Lié au trafic automobile, le carbone suie associé au risque de cancer

Le carbone suie est l'une des catégories de particules fines émises par le trafic automobile. [Toa55/Shutterstock]

Des chercheurs rennais et parisiens se sont penchés sur l’impact de ce composant des particules fines. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Les particules fines émises par la combustion incomplète des carburants sont nocives, ce n’est pas un scoop. Déterminer plus précisément l’impact de chaque catégorie de ces particules est important pour de futures régulations ou la mise en place de contrôles spécifiques.

Risque de cancer, notamment du poumon

Bénédicte Jacquemin (Inserm/Université Rennes 1/EHESP) et Emeline Lequy (Inserm) se sont intéressées au carbone suie (ou noir de carbone), l’une des catégories de particules fines émises par le trafic automobile. Leur étude publiée dans la revue américaine Environmental Health Prospective suggère qu’au-delà d’effets néfastes connus sur les maladies respiratoires, une exposition à long terme augmente le risque de cancer, notamment du poumon.

« Déterminer l’effet de chacun des composés de particules fines n’est pas évident », reconnaît Bénédicte Jacquemin. Des modèles d’exposition au carbone suie, prenant en compte de nombreux facteurs, existent cependant.

Les données de 20 000 personnes

Les épidémiologistes se sont penchées sur les données d’une cohorte de 20 000 personnes (la cohorte GAZEL initialement constituée d’employés de GDF), suivie tous les ans depuis 1989. « Le point fort est que le lieu de résidence est indiqué », et qu’on peut donc connaître leur exposition à la pollution de l’air en général et au carbone suie en particulier, au cours du temps.

Selon l’étude, l’exposition au long cours augmente de 20 % le risque de développer un cancer, et de 30 % pour le cancer du poumon. Les chercheuses comptent désormais étendre leur étude à une cohorte de patients plus large (la cohorte CONSTANCES, forte de 200 000 personnes) et se consacrer à l’impact spécifique des métaux dans la pollution atmosphérique.

Subscribe to our newsletters

Subscribe