Le ministre italien de la Santé espère que le G20 débouchera sur un pacte pour vacciner le monde entier

Roberto Speranza, ministre italien de la Santé, lors d'une rencontre avec la presse à l'occasion de la réunion des ministres de la santé du G20 à Rome, Italie, le 05 septembre 2021. [Riccardo Antimiani/EPA]

L’Italie espère que la réunion des ministres de la Santé du G20, qui s’est ouverte dimanche (5 septembre) à Rome, débouchera sur un « Pacte de Rome pour vacciner les habitants du monde entier », a déclaré le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza, dans une interview au Corriere della Sera dimanche.

« Les pays les plus riches et les plus forts s’engagent à construire une campagne de vaccination étendue à toutes les nations », a déclaré le ministre dans l’interview, ajoutant que la sortie de la pandémie ne se fera pas avant 2023 et « dépendra de notre capacité à vacciner tous les pays du monde ».

La ministre a également abordé la question de l’obligation de la vaccination contre la Covid-19 en Italie, notant que le gouvernement étudiera la possibilité de rendre le vaccin obligatoire « dans les prochaines semaines ». La ministre a déclaré que l’approbation de l’Agence européenne des médicaments (EMA) pourrait même être contournée car les vaccins sont déjà sûrs, notant que les vaccins sont déjà rendus obligatoires pour les travailleurs de la santé.

« L’obligation n’est pas un choix déjà déterminé et certain, mais un outil que nous avons et, si nécessaire, il sera mis en œuvre sans crainte », a déclaré M. Speranza.

« Le virus existe toujours, il est fort et se propage. Soit nous renforçons à nouveau la campagne de vaccination, soit nous sommes obligés d’imaginer qu’à un moment donné, nous devrons recourir aux mesures du passé », a déclaré M. Speranza, ajoutant que « le plus important est d’éviter les décès et de ne pas devoir recourir à de nouvelles fermetures. »

Covid-19 : « pas de besoin urgent » d’une dose de vaccin en plus, selon une agence européenne

Il n’y a actuellement « pas de besoin urgent » d’administrer une dose supplémentaire de vaccin pour renforcer l’immunisation contre la Covid-19 dans la population en général, a affirmé mercredi (1 septembre) l’agence européenne chargée des maladies.

Subscribe to our newsletters

Subscribe