La santé des Français passée au microscope

(Credit: [Andrey_Popov/Shutterstock])

L’Institut national de veille sanitaire donne le coup d’envoi d’une vaste étude de santé publique, afin d’examiner la santé des Français sous toutes les coutures. Elle comporte 3 volets: l’environnement, l’alimentation et l’activité physique, et enfin les maladies chroniques.

L’objectif de cette vaste étude, menée sur une année, est de fournir des données actualisées sur l’état de santé de la population française, afin d’orienter les pouvoirs publics dans la mise en place de programmes de santé adaptés. 

Commandée conjointement par le Ministère des Affaires sociales et de la Santé, et par le ministère de l’Écologie et du Développement durable et de l’Énergie, l’étude Esteban réalisée par l’Institut national de veille sanitaire (InVS), est un vrai marathon. Elle sera menée auprès de 4000 adultes, de 18 à 74 ans, et 1000 enfants de 6 à 17 ans. Tirés au sort à partir de listes téléphoniques, les participants  devront répondre à des questionnaires et subir plusieurs examens.

Fréquence des maladies cardiovasculaires

L’un des objectifs de l’étude baptisée Esteban (Étude de sanTé sur l’Environnement, la Biosurveillance, l’Activité physique et la Nutrition) est de mesurer la fréquence des maladies cardiovasculaires auprès de la population française.

« L’étude Esteban va mesurer sur la population adulte âgée de 18 à 74 ans, la fréquence de l’hypertension artérielle, des dyslipidémies (concentration trop élevé des lipides) et  de l’obésité, qui constituent des facteurs de risques majeurs et évitables de maladies cardiovasculaires, telles que les accidents cardiovasculaires cérébraux et les infarctus du myocarde » explique l’institut national de la veille sanitaire à EURACTIV.fr.

Concrètement, les participants subiront plusieurs types d’examens : prises de sang, prélèvement de cheveux et d’urine. « Les médecins procèderont à des mesures anthropométriques et des mesures de la pression artérielle, ainsi qu’au dosage des lipides (cholestérol notamment) » détaille l’inVS.

>> Lire aussi : Revoir notre mode de vie pour éviter les maladies cardiovasculaires

Aucune partie de la population n’est particulièrement ciblée par ce volet de l’étude, bien que la population plus âgée soit plus exposée aux maladies cardiovasculaires. 

« Les mesures prévues dans le cadre de l’étude Esteban concernant les maladies chroniques seront réalisées sur l’ensemble des participants. Car si la plupart de ces facteurs de risque augmentent avec l’âge, il est important de disposer de données sur l’ensemble de la population » poursuit l’inVS.

Essentielle au niveau national, cette étude permettra aussi de disposer de données comparables avec les autres pays européens.

« Dès sa conception, l’exigence des comparaisons internationales a été prise en compte. Et la surveillance des maladies chroniques (3e volet de l’étude) repose sur les recommandations élaborées dans le cadre du projet européen European Health Examination Survey (EHES) (projet de collecte de données médicales comparables dans les pays de l’UE) » assure l’inVS.

Viser la prévention

>> Lire aussi : Le sucre augmente le risque de maladies cardiovasculaires

Cette étude est bien accueillie par les associations de cardiologie, qui se félicitent de cette actualisation des données.

« Cette étude est une bonne nouvelle pour les cardiologues, c’est un bon outil pour connaître les évolutions récentes des facteurs de risques des maladies cardiovasculaires. Par ailleurs, l’intérêt de cette étude est d’avoir des données précises sur les polluants » explique Jean Ferrières secrétaire générale de la Société Française de Cardiologie.

Le professeur de cardiologie espère que cette étude sera aussi porteuse de prévention des maladies cardiovasculaires, qui manque cruellement en France, en comparaison de nos voisins européens, et notamment anglo-saxons.

« Nous espérons que cette étude sera l’occasion de promouvoir la prévention des maladies cardiovasculaires, et l’importance de l’hygiène de vie » poursuit-il.

>> Lire aussi : Le sport, remède miracle contre les maladies cardiovasculaires

 

Esteban (Etude de sanTé sur l’Environnement, la Biosuveillance, l’Activité physique et la Nutrition) vient compléter et actualiser les connaissances dans différents domaines : environnement, alimentation et activité physique, et maladies chroniques.

Le 3e volet - consacré aux maladies chroniques - vise à contribuer à la surveillance des facteurs de risques vasculaires que sont l’hypertension artérielle et les dyslipidémies. Leur suivi impose la réalisation de mesures objectives (pression artérielle et prise de sang), qui, selon l’institut de veille sanitaire (l’inVS), ne peuvent être réalisées que dans le cadre d’une enquête avec examen de santé.

  • 2016 : Publication des premiers résultats de l’étude Esteban

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer