Le sport, remède miracle contre les maladies cardiovasculaires

(credit [Warren GoldswainShutterstock])

Au sein de « l’Alliance France pour le mieux-vivre », des scientifiques, politiques, et économistes de la santé suggèrent des solutions innovantes pour combattre les maladies cardiovasculaires et l’obésité. A commencer par le sport

Soigner par le sport c’est ce que propose entre autre « l’Alliance France- pour le Mieux Vivre ».

« L’alliance France – pour le mieux vivre » recommande une approche globale pour améliorer le mode de vie des Français. Cette alliance créée par l’organisation nord-américaine ICCR (International Chair on Cardiometabolic Risk) rassemble plusieurs experts français, aussi bien des médecins, des économistes que des politiques. Tous s’accordent sur l’importance du sport comme traitement médical.

Bouger pour se soigner

L’inactivité est la première cause évitable de mortalité dans le monde, devant le tabagisme, selon une étude médicale de 2012, que cite le Pr Martine Declos, professeur des Universités, chef de service de Médecine du sport au CHU de Clermont-Ferrand, et membre de « l’Alliance France-pour le Mieux Vivre ».

Selon elle, il est urgent de placer l’activité physique au cœur de l’éducation et cela dès le plus jeune âge.

« L’activité physique n’est pas quelque chose de culturel chez nous, c’est différent des pays d’Europe du Nord, où l’activité physique est centrale dès l’enfance. Le temps passé assis dans l’enfance est déterminant puisque c’est un comportement que l’on va garder toute sa vie. De plus,  les maladies cardiovasculaires commencent dès l’enfance, d’où l’importance de sensibiliser les enfants dès leur plus jeune âge » déclare le Pr Duclos.

Quelques gestes du quotidien suffisent pour se bouger davantage, et respecter ainsi les 30 minutes d’activité physique nécessaire cinq fois par semaine.

« Il faut absolument renforcer les messages positifs, et expliquer que bouger ce n’est pas forcément faire du sport intensif, il suffit de se bouger au quotidien. C’est-à-dire préférer les escaliers aux escalators, ne pas prendre sa voiture pour des petits trajets lorsque l’on peut marcher » poursuit le Pr Duclos.

Le sport permet selon Martine Duclos de se préserver des maladies cardiovasculaires, et de diminuer le taux de cholestérol.

« Le risque de développer des maladies cardiovasculaires est réduit de 30 % pour les patients qui pratiquent un sport, au minimum 30 minutes cinq fois par semaine, et qui en parallèle ont une alimentation équilibrée, ni trop sucrée, ni trop salée, ni trop grasse. Pour les patients atteints d’hypercholestérolémie, le sport peut dans certains cas éviter la mise sous traitement, ou permettre de diminuer les doses prescrites » explique le Pr Duclos.

10 milliards d’euros d’économie potentielles

L’activité physique peut même permettre de faire des économies, notamment concernant la dépendance et le vieillissement de la population.

« L’activité physique retarde la dépendance de 6 à 7 ans. Ce qui permettrait, selon des données récentes, d’économiser 10 milliards d’euros en France dans les dépenses qui concernent la dépendance et le vieillissement. Il y a 20 ans, le corps médical considérait que le sport était dangereux à partir d’un certain âge, ou pour les patients malades, pourtant le sport prévient les maladies, et permet de limiter leur développement,» précise Martine Duclos du CHU de Clermont-Ferrand.

Le sport est donc notre meilleur allié pour combattre les maladies cardiovasculaires, mais pas que. Il permet aussi de retarder la survenue d’Alzheimer, limite les risques d’obésité, améliore la santé osseuse, notamment les risques de fractures et limite le stress.

L’ICCR (Chaire Internationale sur le Risque cardiométabolique) se mobilise depuis 2006 pour sensibiliser le corps médical sur l’importance de l’éducation dans le cas des maladies cardiovasculaires de l’obésité, et du diabète. Cette organisation Nord-américaine a crée le 17 septembre 2013 « l’Alliance européenne- pour le Mieux vivre » (European Healthy Lifestyle Alliance) au Parlement européen à Bruxelles. « L’alliance France- Pour le Mieux Vivre », également créée par l’ICCR est sa branche française.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.