Le tabagisme baisse dans le monde, mais il reste un « long chemin à parcourir », selon l’OMS

Si en 2015 1,32 milliard de personnes consommaient du tabac dans le monde, en 2020 ce chiffre tombe à 1,30 milliard, d’après le quatrième rapport de l’OMS sur les tendances du tabagisme dans le monde.  [Nopphon_1987/Shutterstock]

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié mardi (16 novembre) un rapport sur le tabagisme dans le monde. Si l’on observe une légère baisse du nombre de fumeurs, l’OMS urge les gouvernements d’investir davantage dans la lutte antitabac.

Si en 2015 1,32 milliard de personnes consommaient du tabac dans le monde, en 2020 ce chiffre tombe à 1,30 milliard, d’après le quatrième rapport de l’OMS sur les tendances du tabagisme dans le monde. 

En d’autres termes, 22,3% de la population mondiale consomme du tabac, soit 36,7% des hommes et 7,8% des femmes. 

 « Il est très encourageant de constater que le nombre de personnes qui consomment du tabac diminue chaque année et que davantage de pays sont en passe d’atteindre les objectifs mondiaux », se félicite Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, dans une déclaration en ligne. 

L’objectif mondial actuel entend réduire de 30 % le tabagisme entre 2010 et 2025. 

Et les signes sont plutôt encourageants : il y a deux ans 32 pays étaient sur la bonne voie. Aujourd’hui ce sont près de soixante pays qui pourraient atteindre cet objectif d’ici à 2025. 

« Nous avons encore un long chemin à parcourir et les fabricants de tabac continueront à utiliser tous les artifices pour défendre les profits gigantesques qu’ils réalisent en colportant leurs produits mortels », avertit néanmoins M. Adhanom Ghebreyesus. 

À noter que l’utilisation des cigarettes électroniques n’est pas prise en compte dans le rapport.

18% des femmes en Europe consomment du tabac 

Mais dans certaines régions du monde, le déclin du tabagisme prend plus de temps. En Europe, par exemple, le rapport note que 18 % des femmes consomment encore du tabac.

Elles sont ainsi les plus lentes dans le monde à réduire leur consommation de tabac, alors que toutes les autres régions de l’OMS sont en bonne voie pour réduire d’au moins 30 % le taux de tabagisme chez les femmes d’ici à 2025, soulignent les experts de l’OMS. 

Le 4 février dernier, à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, la Commission européenne a dévoilé son Plan cancer européen, qui vise notamment à lutter contre la consommation de tabac sur le Vieux continent.

Parmi les ambitions de la Commission : réduire à 5 % la part de la population consommant du tabac d’ici à 2040. Pour cela, une série de mesures ont été mises en place : réglementation du tabac, limitation de la publicité du tabac, mise en place d’environnements sans tabac et organisation de campagnes antitabac. 

Selon une enquête de la Commission publiée en février 2021, 23 % des Européens fument des cigarettes, soit une diminution de trois points par rapport à 2017. 14 % des personnes interrogées disent avoir essayé les e-cigarettes au moins une ou deux fois. 

Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et COP9 

Retour au rapport. Pour lutter contre ce fléau en Europe et dans le monde, l’OMS encourage les pays à accélérer la mise en œuvre des mesures issues de sa Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLAT), qualifiée de « grande réussite dans la lutte contre l’épidémie de tabagisme ».

« Il est clair que la lutte antitabac est efficace, et nous avons l’obligation morale envers nos populations d’agir énergiquement pour atteindre les objectifs de développement durable », déclare Ruediger Krech, directeur du département Promotion de la santé de l’OMS dans un communiqué de presse.

Avant d’ajouter cependant que « ce succès est fragile. Nous devons encore aller de l’avant ». 

Le CCLAT est un traité de santé publique de l’OMS créé en 2003 et ratifié par 180 pays qui entend réduire le nombre de fumeurs et le nombre de fumeurs passifs (personnes exposées à la fumée du tabac) dans le monde.  

La semaine dernière, du 8 au 13 novembre, se déroulait la 9ème session de la Conférence des Parties (COP9) au traité de l’OMS, afin notamment de discuter du CCLAT.

À l’issue de la COP9, les scientifiques et médecins ont pu constater que la pandémie de Covid-19 avait fragilisé les systèmes de santé publique, et que l’industrie du tabac représentait toujours le plus grand obstacle à la lutte contre le tabagisme. 

En 2025, selon les estimations de l’agence santé de l’ONU, le nombre de consommateurs de tabac dans le monde s’élèvera à 1,27 milliard. 

Mais si ces chiffres sont encourageants, le déclin du tabagisme reste lent.

Pour accélérer cette tendance, « nous encourageons tous les pays à mieux utiliser les nombreux outils efficaces disponibles pour aider les gens à arrêter de fumer et sauver des vies », conclut Tedros Adhanom Ghebreyesus. 

La pollution de l'air fait encore plus de 300 000 décès par an dans l'UE

La pollution aux particules fines a provoqué 307 000 décès prématurés dans l’Union européenne en 2019, un chiffre qui reste alarmant mais a diminué de plus de 10% en un an, selon un rapport de l’Agence européenne de l’environnement publié lundi.

Subscribe to our newsletters

Subscribe