Les ministres de la Santé du G20 signent le « Pacte de Rome » pour la distribution de vaccins dans le monde

Roberto Speranza, ministre italien de la santé, lors de la conférence de presse finale de la réunion des ministres de la Santé du G20 au Capitole de Rome, Italie, 06 septembre 2021. [Riccardo Antimiani/EPA]

Les ministres de la Santé du G20 réunis à Rome ont signé à l’unanimité le « Pacte de Rome », s’engageant à accroître le soutien aux nations pauvres et à leur envoyer davantage de vaccins contre la Covid-19 afin d’atteindre un objectif de 40 % de vaccination de la population mondiale d’ici à la fin 2021.

C’est un « grand résultat », a déclaré le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza, qui a rappelé comment le G20 de l’année dernière s’était terminé sans déclaration finale.

Le ministre de la Santé a également souligné l’engagement commun pris par les ministres de la Santé de procéder à une relance générale des services de santé et d’avoir l’universalisme comme boussole dans l’ère post-Covid.

Les pays du G20 se sont engagés à allouer des ressources « importantes » et à envoyer des vaccins directement aux pays les plus fragiles. Cela « se fait déjà, mais nous devons renforcer le système », a déclaré la ministre.

Selon l’Alliance du vaccin Gavi, les fonds nécessaires pour sécuriser le vaccin partout s’élèveraient à 1,7 milliard d’euros.

« Dans quelques semaines, il y aura une réunion des ministres de la Santé et des Finances. Ce sera un moment décisif pour identifier les ressources spécifiques pour financer tous les instruments mis en place », a déclaré le ministre italien.

Mais les ONG considèrent que les engagements pris par les ministres du G20 sont trop faibles.

« Dans la réponse à la pandémie, en termes d’accès global aux vaccins, aucun pas décisif et concret n’a été fait pour la définition de stratégies et d’outils à moyen et long terme, qui, face aux futures pandémies, nous permettront de changer de paradigme et de mettre fin aux inégalités honteuses dans l’accès aux traitements et aux vaccins », ont déclaré Sara Albiani, conseillère en politique de santé mondiale d’Oxfam Italia, et Rossella Miccio, présidente d’Emergency.

Vittorio Agnoletto, porte-parole italien de la campagne européenne Right to Care — Right2cure — No profit on pandemic, a au contraire déclaré que « le choix du G20 d’ignorer la proposition de moratoire sur les brevets des vaccins est honteux et indécent. »

Le « Pacte de Rome » « partage en paroles l’objectif de l’OMS de vacciner 40 % de la population mondiale d’ici 2021, mais il propose ensuite les mêmes outils que ceux utilisés jusqu’à présent : un autre plan de donation, alors que le projet Covax a déjà échoué ; et un appel aux entreprises pour augmenter le transfert volontaire de technologie », a ajouté M. Agnoletto.

Les pays de l'UE jettent les doses de vaccin périmées

L’Europe laisse périmer des milliers de vaccins Covid-19 alors que les citoyens des pays à faible revenu ne sont vaccinés qu’à 1 % et que le taux de personnes vaccinées en première dose ne s’élève qu’à 28 % à l’échelle mondiale.

Subscribe to our newsletters

Subscribe