Les eurodéputés pressent la Commission de revoir sa stratégie sur l’alcool

Alcohol

Les adultes européens consomment 12,5 litres d'alcool pur chaque année, selon l'Organisation mondiale de la santé [Kaktuslampan/Flickr]

Les membres de la commission sur l’environnement du Parlement européen ont voté le 29 janvier dernier un projet de résolution dénonçant l’absence de révision de la stratégie de l’UE sur l’alcool depuis 2013.

La stratégie de l’UE sur l’alcool, lancée en 2006, vise à aider les gouvernements nationaux et d’autres parties prenantes à coordonner leur action afin de réduire les dommages liés à l’alcool dans l’UE. 

La Commission Juncker n’a pas mis à jour cette stratégie en 2013, comme cela était prévu, ni mentionné la mise en place une remise à plat du texte. Pour certains eurodéputés de la commission environnement, de la santé publique et la sécurité alimentaire (ENVI) (ENVI) comme Glenis Willmott, des sociaux-démocrates (S&D), la Commission n’avait donné aucune raison valable à l’abandon de la révision de la stratégie sur l’alcool. 

L’association des Brasseurs d’Europe a exprimé, dans un communiqué, son soutien à la stratégie actuelle qui vise à aider les gouvernements à réduire les dommages liés à l’alcool. Le lobby s’est par ailleurs déclaré en faveur d’une redynamisation de la stratégie actuelle plutôt qu’une toute nouvelle approche.

>> Lire : La lutte contre les dommages liés à l’alcool : révision de la stratégie de l’UE

« La stratégie de l’UE se concentre sur l’usage abusif de l’alcool et cherche à lutter contre les habitudes néfastes de consommation d’alcool. Elle vise notamment une minorité vulnérable qui boit avec excès et qui ne devrait pas boire du tout. Une consommation de bière modérée par des adultes en bonne santé peut être tout à fait compatible avec un mode de vie équilibré. L’important est d’encourager des comportements de consommation d’alcool responsables », ont-ils déclaré dans un communiqué.

>> Lire : La stratégie de l’UE sur l’alcool doit aller plus loin

L’industrie brassicole a réaffirmé ses engagements en 2012, avec l’adoption d’une promesse européenne des brasseurs visant à informer le consommateur, à réglementer la commercialisation et à faire campagne contre les abus d’alcool.

Bien qu’un nouveau rapport estime que la consommation d’alcool a considérablement diminué au cours des dernières décennies, un rapport de l’OMS datant de 2012 a rappelé que dans l’UE, un adulte moyen (de plus de 15 ans) consomme 12,5 litres d’alcool pur chaque année, soit près de trois verres par jour. Ce niveau est près de deux fois supérieur à la moyenne mondiale.

La stratégie de l’UE sur l'alcool, lancée en 2006, vise à aider les gouvernements nationaux et d'autres parties prenantes à coordonner leur action en vue de réduire les dommages liés à l'alcool dans l'UE.

Cette stratégie n'impose toutefois aucune législation concrète aux États membres à ce stade et se fonde plutôt sur la coordination de la politique et sur des échanges de bonnes pratiques entre les pays. Pour ce faire, ce document a lancé en 2007 un forum « «Alcool et santé »» lors duquel les organisations membres, publiques ou privées, sont invitées à débattre, à comparer des approches et à prendre des mesures pour lutter contre les dommages liés à l'alcool (>> Lire le rapport de synthèse de la Commission sur les engagements tenus lors du forum).

La consommation nocive et dangereuse d'alcool nuit fortement à la santé publique et augmente les dépenses liées aux soins de santé, à l'assurance maladie, à l'application de la loi, à l'ordre public ainsi qu’aux lieux de travail.

La consommation nocive d'alcool a également des conséquences négatives sur le travail et la productivité. L'UE souhaite donc encourager des initiatives dans le milieu du travail. Des parties prenantes, telles que des organisations commerciales et des syndicats, assument une responsabilité particulière à cet égard.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER