Les eurodéputés dénoncent les mouvements anti-vaccination

La résolution invite les États membres à renforcer leur loi sur la couverture vaccinale et à vacciner tous les professionnels de la santé. Pour cela, elle appelle l’exécutif européen à lancer un plan d’action commun. [Shutterstock]

La commission « environnement » du Parlement européen a appelé les États membres à renforcer leur loi contre les mouvements anti-vaccination et à informer davantage leur population. Un article de notre partenaire, Euroefe.

De plus en plus de personnes choisissent ne pas être vaccinés ou de ne pas vacciner leurs enfants.

Résultat, les épidémies de certaines maladies comme la rougeole se sont multipliées de façon vertigineuse. En 2017, le nombre de cas de rougeole a par exemple quadruplé, déplore Renate Sommer, la porte-parole du PPE et l’une des co-rapporteurs de la résolution.

L’Europe a enregistré 21 315 cas de rougeole, dont 35 mortels, en 2017, soit 400 % de plus qu’en 2016, selon les données publiées en février par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans 15 des 53 pays de la région européenne de l’OMS, la recrudescence des cas de rougeole en 2017 s’est manifestée par des « flambées épidémiques importantes » (100 cas ou plus). « C’est en Roumanie, en Italie et en Ukraine que l’on a signalé le plus grand nombre de personnes malades, soit respectivement 5 562, 5 006 et 4 767 », informe l’OMS.

Face au retour de la rougeole en Europe, l'OMS recommande la vaccination

La 9ème édition de la semaine européenne de la vaccination, qui se déroule du 20 au 25 avril met l’accent sur l’importance de cet acte médical au sein de l’UE, où certaines maladies infectieuses telles que la rougeole regagnent du terrain. 

La proposition de résolution adoptée le 20 mars met en évidence ce problème et appelle les gouvernements nationaux à fournir « plus d’informations » aux citoyens pour qu’ils puissent décider en connaissance de cause.

« Tous les vaccins sont testés et ne posent aucun risque. Le problème est que beaucoup de citoyens ne sont pas au courant et, pour cela, nous voulons que des campagnes d’information soient lancées », estime Renate Sommer.

La porte-parole du PPE ajoute que la proposition vise à « sensibiliser les citoyens et les gouvernements des États membres pour qu’ils informent davantage la population et pour qu’ils fassent tout leur possible pour détruire les mythes affirmant que les vaccins sont dangereux pour la santé ».

La résolution invite les États membres à renforcer leur loi sur la couverture vaccinale et à vacciner tous les professionnels de la santé. Pour cela, elle appelle l’exécutif européen à lancer un plan d’action commun.

La vaccination des adultes en France, un nouveau défi

Alors que seules deux personnes sur cinq sont vraiment favorables à la vaccination, les professionnels de la santé ont un rôle à jouer pour éviter le retour des maladies infectieuses.

La liberté de circulation en Europe est si importante que « n’importe qui peut apporter une maladie infectieuse » dans un autre pays, raison pour laquelle les États membres doivent « être vigilants », estime l’eurodéputée.

« Je pense que le principal problème est que la vaccination a été si efficace ces dernières années que les citoyens ont oublié les avantages des vaccins, nous devons donc le leur rappeler », a-t-elle conclu.

La proposition de résolution sera votée lors d’une séance plénière du Parlement dans les prochains mois.

Subscribe to our newsletters

Subscribe