Le Parlement européen alerte sur la maladie de Lyme

En Europe, il n'existe pas de description précise de l’épidémiologie de la maladie de Lyme. [/shutterstock.com]

Les eurodéputés ont réclamé des lignes directrices à l’UE sur la maladie de Lyme, cette affection transmise par la tique qui touche entre  650 000 et 850 000 Européens chaque année et dont le diagnostic demeure incertain.

Diagnostics inefficaces, traitements imparfaits, méconnaissance de l’ampleur de la maladie en Europe, la prise en compte de la maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme au niveau européen n’est pas satisfaisante.

Le 10 septembre, les eurodéputés membres de la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI) ont adopté à l’unanimité une résolution appelant Bruxelles à l’action sur la maladie de Lyme.

Difficultés de diagnostic

La maladie de Lyme est complexe à diagnostiquer, notamment car elle se manifeste souvent par des effets indésirables subjectifs, tels que les maux de tête, ou les troubles de la mémoire. De plus, les tests d’aide au diagnostic sont encore loin d’être opérationnels.

Résultat, le diagnostic est souvent difficile, et les estimations du nombre de personnes atteintes – entre  650 000 et 850 000 Européens – approximatives. « L’idée de notre résolution sur la maladie de Lyme était d’avoir une meilleure vision du nombre de malades en Europe », explique l’eurodéputée écologiste française Michèle Rivasi, une des auteures de la résolution. Nous avons ainsi demandé à la Commission de publier « des lignes directrices » sur la question.

La maladie de Lyme est une maladie causée par la bactérie Borrelia burgdorferi. Elle est transmise à l’homme par les morsures de tiques, elles-mêmes porteuses de ces bactéries, et connaît une expansion inquiétante.

« Nous savons que la prolifération des tiques et l’augmentation des morsures sont directement responsables  de l’ampleur de cette maladie en Europe », a rappelé l’eurodéputée Sylvie Goddyn lors d’un débat en commission ENVI sur le sujet.

Les eurodéputés ont également demandé que la maladie de Lyme figure sur la liste des maladies infectieuses de l’UE, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Ainsi que la reconnaissance de la maladie de Lyme comme maladie professionnelle chez les agriculteurs, les forestiers, mais aussi d’autres métiers travaillant en extérieur, comme les géologues, les biologistes et les archéologues.

Errance thérapeutique

« Il n’existe pas de consensus européen quant au traitement, au diagnostic et à la détection de la maladie de Lyme », pointe la résolution.

« D’un pays à l’autre les recommandations diagnostic et thérapeutiques se révèlent très différentes, obligeant certains malades à une forme d’errance thérapeutique, traversant l’Europe pour trouver des solutions adaptées à leur infection », explique Michèle Rivasi.

La résolution a été adoptée à l’unanimité en commission ENVI le 10 septembre, et le vote en séance plénière aura lieu entre le 1er et le 4 octobre.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe