Pénuries de médicaments : des eurodéputés entendent renforcer la stratégie de l’UE

D’après la Commission, entre 2000 et 2018, les pénuries dans l’UE ont augmenté par 20 et concernent majoritairement les médicaments essentiels.  [i viewfinder/Shutterstock]

Les eurodéputés de la commission ENVI ont adopté mardi 12 octobre un rapport visant à renforcer la stratégie pharmaceutique de l’UE afin de garantir un accès aux médicaments fiable et rapide à tous les patients, alors que les pénuries ne cessent d’augmenter depuis 2000.

Les membres de la commission environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI) ont adopté le projet de rapport « pour une politique pharmaceutique de l’UE qui réponde aux futurs besoins », présenté par Dolors Monsterrat (PPE) par 62 voix pour, huit contre et huit abstentions. 

Nul n’ignore que l’Europe a été vivement critiquée lors de la crise sanitaire. La pandémie de Covid-19 a mis en lumière un problème majeur : la pénurie de médicaments et de matériel médical. D’après la Commission, entre 2000 et 2018, les pénuries dans l’UE ont augmenté par 20 et concernent majoritairement les médicaments essentiels.

« Le rapport renforce la stratégie pharmaceutique européenne en vue de la prochaine révision et mise à jour de la législation pharmaceutique européenne, en plaçant les patients au cœur des politiques de santé », a déclaré Mme Monsterrat. 

En novembre 2020 la Commission européenne a adopté la Stratégie pharmaceutique pour l’Europe qui repose sur quatre piliers : garantir l’accès aux médicaments pour tous à un prix abordable, accroître l’innovation de l’industrie pharmaceutique, renforcer la stratégie de défense contre les futures pandémies et faire de l’UE un leader en santé publique. 

Le rapport de Mme Monsterrat entend présenter à la Commission des pistes de réflexion pour la mise à jour de la législation Pharmaceutique européenne en 2022, avec pour principal objectif favoriser « l’accès aux médicaments » et promouvoir « la durabilité de nos systèmes nationaux de santé ».

« En même temps, nous devons renforcer les partenariats public-privé de l’UE pour une industrie pharmaceutique autonome sur le plan stratégique et résiliente, soutenue par un système d’incitations efficace et régie par un système réglementaire stable, actualisé et axé sur la sécurité », a également déclaré la rapporteure. 

Et cela afin que la prévention et la gestion des pénuries de médicaments ne limitent pas qu’aux périodes de crise sanitaire.

« L’indisponibilité des médicaments peut mettre en danger la santé et la sécurité des Européens pendant et en dehors des situations de crise sanitaire », a déclaré Véronique Trillet-Lenoir (Renew) et également membre de la commission ENVI à EURACTIV France. 

Santé mentale : une « urgence se répand dans l'Union européenne »

« Une urgence en matière de santé mentale se répand dans l’Union européenne. C’est une pandémie silencieuse », a averti l’eurodéputée Dolors Montserrat (PPE), membre de la commission ENVI, jeudi 7 octobre lors d’un événement.

40% des médicaments vendus en Europe proviennent de l’Inde ou de la Chine

Le manque de médicaments en Europe vient en partie de la délocalisation de la production pharmaceutique dans des pays du Sud. 

Pour rappel, 40% des médicaments finis vendus en Europe proviennent de l’Inde ou de la Chine. L’Inde et la Chine produisent également 80% des IPA (ingrédients pharmaceutiques actifs), qui servent à fabriquer les médicaments.

Les médicaments servant à traiter les cancers, les infections et les troubles du système nerveux représentent plus de la moitié de ceux dont la quantité est insuffisante, avait constaté la Commission en juillet 2020. 

C’est pourquoi les députés tiennent à revaloriser les productions nationale et européenne en soutenant la promotion de produits pharmaceutiques « Made in Europe », pour renforcer « la résilience de la production et de l’approvisionnement de l’UE ». 

Les députés de la commission ENVI comptent également mettre en place un plan de bataille qui s’attaquera notamment à l’aspect financier de l’industrie pharmaceutique : ils souhaitent accroître la transparence sur les prix et le financement public de la Recherche et développement (R&D), et promouvoir les négociations collectives sur les prix.

Parmi les autres propositions : la facilitation d’essais cliniques à grande échelle coordonnés au niveau européen et le soutien à une présence plus importante sur le marché de médicaments génériques et biosimilaires. 

Les membres d’ENVI appellent aussi l’industrie pharmaceutique à être respectueuse de l’environnement et neutre sur le plan climatique « tout au long du cycle de vie des produits ». 

En définitive, les eurodéputés insistent pour que la Commission, les États membres et l’Agence européenne des médicaments développent « un système d’alerte précoce pour les pénuries de médicaments, qui s’appuierait sur une plateforme numérique européenne transparente et centralisée », peut-on lire dans le communiqué de presse. 

« Au Parlement européen, nous veillerons à ce que ce problème soit abordé et traité dans sa globalité, à tous les niveaux de la chaîne de production, sans restrictions temporelles ou géographiques, et avec pour priorité absolue les besoins des patients », conclut Véronique Trillet-Lenoir. 

L’ensemble des membres du Parlement se prononceront sur le rapport de Dolors Monsterrat  lors de la session plénière de novembre. 

Le Parlement européen entend renforcer les droits des personnes handicapées

Mercredi 6 octobre, les députés ont adopté au Parlement européen un rapport d’initiative visant à protéger les droits des personnes handicapées au sein de l’UE à 579 voix pour, 12 contre et 92 abstentions.

Subscribe to our newsletters

Subscribe