La Grèce décrasse ses poumons avec l’application de la loi antitabac

En Grèce, fumer est en théorie interdit dans les lieux publics fermés depuis 2008, mais dans la pratique, la loi n’est pas appliquée. Une situation qui devrait changer avec le vote de son application.

En Grèce, le nouveau gouvernement de centre-droite (Nouvelle Démocratie – PPE) a voté pour l’application d’une loi visant à interdire l’usage du tabac dans les lieux publics fermés – loi qui existe depuis 2008, mais n’a jamais pris effet.

Selon un rapport de l’OMS (l’Organisation mondiale de la santé), la Grèce est assez mauvaise élève en ce qui concerne le respect de la loi antitabac dans les lieux publics. En 2008, Athènes a adopté une loi qui n’est jamais entrée en vigueur.

La loi anti-tabac fait un flop en Grèce

La Grèce, qui détient la plus importante proportion de fumeurs d’Europe, ne parvient pas à mettre en œuvre l’interdiction de fumer dans les lieux publics, 8 ans après l’adoption de sa loi anti-tabac.

De plus, selon Eurostat, les Grecs et les Bulgares fument plus que tout autre Européen. L’Autriche, quant à elle, est l’un des derniers États membres où l’interdiction de fumer n’est pas complètement respectée et l’usage du tabac est encore autorisé dans les bars et les restaurants. Une loi anti-tabac adoptée en 2015, mais abrogée en 2017 par le gouvernement de Sebastian Kurz, pourrait refaire surface en novembre.

Tour à tour, les gouvernements grecs ont promis de mettre en œuvre la loi antitabac esquissée en 2008, mais elle n’a jamais été appliquée.

Athènes a fait l’objet de vives critiques de la part de la Commission européenne. « Cela n’a pas vraiment d’intérêt d’avoir des lois si elles ne sont pas appliquées », a déploré le commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis en 2017.

Andriukaitis accuse l’industrie du tabac de contourner la loi

Exclusif. L’industrie du tabac ressent déjà la pression de la mise en œuvre de la législation antitabac de l’UE et explore les moyens de la contourner et de tromper les consommateurs européens, estime Vytenis Andriukaitis, commissaire européen chargé de la santé et de la sécurité alimentaire.

Cette problématique a aussi été abordée l’année dernière. Alors qu’il prononçait un discours à Athènes, Vytenis Andriukaitis a présenté une photo du vice-premier ministre grec de la santé, Pavlos Polakis, en train de fumer dans un lieu public. « C’est déplorable », a commenté Vytenis Andriukaitis, arguant que le parlement grec devait traiter ce problème de toute urgence.

« Ce n’est pas une question de liberté : fumer dans un lieu public est une atteinte aux droits de l’Homme », a-t-il conclu.

Les médias grecs clament que le Premier ministre, Konstantínos Mitsotakis, est déterminé à pallier ce problème et à appliquer, enfin, la loi antitabac dans les hôpitaux, les établissements scolaires, les centres sportifs, les restaurants, les cafés et les discothèques.

Le gouvernement prévoit en outre d’augmenter les contrôles sur le terrain et pendant les six prochains mois, les citoyens pourront signaler les infractions à la loi par téléphone.

De nombreux mouvements militants exigent du gouvernement grec qu’il cesse de fermer les yeux sur le tabagisme passif et qu’il fasse appliquer la loi.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.