Les deux tiers des décès avant 75 ans sont évitables en Europe

[Ruslan Guzov_Shutterstock]

Selon un rapport, 1,2 million de décès de personnes de moins de 75 ans survenus dans l’UE en 2016 pourraient être considérés comme prématurés. Un article de notre partenaire Ouest-France

Un rapport publié par Eurostat, l’office européen de statistiques, étudie le nombre de décès jugés évitables qui sont survenus dans les différents pays de l’Union européenne et leurs voisins immédiats en 2016.

En 2016, 1,7 million de personnes âgées de moins de 75 ans sont décédées dans l’Union européenne. Sur ce total, Eurostat estime qu’1,2 million de décès peuvent être considérés comme prématurés. 741 000 seraient des décès évitables, et 422 000 auraient pu être traités avec une intervention en temps utile et efficace.

Eurostat considère comme « mortalité évitable » les décès qui auraient pu être évités grâce à des « interventions efficaces dans le domaine de la santé publique et de la prévention primaire ». On trouve notamment dans cette catégorie une partie des décès liés au tabagisme et à l’alcool. Ces décès auraient pu être évités avant le début d’apparition de maladie ou de blessure.

L’office fait la distinction avec la « mortalité traitable » : les décès qui auraient pu être évités par des interventions en temps utile et efficaces en matière de soins de santé. Cela comprend la prévention et le traitement des maladies, afin de réduire les cas de létalité.

Des disparités géographiques

Les proportions de décès potentiellement évitables varient d’un pays à l’autre. Les taux les plus élevés sont en Lituanie (336 pour 100 000 habitants), en Lettonie (331) et en Hongrie (325). Les plus bas en Italie (110) et à Chypre (100).

Pour les décès traitables, les taux les plus élevés sont en Roumanie (207,71 / 100 000 habitants), en Lituanie (205,58), en Lettonie (203,13). La Suisse (52,63), l’Islande (62,35), la France (62,47) et la Norvège (62,88) sont les pays les mieux classés.

Les maladies cardiaques et pulmonaires en cause

En analysant les causes des décès considérés comme prématurés, Eurostat relève l’importance des maladies cardiaques et pulmonaires.

Les crises cardiaques sont à l’origine de 174 000 décès évitables, soit 15 % du total des décès évitables en 2016. Les cancers de la trachée, des bronches et des poumons représentent eux 168 000 décès (14 % des décès évitables).

Voici les différentes causes de décès évitables en 2016 :

ouest france

>>Lire la suite sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.