L’Europe poursuit son déconfinement pas à pas

Une piétonne fait une pause au soleil dans les rues d’Athènes. [EPA-EFE/KOSTAS TSIRONIS]

L’Europe poursuit son lent retour « à la normale », avec une nouvelle levée des restrictions imposées en mars en raison du coronavirus, au moment où l’OMS se réunit, virtuellement à Genève, pour envisager la manière de gérer à l’avenir la pandémie.

Partout dans le monde, les autorités partagées entre crainte d’une deuxième vague et catastrophe économique tentent d’alléger un confinement aux conséquences parfois douloureuses.

Aux États-Unis, le débat fait rage entre les partisans d’une réouverture rapide de l’économie et ceux d’une ouverture lente et raisonnée pour tenter d’éviter une seconde vague d’infections. Selon le patron de la banque centrale américaine, Jerome Powell, dans tous les cas l’emploi devrait très durement souffrir et la première puissance mondiale endurer une profonde récession.

Il estime qu’un pic du taux de chômage à 20 ou 25 % est probable, et que la chute du PIB des États-Unis au deuxième trimestre aux États-Unis sera « facilement dans les 20, les 30 % ». Rien de comparable toutefois, a-t-il affirmé, avec la Grande Dépression des années 30, parce que cette fois-ci les responsables économiques ne commettront pas les mêmes erreurs.

Les trois géants de l’automobile américaine reprennent la production lundi. Mais l’inquiétude reste grande sur les chaînes de montage où il est difficile de garder ses distances et d’éviter la propagation du coronavirus.

Les mauvaises nouvelles continuent de s’accumuler pour d’autres économies.

La troisième du monde, le Japon, est entrée en récession, avec un deuxième trimestre de contraction d’affilée du produit intérieur brut entre janvier et mars, alors que la crise du coronavirus commençait à frapper, selon des données publiées lundi par le gouvernement.

L’Italie, un des pays les plus touchés dans le monde depuis le début de l’épidémie de Covid-19, débute lundi la « phase 2″ de son déconfinement avec la réouverture des commerces, cafés et terrasses.

Le pays, premier dans le monde à avoir adopté un confinement total de sa population, profite depuis le 4 mai d’un peu de liberté retrouvée, à la faveur d’une première levée partielle de restrictions.

Symbole fort dans ce pays catholique, la basilique Saint-Pierre rouvre ses portes lundi aux visiteurs, mais les fidèles devront encore patienter pour y entendre la messe. Celle-ci aura en revanche bien lieu lundi en milieu de journée au « Duomo », la majestueuse cathédrale de Milan, au cœur de la Lombardie, durement éprouvée par l’épidémie.

Autre monument célèbre à rouvrir ses portes, l’Acropole d’Athènes retrouve lundi ses visiteurs comme tous les sites archéologiques en Grèce, avant le retour espéré des touristes, essentiels à l’économie du pays. Les écoles secondaires rouvrent également leurs portes lundi en Grèce. Les écoliers français des classes de cinquième et sixième retrouvent eux aussi lundi les bancs de l’école, mais seulement dans les régions les moins touchées par l’épidémie. La Belgique voisine rouvre également ses écoles.

Le déconfinement s’accélère en Europe

L’Europe a franchi lundi une nouvelle étape dans le déconfinement, mais la prudence reste de mise face au coronavirus qui a fait près de 250 000 morts dans le monde et contre lequel l’UE a levé plus de 7 milliards d’euros.

Biergarten ouverts

Et du Portugal à l’Azerbaïdjan en passant par le Danemark, l’Irlande ou l’Allemagne, plusieurs pays européens rouvrent leurs restaurants, cafés et terrasses, dont les fameux Biergarten, les brasseries en plein air de Bavière.

Les Allemands ont déjà eu le privilège ce weekend de retrouver leur « Fussball » avec la reprise du championnat national, la Bundesliga, première du genre à reprendre en temps de pandémie.

La victoire sans saveur du Bayern de Munich contre l’union Berlin (2-0) a pourtant eu un goût de caviar pour les fans de foot, sevrés de matchs depuis plus de deux mois à cause du coronavirus.

La chaîne allemande Sky a enregistré samedi plus de six millions de téléspectateurs en Allemagne et battu ses records d’audimat. La reprise a aussi été largement commentée dans le monde entier. « Wunderbar » (« merveilleux »), a titré en allemand le journal britannique Mirror on Sunday.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 313 611 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles dimanche à 19 h GMT.

En Espagne, durement frappée (27 650 morts) et entrée dans un déconfinement progressif, le nombre quotidien de décès est tombé sous la barre des cent pour la première fois depuis deux mois.

De quoi renforcer la volonté de certains Allemands d’obtenir enfin le droit de profiter de leur résidence secondaire sous le soleil de l’île de Majorque.

Depuis fin avril, plusieurs centaines d’entre eux ont envoyé des lettres souvent incendiaires demandant à l’archipel des Baléares, où se trouve Majorque, de permettre aux propriétaires étrangers de venir, ce que Madrid refuse toujours, en dépit du poids économique des milliers d’Allemands installés aux Baléares.

Assemblée de l’OMS

Éviter la propagation sera l’un des enjeux majeurs de discussions qui débutent lundi au sein de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les 194 pays de l’organisation se réunissent virtuellement, pour la première fois de son histoire, afin de débattre de la réponse internationale à la pandémie, qui a tardé jusqu’à présent à se concrétiser.

De nombreux chefs d’État, de gouvernements et de ministres doivent prendre la parole à l’occasion de cette Assemblée mondiale de la santé, organe décisionnel de l’agence onusienne, qui s’ouvre à 12 h (10 h GMT), et doit s’achever le lendemain à la mi-journée.

Malgré l’escalade des tensions entre Washington et Pékin, les pays espèrent adopter par consensus une longue résolution portée par l’UE. Elle demande de lancer « au plus tôt (…) un processus d’évaluation » pour examiner la riposte sanitaire internationale et les mesures prises par l’OMS face à la pandémie.

Le président Donald Trump continue de son côté à plaider en faveur d’un « retour à la normale », y compris en ce qui concerne son loisir préféré : le golf. Dans ce domaine, ça se fera avec « des milliers de spectateurs sans masques et presque les uns sur les autres », a-t-il déclaré dimanche sur NBC.

Déconfinement : le monde « d'après » aura-t-il raison de la consommation « d'avant » ?

« Plaisir » de consommer contre angoisse de retourner en magasins, achat local malgré un pouvoir d’achat restreint, envie de « changer le monde » face aux inégalités… En quoi la crise du coronavirus a-t-elle bouleversé nos habitudes ?

S'abonner à la newsletter de L'actu en capitales

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER