Les Français doutent de la fiabilité des médicaments

(Credit: [Gilles Paire/Shutterstock])

La France est l’un des premiers consommateurs européens de médicaments, et pourtant la confiance des Français vis-à-vis des médicaments s’effrite d’après un nouveau sondage de l’IPSOS. Aujourd’hui, un français sur cinq estime que les médicaments sont plus risqués qu’il y a 20 ans.

La confiance des Français dans leurs comprimés a chuté depuis 2013, selon une nouvelle étude de l’IPSOS sur la perception et le rapport des Français aux médicaments, réalisée pour Les Entreprises du Médicament (LEEM).

>> Lire aussi : les Français toujours accros aux médicaments

Les Français restent méfiants

Le taux de confiance dans les entreprises du médicament à baissé de 5 points depuis 2013, selon l’étude d’Ipsos.  Passant de 62 % en 2013 à 57 % cette année, la confiance dans les entreprises du médicament reste cependant plus élevée que la confiance dans les entreprises de la grande distribution ou de l’agroalimentaire.

La confiance des Français envers les médicaments a elle aussi chuté entre 2013 et 2014, passant de 87 % à 75 %. 

Les professionnels de santé restent fiables

« Si le secteur du médicament subit une crise de confiance, les professionnels de santé, eux, semblent y échapper », explique Brice Teinturier, directeur général de l’institut de sondage Ipsos.

En effet, en termes d’information sur les médicaments, les Français interrogés font massivement confiance aux professionnels de santé (médecin traitant, infirmières, pharmaciens). Selon l’étude, 94 % d’entre eux disent faire confiance à leur médecin traitant. Toutefois, ils ne sont que 43 % à se dire confiants dans les laboratoires pharmaceutiques.

Par voie de ricochet, les personnes interrogées indiquent conserver une confiance élevée dans les médicaments délivrés sur ordonnance par leur médecin (88 %) et dans les médicaments remboursés par la sécurité sociale (86 %).

La sécurité est clef

La sécurité est un enjeu clef, selon Brice Teinturier : « C’est autour de la sécurité des médicaments que la confiance des Français se joue ».

Aujourd’hui, un Français sur cinq estime que les médicaments sont plus risqués qu’il y a 20 ans, selon l’étude. En cause les nombreuses affaires sanitaires, comme par exemple celles de la pilule Diane 35, ou du médiator.  Les effets secondaires sont aussi pointés du doigt par l’étude. Au total, 75 % des personnes interrogées se disent inquiètes des effets secondaires des médicaments, et 58 %  d’entre elles se disent préoccupées par les contre-indications.

Logiquement, il ressort de l’étude que les premiers responsables en matière de sécurité du médicament sont les laboratoires, pour 89 % des personnes interrogées.

Pour remédier à cette situation de défiance envers les médicaments et les entreprises du secteur, Daniel Boy, directeur de recherche au CEVIPOF (Centre de Recherche de Sciences Po), préconise la transparence.

« Il n’y a pas d’autres voies que la transparence pour répondre à la défiance des Français. Même si la transparence peut aussi contribuer à une dégradation de la confiance de nouvelles personnes, qui n’étaient pas informées et donc pas inquiètes » explique-t-il.

Pour Philippe Lamoureux, le directeur du Leem, il faut un travail collectif d’information et de pédagogie: « Pour ne pas laisser cette défiance s’installer, le travail de pédagogie des médecins, des autorités publiques, des industriels et même des lanceurs d’alertes est essentiel ».

Contexte

Chaque année depuis 2011 l’institut de sondage Ispos mène une étude sur la perception des médicaments par les Français. L’objectif, prendre le pouls de la société françaises vis-à-vis des pilules tant consommées dans l’Hexagone. L’étude montre que la confiance des Français dans les médicaments a marqué un net recul cette année.

Prochaines étapes

  • 2015: Publication de la nouvelle étude sur la perception et le rapport des Français aux médicaments

Plus d'information

Les entreprises du médicament (LEEM)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.