Le tabac augmente le risque d’infarctus

(Credit: [Donatella Tandelli/Shutterstock])

La relation entre tabac et maladies cardiovasculaires est méconnue est pourtant elle est bien réelle. 80 % des victimes d’un infarctus, de moins de 45 ans sont fumeurs.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) organise le 31 mai 2014, la journée mondiale sans tabac. À cette occasion, l’OMS veut mettre l’accent sur les dangers du tabagisme pour la santé, et rappeler notamment le lien entre maladies cardiovasculaires et tabagisme. Selon, l’organisation, le tabac tue près de 6 millions de personnes chaque année, dont plus de 600 000 non-fumeurs.

Cette journée vise aussi à promouvoir l’interdiction de la publicité, et du parrainage des produits du tabac. L’interdiction est, selon l’institution, le meilleur moyen de réduire la consommation de tabac. Les pays ayant déjà adopté ces mesures ont observé une baisse de la consommation de 7 % en moyenne.

Comme le rappelle l’OMS, le tabac est le principal responsable des maladies non transmissibles, tels les cancers, ou les maladies cardiaques.  Et pourtant, alors que le lien entre tabagisme et cancer est évident pour le grand public, celui qui existe entre tabagisme et maladies cardiovasculaires est méconnu.

« La relation entre cancer du poumon et tabac est parfaitement connue de tous. Mais les gens savent moins qu’il existe un lien entre tabagisme et maladies cardiovasculaires. Or, dans les décès liés au tabac près d’un tiers sont  causés par des maladies cardiovasculaires », explique le cardiologue Daniel Thomas.

Tabagisme et hypercholestérolémie

Selon, le Pr Thomas, le tabagisme est un risque majeur des maladies cardiovasculaires. Le tabac agit comme déclencheur des maladies cardiaques. Il entraîne notamment une diminution du bon cholestérol appelé LDL.

« Le tabac peut participer au développement des plaques d’athérosclérose, ce qui entraîne une diminution du bon cholestérol dans le sang » explique le cardiologue lors d’une conférence sur le tabagisme et le risque coronaire.

Par ailleurs, les jeunes fumeurs sont particulièrement visés par les maladies cardiovasculaires. En effet, 80 % des victimes d’infarctus du myocarde de moins de 45 ans sont fumeurs.

Pas de petits fumeurs

Les maladies cardiovasculaires affectent aussi bien les gros que les petits fumeurs. Il n’existe ni seuil, ni intensité, ni durée de consommation dans la relation entre tabagisme et maladies cardiaques. Les fumeurs de pipes, cigares et narguilés sont aussi concernés par ce risque.

« Il n’y a pas de petits fumeurs. Le consommateur de 1 à 9 cigarettes par jour, est considéré comme un petit fumeur et pourtant il s’expose aux mêmes risques cardiovasculaires que le gros fumeur, principalement à l’infarctus du myocarde » déclare le Pr Daniel Thomas.

La Fédération française de cardiologie fait le même constat, et souligne que le tabagisme passif est aussi un facteur de risque. Plus de la moitié des décès attribués au tabagisme passif sont des décès cardiovasculaires, selon la Fédération.

« Le risque d’infarctus pour le fumeur passif, et le fumeur actif est proche. Une exposition de 7 heures par semaine augmente le risque de 24 % de faire un infarctus, et une exposition de plus de 22 h, correspondant au fait de travailler aux côtés d’un fumeur augmente ce risque de 62 %, soit l’équivalent du risque couru pour un fumeur de 1 à 9 cigarettes par jour » explique Daniel Thomas.

Selon l’OMS, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès dans le monde. 30 % de la mortalité mondiale totale est imputable aux maladies cardiovasculaires. Ce qui représentait 17,5 millions de décès en 2012.

Le tabagisme fait près de 6 millions de morts chaque année, dont plus de 600 000 sont des victimes du tabagisme passif. Il s’agit selon l’OMS, de la principale cause évitable de mortalité dans le monde. Le tabagisme a un impact notable sur le développement des maladies cardiovasculaires, tels l’infarctus ou l’hypocholestérolémie.

Ministère de la Santé

OMS

??Institut national de la santé et de la recherche médicale

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.