améliorer les services de santé en Guinée. Un article de notre partenaire, Efe-Epa.

 

Les eurodéputés ont rencontré les autorités sanitaires guinéennes et des responsables d’organisations telles que l’UNICEF, le FNUAP ou l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Un des pays les plus touchés par les mutilations génitales féminines

Selon les estimations de l’OMS, entre 100 et 140 millions de filles et de femmes dans le monde ont subi une mutilation génitale. En Afrique, on estime que trois millions de filles par an risquent de subir ce type de mutilations.

La Guinée reste l’un des pays les plus touchés par cette pratique : 97 % des femmes entre 15 et 49 ans ont subi une excision entière ou partielle du clitoris. Cependant, la donne est en train de changer  : les mutilations génitales ont diminué de 46 % pour les filles de moins de 15 ans, selon des données de 2015 de l’UNICEF.

Cette même étude révèle que seulement 21 % des Guinéennes pensent qu’il faudrait mettre fin à cette pratique qui met leur vie et santé sexuelle en danger. Étonnamment, 38 % des hommes estiment qu’il faudrait y mettre fin.

Ces données sont plus encourageantes chez les adolescents (de 15 à 19 ans) : 27 % des adolescentes et 41 % des adolescents sont d’avis que l’excision devrait cesser.

L'Unicef s'alarme de la progression des excisions

Chaque année, un million d’enfants et de jeunes filles sont victimes de mutilations génitales. Malgré l’interdit, le nombre de cas augmente dans certains pays, selon Unicef. La Commission s’inquiète de l’ampleur du problème en Europe. Un article d’EURACTIV Allemagne.

Des sermons contre l’excision

Pour lutter contre les mutilations génitales féminines, les organisations en Guinée ont eu l’idée d’impliquer le ministère des affaires religieuses, la plus haute autorité islamique du pays, qui gère 3800 mosquées en Guinée.

Ainsi, la quatrième conférence nationale des ulémas, les spécialistes du Coran, a émis une fatwa [un avis sur une question d’ordre juridique ou théologique] statuant que l’excision était contraire à l’islam. Par la suite, ils ont diffusé dans toutes les mosquées deux sermons destinés à délégitimer cette pratique.

De plus, les écoles coraniques ont commencé à sensibiliser autour des conséquences catastrophiques de l’excision.

Le nombre de personnes impliquées dans la lutte contre ce fléau est impressionnant : 1 422 chefs religieux, 3 200 agents de protection de l’enfance, 2 556 enseignants des écoles primaires et 300 assistants sociaux, selon les données de l’UNICEF et du FNUAP.

Une campagne de sensibilisation a été menée : 20 femmes qui pratiquaient auparavant l’excision ont fait part de leurs témoignages et ont sensibilisé la population sur les conséquences désastreuses de cette tradition.

Le féminisme bien ancré des pays du Sud diffère du #MeToo

Dans les pays en développement, les femmes livrent aussi bataille dans la rue et sur les réseaux sociaux pour faire valoir leurs droits. Un article de notre partenaire El País – Planeta futuro.

 

Enfin, 32 jeunes ont été engagés et formés pour mener des débats sur l’excision et la violence de genre sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et Instagram. Cependant, seulement 10 % de la population a un accès internet, selon les statistiques de la Banque mondiale.

Des campagnes de sensibilisation qui commencent à l’école

Thierno Barry Maka, directeur adjoint de l’ONG Plan international, participe aux campagnes de sensibilisation en Guinée, où l’ignorance et la superstition règnent autour de cette question. Il a présenté aux eurodéputés de la délégation les projets réalisés dans le sud de la Guinée avec les 3,1 millions d’euros d’aides de l’UE.

Pour Plan international, les campagnes de sensibilisation doivent commencer à l’école. « Nous y organisons des projets pour la communauté, par exemple, nous intervenons en apportant un soutien psychosocial et nous cherchons à impliquer les structures de base des communautés » dans la prévention de la santé, a déclaré Therno Barry Maka.

L’année dernière, Plan international a formé 9 809 professionnels et volontaires sur des questions de santé et a organisé des ateliers sur la protection de l’enfance où se sont réunis 10 695 membres des communautés.

 

Avertissement légal

Ce projet a été cofinancé par l’Union européenne dans le cadre d’un appel d’offres du Parlement européen dans le domaine de la communication. Le Parlement européen n’a pas participé à son élaboration et n’assume aucune responsabilité ou n’est lié aux renseignements ou opinions exprimés dans le contexte de ce projet. Conformément à la législation applicable, les auteurs ont interrogé des citoyens, des éditeurs ou des médias, qui sont seuls responsables de leurs propos. Le Parlement européen n’assume également pas la responsabilité des préjudices, directs ou indirects, qui pourraient résulter de la mise en place du projet.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.