Les compléments alimentaires contre le cholesterol bénéficient du flou législatif européen

new_image_complements.png

Les compléments alimentaires sont de plus en plus utilisés par les Européens pour réduire leur taux de cholestérol. Ils ne sont pas régulés, alors que leurs effets secondaires peuvent être graves.

D’après la Fédération Française de Cardiologie (FFC), 400 personnes décèdent de maladies cardiovasculaires chaque jour. L'une des causes de cette épidémie silencieuse serait le cholestérol. Pour combattre l’hypercholestérolémie, les Européens ont notamment recours aux compléments alimentaires, des produits naturels considérés comme des denrées alimentaires, et non comme des médicaments.

Selon la dernière étude individuelle nationale des consommations alimentaires menée pendant 12 mois,  21,8% des 18-34 ans et 20,4% des 35-54 ans avaient consommé des compléments alimentaires. Y compris de la levure de riz rouge, et du guggul. Pourtant, n’étant pas soumis à la réglementation sur les médicaments, leur composition peut s’avérer dangereuse.

Utilisée comme un produit alimentaire en Asie, la levure de riz rouge est une variété de champignon microscopique cultivée sur du riz. En France, c’est le plus vendu des compléments alimentaires en pharmacie, parapharmacie et sur internet selon une étude de l’UFC –Que Choisir de 2012.

Le guggul, quant à lui, est une gomme extraite d’un arbuste indien, utilisée dans la médecine traditionnelle indienne.

Flou législatif

En Europe les compléments alimentaires échappent à la réglementation sur les médicaments puisqu’ils sont soumis à celle sur les denrées alimentaires.

Au niveau national, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES)  précise que « les compléments alimentaires ne nécessitent pas d’autorisation individuelle de mise sur le marché fondée sur l’évaluation par une instance d'expertise d'un dossier soumis par l’industriel souhaitant les commercialiser ».  C’est donc l’industriel  qui est responsable de la bonne conformité des compléments alimentaires avec les dispositions en vigueur.

La solution n’est pas nécessairement plus de réglementation au niveau européen selon Jean Ferrières, secrétaire général de la Fédération Française de Cardiologie (FFC). « Une réglementation plus stricte sur les compléments alimentaires au niveau européen ne changerait que peu de choses. La levure de riz rouge et le guggul seraient toujours en vente libre sur internet, et échapperaient ainsi à la réglementation. Il faut davantage se concentrer sur l’information des patients. Les médecins doivent prendre le temps d’expliquer les risques liés à la prise des compléments alimentaires dans le traitement de l’hypercholestérolémie ».  

Compléments alimentaires ou médicaments ?

Pourquoi les Européens utilisent-ils ce type de compléments alimentaires plutôt que de recourir aux statines pour réduire leur taux de cholestérol ?

Pour Jean Ferrières, secrétaire général de la Fédération Française de Cardiologie (FFC), le succès de ces remèdes s’explique par leur aspect naturel. Même si ils sont loin d’être sans risque.

« La levure de riz rouge et le guggul sont utilisés par certains patients pour remplacer les statines dans le traitement de l’hypercholestérolémie.  Ils semblent plus naturels aux yeux de certains patients, pourtant il ne s’agit pas de produits anodins. Les deux ingrédients ont des effets indésirables sur le long terme, comparables à ceux des statines » assure Jean Ferrières à Euractiv.fr. C’est aussi ce que soulignait l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) dans une mise en garde de février 2013.

« La levure de riz rouge est également une statine, mais une statine en plus faible dose qui est en vente libre. Ce n’est donc pas un complément alimentaire c’est un médicament. Moins efficace que les statines, car moins dosé. La raison pour laquelle il faut s’en méfier, c’est qu’ils échappent à tout contrôle qualité. Leur composition peut être dangereuse » poursuit Jean Ferrières, secrétaire général de la FFC.

Selon lui les statines restent le vrai traitement pour combattre le cholestérol.

Le cholesterol touche un français sur cinq. Selon une étude présentée das le Bulletin épidémiologique hebdomadaire en septembre 2013, 30 % des 45/65 ans ont un taux de cholesterol supérieur à la norme En France, le taux de cholestérol considéré comme normal doit être inférieur à 1,6 g/litre si la personne ne présente aucun facteur de risque (cigarette, diabète, hypertension), 1,3 g/l si elle en présente.

12,5 % des patients atteints d'hypercholesterolémie étaient sous traitement au moment de l'étude, soit en 2006/2007.

Le traitement le plus commun consiste à administrer des statines, qui sont des molécules qui limitent le passage du cholesterol dans le sang.

La communauté scientifique est partagée sur l'opportunité de combattre le cholesteroL.

Dans son livre paru en 2013, La vérité sur les statines, le Pr Philippe Even estime que « le cholestérol est sans danger, les statines ne servent à rien, et l’infarctus ne tue guère qu’après 75 ans ». Le débat est animé entre le Pr Even et les opposants à sa théorie.

Plusieurs associations, pneumologues et cardiologues lui ont notamment répondu dans une tribune publié dans Le Monde « Cholestérol : attention danger » du 19 février 2013.

Aujourd’hui près de 5 millions de Français prennent des statines. De plus en plus de patients soucieux de réduire leur taux de cholestérol ont remplacé les statines par des compléments alimentaire.

  • Fin mars: publication des résultats de l'ANSES menée auprès des industriels, des professionnels de santé et des consommateurs

Agences de santé:

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.