L’épidémie de COVID-19 fait évoluer le débat sur la vaccination

La pandémie de coronavirus démontre l’importance des vaccinations de routine, fait valoir Hans Kluge, directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe.

« Nos systèmes de santé surchargés ne peuvent supporter aucune épidémie de maladies évitables par la vaccination », prévient le docteur Hans Kluge. Le directeur régional de l’OMS pour l’Europe s’est exprimé à l’occasion de la semaine mondiale de la vaccination 2020.

« L’accès aux vaccins pour tous a transformé nos sociétés, mais c’est un [instrument] collectif qui doit être entretenu pour être efficace, même dans les moments difficiles », a-t-il ajouté.

La semaine mondiale de la vaccination, qui a lieu durant la dernière semaine d’avril, vise à promouvoir le recours aux vaccins pour protéger les personnes de tous âges contre la maladie.

L’objectif de la campagne est de renforcer l’engagement en faveur de l’immunisation au niveau mondial et de souligner l’importance de la vaccination pour améliorer la santé et le bien-être de tous.

Près de la moitié des Européens craignent les effets secondaires des vaccins

85 % des citoyens européens pensent que les vaccins sont un moyen efficace d’empêcher les maladies, mais la moitié d’entre eux croient qu’ils peuvent « souvent produire des effets secondaires », selon un nouveau sondage Eurobaromètre.

La pandémie de COVID-19 « rappelle brutalement que les maladies infectieuses ne connaissent pas de frontières. Tous les pays sont vulnérables, indépendamment de leurs niveaux de revenus ou de la solidité de leurs systèmes de santé », soulignent l’OMS et l’UNICEF dans une déclaration commune publiée cette semaine.

« Dans toute l’Europe, où des dizaines de millions de personnes vivent confinées depuis des semaines et où plus de 100 000 personnes sont mortes, la rapidité et les ravages causés par le nouveau coronavirus ont complètement bouleversé [la] vie [des gens]. »

« Le besoin urgent d’un vaccin contre le COVID-19 souligne le rôle central que joue la vaccination dans la protection des vies et des économies », ajoutent les deux institutions dans leur déclaration.

Alors que partout dans le monde, des scientifiques travaillent à la mise au point d’un vaccin contre le coronavirus et que les capacités des systèmes de santé sont mises à rude épreuve pour faire face à la pandémie, les programmes nationaux de vaccination de routine sont « plus essentiels que jamais », souligne le texte.

Dès lors, là où les vaccinations de routine ont été temporairement suspendues en raison de l’épidémie actuelle, les prestataires de soins sont invités à réactiver les programmes le plus rapidement possible après la stabilisation de la situation.

« Les gouvernements de toute la région doivent saisir toutes les occasions possibles de protéger la population contre les nombreuses maladies pour lesquelles des vaccins sont déjà disponibles », conclut le texte.

La mise au point d’un vaccin contre le coronavirus pourrait prendre 1 an

Le développement d’un vaccin efficace contre le COVID-19 pourrait prendre une année, selon un document qu’Euractiv.com a pu consulter. Le document souligne que l’Europe « devra vivre avec le virus », jusqu’à la découverte d’un tel vaccin ou d’un traitement.

« Nous savons que la vulnérabilité aux maladies infectieuses, où que ce soit, constitue une menace pour la santé publique mondiale », relève Afshan Khan, directrice régionale de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale.

« Il est essentiel que les programmes d’immunisation de routine se poursuivent pendant cette crise, tout en protégeant de manière adéquate les travailleurs de la santé et les personnes qui se font vacciner », ajoute-t-elle, en précisant qu’il faut s’adresser en priorité aux enfants les plus vulnérables pour qui les vaccinations de routine n’ont pas été effectuées dans le passé.

« Nous pouvons éviter que le COVID-19 ait d’autres répercussions sur nos systèmes de santé en veillant à ce que les personnes de tout âge restent vaccinées conformément aux calendriers nationaux », souligne pour sa part Hans Kluge.

« J’enjoins les pays à continuer à assurer la prestation des services de vaccination et à stimuler la demande en la matière, tout au long de la vie, même en cette période difficile », ajoute-t-il.

La vaccination est largement reconnue comme l’une des interventions sanitaires les plus efficaces et les plus rentables qui soit. Mais aujourd’hui encore, quelque 20 millions d’enfants dans le monde ne reçoivent pas les vaccins dont ils ont besoin.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.