Pfizer/BioNTech : la Hongrie, seul pays hors du nouveau contrat de l’UE

« Seule la Hongrie a demandé de ne pas en faire partie et ne sera donc pas couverte par le contrat », a précisé jeudi (20 mai) depuis Bruxelles la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides. [EPA-EFE/Attila Balazs]

La Hongrie, s’estimant suffisamment armée face au Covid-19 grâce aux vaccins russe et chinois, ne va pas s’associer au nouveau contrat conclu par Bruxelles avec Pfizer/BioNTech, se démarquant une nouvelle fois de ses partenaires européens.

« Nous ne souhaitons pas participer à la nouvelle procédure européenne d’achat de vaccins en commun », a déclaré jeudi (20 mai) lors d’un point presse hebdomadaire Gergely Gulyas, le chef du bureau du Premier ministre souverainiste Viktor Orban.

Il a expliqué que le pays, qui a déjà administré au moins une dose à la moitié de sa population de 9,8 millions d’habitants, disposait d’assez de réserves.

« Si nous devons vacciner de nouveau la population à l’automne, la Hongrie sera prête », a assuré le responsable hongrois.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé le 8 mai un nouveau contrat avec le géant américain Pfizer et le laboratoire allemand BioNTech, au nom des Vingt-Sept.

« Seule la Hongrie a demandé de ne pas en faire partie et ne sera donc pas couverte par le contrat », a précisé jeudi depuis Bruxelles la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides.

Budapest a passé commande très tôt avec Pékin et Moscou pour s’approvisionner en Spoutnik V et Sinopharm, sans attendre le feu vert du régulateur européen.

Le pays utilise également les quatre vaccins qui ont été approuvés (Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson).

Depuis l’émergence de la pandémie, 29 380 décès ont été recensés, soit l’un des taux de mortalité les plus élevés au monde, selon la base de données de l’AFP.

L'Europe tire son épingle du jeu dans le partage des vaccins à l'échelle mondiale

L’Europe se tient prête à discuter de propositions concrètes sur la levée des brevets vaccinaux. Sur la scène internationale, le bloc tire jusqu’à présent son épingle du jeu, a fait savoir le ministre portugais des Affaires étrangères Augusto Santos Silva.

Subscribe to our newsletters

Subscribe