Pfizer pousse aux États-Unis pour l’autorisation d’une 3e dose de son vaccin

« Les données que nous avons vues jusqu’à présent suggèrent qu’une troisième dose de notre vaccin déclenche des niveaux d’anticorps qui excèdent significativement ceux constatés après les deux doses initialement prévues », a déclaré Albert Bourla, le PDG de Pfizer, cité dans un communiqué. [EPA-EFE/JOHN THYS]

L’alliance Pfizer/BioNTech a plaidé lundi (16 août) auprès des autorités sanitaires américaines en faveur d’une autorisation future d’une troisième dose pour tous de son vaccin contre la Covid-19, en leur soumettant des résultats préliminaires encourageants.

« Les données que nous avons vues jusqu’à présent suggèrent qu’une troisième dose de notre vaccin déclenche des niveaux d’anticorps qui excèdent significativement ceux constatés après les deux doses initialement prévues », a déclaré Albert Bourla, le PDG de Pfizer, cité dans un communiqué.

Les deux entreprises ont donc « soumis des données de phase 1 (d’essais cliniques, NDLR) à l’Agence américaine des médicaments (FDA) afin d’étayer l’évaluation d’une troisième dose, ou dose de rappel, du vaccin contre la Covid-19 pour une homologation future », ont-elles déclaré dans ce communiqué.

Ces résultats seront également soumis à l’Agence européenne des médicaments (EMA) et d’autres autorités de régulation « dans les semaines qui viennent », ont-elles précisé.

Pfizer avait déjà communiqué sur ces résultats, qui portent sur la souche initiale du virus, mais aussi sur les variants bêta et delta, ce dernier étant à l’origine d’une forte résurgence de l’épidémie partout dans le monde.

Cette dose de rappel, donnée entre 6 et 12 mois après les deux premières injections, « pourrait aider à réduire les taux d’infections et de maladie chez les personnes préalablement vaccinées, et à mieux contrôler la propagation de variants du virus », a estimé Ugur Sahin, le patron de BioNTech.

« Des résultats de phase 3 sont attendus rapidement et seront soumis à la FDA, l’EMA et d’autres autorités de régulation dans le monde », a précisé le communiqué.

Quelques études préliminaires, ainsi que des observations réalisées en Israël, ont récemment soulevé des inquiétudes sur une efficacité diminuée du vaccin de Pfizer contre l’infection face au variant delta, même si la protection contre les cas graves de la maladie reste très bonne.

Malgré cela, le vaccin n’a « pas encore » besoin d’être adapté aux nouveaux variants en circulation, a réaffirmé début août Ugur Sahin, préconisant plutôt cette troisième dose.

Les États-Unis ont autorisé la semaine dernière une dose supplémentaire de vaccin à ARN messager (Pfizer ou Moderna) pour certaines personnes immunodéprimées, malgré les appels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à repousser les opérations de rappel pour tenter de remédier aux inégalités vaccinales béantes entre pays riches et pays pauvres.

Et d’autres catégories de la population américaine pourraient suivre dans un avenir proche.

Un comité consultatif des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique américaine, doit se réunir fin août pour discuter du bénéfice d’une dose additionnelle pour les adultes au-dessus de 65 ans, les résidents de maisons de retraite et les professionnels de santé.

Covid-19. L’Australie achète un million de doses de vaccin à la Pologne

Pour poursuivre sa campagne de vaccination, l’Australie a acheté un million de doses de vaccin aux Polonais pour faire face à une hausse du nombre de cas de contaminations.

Subscribe to our newsletters

Subscribe