Les chercheurs appellent à une action politique pour réduire la consommation d’alcool

Selon les chercheurs, pour remédier à ce problème, il est urgent de sensibiliser le public au lien entre l’alcool et les cancers et d’accroître les interventions des pouvoirs publics pour réduire la consommation d’alcool dans les régions les plus touchées. [SHUTTERSTOCK]

Une étude du Lancet Oncology a révélé que 4 % de tous les cancers nouvellement diagnostiqués en 2020 pourraient être associés à la consommation d’alcool, dont la proportion la plus élevée, soit environ 6 %, se situe en Europe centrale et orientale.

Il a été démontré que la consommation d’alcool endommage l’ADN en augmentant la production de substances chimiques nocives dans l’organisme et nuit à la production d’hormones, ce qui peut contribuer au développement du cancer. L’alcool peut également aggraver les effets cancérigènes d’autres substances, comme le tabac.

L’étude mondiale évaluée par des scientifiques a montré que la consommation d’alcool était liée à plus de 740 000 nouveaux cas de cancer en 2020. Les cancers de l’œsophage, du foie et du sein représentaient le plus grand nombre de nouveaux cas, suivis des cancers colorectaux et des cancers de la bouche et de la gorge.

Selon les chercheurs, pour remédier à ce problème, il est urgent de sensibiliser le public au lien entre l’alcool et les cancers et d’accroître les interventions des pouvoirs publics pour réduire la consommation d’alcool dans les régions les plus touchées.

« Les stratégies de santé publique, telles que la réduction de la disponibilité de l’alcool, l’étiquetage des produits alcoolisés avec un avertissement sanitaire et les interdictions de commercialisation, pourraient réduire les taux de cancers dus à l’alcool », a déclaré Harriet Rumgay du Centre international de recherche sur le cancer.

Le contexte local, a-t-elle ajouté, « est essentiel pour une politique réussie en matière de consommation d’alcool et sera déterminant pour réduire les cas de cancer liés à la consommation d’alcool ».

Consommation d’alcool par personne de plus de 15 ans en 2016

L’étude estime que les hommes représentaient la majorité des cas de cancer associés à l’alcool, tandis que les femmes représentaient un peu plus d’un quart des cas.

Chez les femmes, les plus grandes proportions de cas de cancer attribués à l’alcool ont été estimées en Europe centrale et orientale, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Chez les hommes, les plus grandes proportions de cas de cancer liés à l’alcool ont été relevées en Europe centrale et orientale et en Asie de l’Est.

Malgré les politiques fiscales et tarifaires qui ont entraîné une diminution de la consommation d’alcool en Europe, l’Europe centrale et orientale, ainsi que la région de l’Asie de l’Est, présentaient les proportions les plus élevées de cas de cancer pouvant être associés à l’alcool, soit 6%. En comparaison, les proportions les plus faibles ont été observées en Afrique du Nord et en Asie occidentale, toutes deux inférieures à 1 %.

Alors que la consommation à risque et la consommation excessive d’alcool sont à l’origine de la plus grande proportion de cas de cancer, la consommation modérée d’alcool – l’équivalent d’environ deux verres par jour – représentait près d’un septième de tous les cas associés à l’alcool.

« Notre étude met en évidence la responsabilité d’une consommation d’alcool, même relativement faible, sur les taux de cancer, ce qui est préoccupant, mais elle suggère également que de petits changements dans le comportement de la population en matière de consommation d’alcool pourraient avoir un impact positif sur les futurs taux de cancer », a déclaré Mme Rumgay.

Contrairement à ces résultats, le plan européen de lutte contre le cancer présenté en février ne porte que sur la consommation nocive d’alcool.

Vladimir Poutine déclare la "guerre des bulles" à la France

L’annonce de Vladimir Poutine d’interdire l’appellation « champagne » sur les étiquettes des vins à bulles importés pour la réserver uniquement aux producteurs de vins russes a suscité l’indignation en France. Le Comité Champagne appelle à l’arrêt des exportations.

[Post-édité par Anne Damiani]

Subscribe to our newsletters

Subscribe