La pandémie a entraîné d’importants revers pour l’égalité des sexes, selon un nouveau rapport

La commissaire européenne à l’Égalité, Helena Dalli, prononce un discours lors d’un débat sur la montée de l’extrémisme de droite et du racisme en Europe, lors d’une session plénière au Parlement européen à Strasbourg, le 20 octobre 2021. EPA-EFE/FREDERICK FLORIN / POOL [FREDERICK FLORIN/EPA-EFE]

La pandémie de Covid-19 a eu un impact négatif sur l’égalité des sexes, la santé mentale et reproductive dans toute l’Europe, avec peu ou pas de progrès au cours des 12 derniers mois, selon un rapport présenté jeudi (28 octobre) par l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE).

Selon le rapport, le score global de l’UE dans le cadre de l’indice d’égalité de genre publié par l’institut est resté pratiquement stagnant par rapport à 2020. Il a augmenté de 0,6 % pour atteindre 68 points sur un total de 100 points.

« L’Europe a réalisé de fragiles avancées en matière d’égalité des sexes. Mais de fortes baisses apparaissent en raison de la pandémie de la Covid-19 », a déclaré la directrice de l’EIGE, Carlien Scheele.

L’indice est publié chaque année afin de déterminer le classement des pays de l’UE en matière d’égalité des sexes. Le rapport de cette année se concentre toutefois sur la santé et l’impact de la pandémie de coronavirus.

« Le thème d’aujourd’hui arrive à un moment opportun, puisque la plus grande crise sanitaire mondiale que nous ayons connue continue de mettre en évidence les inégalités entre les sexes », a déclaré la commissaire européenne à l’Égalité, Helena Dalli, lors de la présentation du rapport.

La pandémie a affecté les femmes de manière disproportionnée

Le rapport indique que les femmes sont plus exposées au risque de contracter le virus puisqu’elles sont surreprésentées dans le secteur de la santé. Par ailleurs, les travailleurs de la santé ont également été confrontés à une détresse mentale particulière, selon l’étude.

« La Covid-19 a eu un impact dévastateur sur les femmes et les filles », a déclaré Hans Henri Kluge, directeur du bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe, lors de la présentation. « Il a amplifié les inégalités existantes et fait peser une charge disproportionnée sur les femmes, y compris dans les établissements de soins », a-t-il ajouté.

La santé des femmes a été plus touchée par la pandémie de Covid-19 que celle des hommes

D’après Santé publique France, les femmes ont davantage contracté la Covid-19 en 2020 que les hommes à cause de leur position sociale. La pandémie a aussi eu un impact négatif sur d’autres aspects de leur santé.

Si les femmes sont plus susceptibles d’attraper la Covid-19, les taux d’hospitalisation sont relativement plus élevés chez les hommes. Selon les chercheurs, cela est lié à des conditions préexistantes plus fréquentes chez les hommes, comme les maladies cardiovasculaires et le diabète.

L’égalité des sexes a été affectée dans d’autres domaines que celui de la santé. Par exemple, les retombées économiques de la crise sont plus importantes et plus durables pour les femmes que pour les hommes, a expliqué Mme Scheele. Selon les chercheurs, cela s’explique par le fait que les femmes occupent des emplois différents de ceux des hommes et assument une part plus importante des soins non rémunérés.

Des besoins de santé non satisfaits

Le rapport constate également que l’accès aux services de santé n’est toujours pas universel au sein de l’UE. Si près de 3 % des hommes et des femmes font état de besoins non satisfaits en matière d’examens médicaux, le taux est particulièrement élevé pour certains groupes de femmes, notamment les personnes âgées ou moins instruites (4 %) et les familles monoparentales (5 %).

« L’égalité d’accès à des services de santé de bonne qualité, notamment en matière de santé et de droits sexuels et génésiques, permet aux femmes et aux hommes de mener une vie active dans la société », a déclaré Mme Dalli.

Elle a ajouté que, par le biais du programme EU4Health, la Commission était prête à aider les États membres à reconnaître « le droit fondamental de toute personne à un accès aux soins de santé, tel qu’il est inscrit dans la Charte des droits fondamentaux et le Socle européen des droits sociaux ».

La commissaire à la santé promet de rétablir les subventions aux ONG dans le cadre du programme EU4Health

La commissaire à la santé a promis que la Commission européenne rétablirait les subventions de fonctionnement pour les ONG de santé dans le cadre du programme EU4Health, après que les ONG de santé européennes ont protesté contre leur suppression.

Le programme EU4Health, doté de 5,3 milliards d’euros pour l’ensemble de l’UE, a été lancé pour répondre à la pandémie et vise à améliorer la résilience des systèmes de santé. Parmi les dix objectifs du programme figurent l’amélioration de l’accès aux soins de santé et la mise à disposition de produits et dispositifs médicaux à des prix plus abordables.

Outre le programme EU4Health, Mme Dalli a déclaré que la Commission luttait également contre les inégalités par le biais de la stratégie européenne en faveur de l’égalité hommes-femmes et du plan d’action européen pour le Socle européen des droits sociaux.

Des taux de natalité en baisse

L’accès aux traitements et aux services, « même dans les systèmes de santé les plus solides », a été mis à mal pendant la pandémie, a souligné Mme Dalli. « Les femmes et les jeunes filles ont notamment eu du mal à obtenir des informations et des produits d’hygiène menstruelle en raison de la fermeture des écoles, des restrictions de mobilité et de la détresse économique », a-t-elle ajouté.

Selon l’EIGE, l’accès restreint aux services de santé sexuelle et reproductive pourrait également expliquer la chute des taux de natalité depuis le début de la pandémie, notamment dans les pays les plus touchés par cette dernière. Les chercheurs ont également constaté que la détresse psychologique, l’incertitude économique et l’augmentation du travail de soin non rémunéré des femmes sont des facteurs qui ont conduit les couples à retarder ou à abandonner leur projet d’avoir des enfants.

Indépendamment de la pandémie, le rapport a constaté des lacunes dans l’accès des femmes aux soins de santé sexuelle et génésique. En effet, le rapport constate certains obstacles tels que la disponibilité limitée et le manque d’accès aux contraceptifs, les coûts élevés et la stigmatisation. Par ailleurs, l’accès à l’avortement sans risque et aux soins de santé maternelle reste inégal au sein de l’UE, selon l’EIGE.

 

Le Parlement européen demande des progrès en matière de santé sexuelle et reproductive des femmes

Le Parlement européen a voté en faveur d’une résolution sur la santé sexuelle et reproductive et les droits des femmes, jeudi (24 juin).

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe