L’OCDE et l’Eurogroupe préparent des réponses inédites à la crise du coronavirus

Le secrétaire général de l'OCDE, Ángel Gurria. [EPA-EFE/Mario Guzmán]

L’Eurogroupe cherchera « une nouvelle ligne de défense » contre le coronavirus ce mardi 24 mars, alors que l’OCDE prévient que l’impact de la pandémie sur le monde dépasse ses prévisions les plus alarmistes et réclame d’urgence un nouveau « plan Marshall ».

Une « nouvelle ligne de défense » contre le virus

« L’Eurogroupe examinera les options permettant d’ajouter une nouvelle ligne de défense contre le coronavirus dans le cadre de [sa] réponse coordonnée contre la crise, après la réunion des leaders cette semaine » indique son président, le Portugais Mário Centeno, sur Twitter.

L’annonce de Mário Centeno arrive cinq jours après que l’Eurogroupe s’est engagé à faire « tout ce qui était nécessaire » pour amortir le choc économique du coronavirus, sans toutefois prendre de mesure additionnelle aux directives déjà adoptées aux niveaux national et européen.

Néanmoins, le ministre portugais des Finances avait fait savoir le 19 mars que cette situation pourrait changer dans les jours à venir. Dans un autre tweet, il a précisé que l’Eurogroupe réfléchissait aux « moyens d’intensifier la réponse politique conjointe au sein de l’Union européenne ».,

Au début du mois, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) soutenait dans son rapport intermédiaire que, dans le pire des cas, la croissance mondiale pourrait diminuer de moitié à cause du coronavirus en 2020, pour arriver à 1,5 %, ce qui ferait entrer des économies en récession, notamment en Europe et au Japon.

Un « niveau d’ambition » « à la hauteur du plan Marshall »

« Il semble désormais que nous soyons déjà bien au-delà du scénario le plus pessimiste envisagé alors », souligne Ángel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE, dans une tribune publiée sur la nouvelle page Web de l’organisme dédiée spécialement au coronavirus. Cette page, lancée le 20 mars, regroupe les données sur l’épidémie et les politiques de réponse.

Ángel Gurria prône désormais un niveau d’ambition « à la hauteur du Plan Marshall — à l’origine de l’OCDE — et [une] vision commune comparable au New Deal, mais à une échelle mondiale ».

L’UE mobilise 25 milliards d’euros pour atténuer le choc économique du coronavirus

Les institutions et les États membres de l’UE ont décidé d’assouplir la réglementation sur les dépenses de l’UE et de mobiliser au moins 25 milliards d’euros pour faire face aux retombées économiques du COVID-19.

Le secrétaire général souligne que cette pandémie constitue le troisième grand « choc » économique, financier et social du XXIe siècle, après les attentats du 11 septembre 2001 et la crise financière mondiale de 2008 .

Celui-ci se concrétise entre autres « par un arrêt de la production dans les pays touchés, qui porte un coup aux chaînes d’approvisionnement dans le monde entier, et par une chute brutale de la consommation s’accompagnant d’un effondrement de la confiance ».

Paralysie de l’économie sans précédent

Le représentant de l’OCDE, qualifiée de « club des pays riches », prévient que « les mesures strictes appliquées à travers le monde, bien qu’essentielles pour maîtriser la propagation du virus, plongent nos économies dans une paralysie sans précédent et dont elles ne sortiront pas simplement ou automatiquement ».

Vendredi 20 mars, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a dénombré plus de 210 000 cas de COVID-19 dans le monde, tandis que le nombre de décès a franchi la barre des 9000.

Ángel Gurria souligne qu’au-delà des mesures pour minimiser le nombre de décès, il est impératif de mener un effort coordonné contre la « crise économique majeure », dont les effets se feront encore sentir « même lorsque le pire de la crise sanitaire sera derrière nous ».

Le Green Deal subira des retards en raison du coronavirus

Les initiatives telles que la stratégie « de la ferme à la fourchette» ou celle sur la biodiversité risquent d’être retardées de plusieurs semaines. Mais les demandes de la République tchèque ou de la Pologne afin de réduire l’ambition ne seront pas suivies.

Éliminer les obstacles à la coopération

Le secrétaire général de l’OCDE salue la déclaration récente du G7, qui s’est engagé lors de sa réunion du 16 mars à faire « tout ce qui [était] nécessaire » par le biais d’une « coopération étroite » pour freiner les crises économique et sanitaire. Mais il juge cet engagement insuffisant.

Ángel Gurria invite les gouvernements à soutenir le personnel de santé et appelle les « organismes de réglementation [sanitaire à] […] s’employer ensemble à supprimer les obstacles d’ordre réglementaire pour les vaccins et les traitements » — et ce même pour les patients non assurés.

Il demande aussi aux gouvernements d’ « [assouplir l]es conditions d’obtention des prestations d’assurance chômage » et indique aux banques centrales qu’« une approche coordonnée du suivi [et] du diagnostic des tensions émergentes […] [aura] des résultats beaucoup plus positifs que des actions désordonnées et incohérentes ».

Coronavirus : la France se prépare à prolonger le confinement

Le gouvernement français compte prolonger le confinement de la population au-delà de la date initiale pour ralentir la propagation du coronavirus, qui a fait au moins 674 morts dans le pays, dont un médecin hospitalier.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.