Santé mentale : une « urgence se répand dans l’Union européenne »

Le rapport souligne que certains groupes de personnes ont été plus touchés par les problèmes de santé mental liés à la pandémie, à l'image des femmes : 83% d'entre elles déclarent qu'elle a eu un impact négatif sur leur santé mentale, contre seulement 36% des hommes. [ESB Professional/Shutterstock]

« Une urgence en matière de santé mentale se répand dans l’Union européenne. C’est une pandémie silencieuse », a averti l’eurodéputée Dolors Montserrat (PPE), membre de la commission ENVI, jeudi 7 octobre lors d’un événement.

En 2018, en Europe, 84 millions de personnes ont été touchées par des problèmes de santé mentale – et ces chiffres ne sont pas près de baisser.

« Nous ne savons pas où et quand ces chiffres cesseront de croître », a déclaré Mme Montserrat, tandis que Cécile Rouillon, de la DG Emploi, affaires sociales et inclusion de la Commission européenne, a souligné que les problèmes de santé mentale ont été « exacerbés par la crise du COVID ».

Les experts appellent désormais les gouvernements à prendre le relais et à considérer la pandémie comme un signal d’alarme pour adopter des politiques de santé mentale, comme le souligne un nouveau rapport présenté lors de l’événement. 

« Les efforts de rétablissement de Covid-19 offrent une occasion cruciale d’améliorer les services et les politiques de santé mentale en Europe en plaçant la santé du cerveau en tête de l’agenda européen de santé publique », a déclaré Pierluigi Antonelli, directeur général d’Angelini Pharma, un groupe international de premier plan dans le domaine des soins de santé, et l’un des coauteurs du rapport. 

Le gouvernement annonce un dispositif d’aide pour les personnes en situation de vulnérabilité mentale

Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, a annoncé une nouvelle aide pour garantir les droits des personnes souffrant d’une déficience intellectuelle, alors que s’ouvre à Paris ce mardi (5 octobre) le sommet mondial de la santé mentale.

Les femmes et les enfants particulièrement touchés

Le rapport souligne que certains groupes de personnes ont été plus touchés par les problèmes de santé mental liés à la pandémie, à l’image des femmes : 83% d’entre elles déclarent qu’elle a eu un impact négatif sur leur santé mentale, contre seulement 36% des hommes.

La crise du Covid-19 a particulièrement touché les femmes enceintes, les femmes en période post-partum ou celles qui ont subi des traumatismes, comme une fausse couche ou des abus de la part de leur partenaire, indique le rapport.

Sans surprise, le rapport révèle que les femmes souffrant de troubles mentaux sont également victimes d’une inégalité entre les sexes. Par exemple, en Espagne, elles percevaient un salaire inférieur de 14 % à celui des hommes à conditions égales, a souligné Dolors Montserrat. 

Les femmes ne sont pas les seules à subir les conséquences de la Covid-19 sur leur santé mentale. Le rapport souligne également qu’un enfant sur trois qui abandonne l’école souffre également d’un trouble mental, un chiffre qui pourrait révéler un lien entre le décrochage scolaire et le bien être mental des plus jeunes.

« Selon un rapport de l’UNICEF, 9 millions d’adolescents en Europe, âgés de 10 à 19 ans, vivent avec un trouble mental », a rappelé Mme Rouillon.

En France, l’UNICEF a lancé une consultation nationale pour ce rapport, en interrogeant plus de 25 000 enfants âgés de 6 à 18 ans sur leur santé mentale. 

Les résultats, rendus publics mercredi dernier (6 octobre), montrent que 76,6 % des personnes interrogées disent être parfois tristes ou avoir le blues, tandis que 53,3 % disent ne pas avoir envie de faire quoi que ce soit et 64,2 % disent avoir perdu confiance en eux.

« Les enfants et les adolescents sont les plus touchés, avec un impact sévère sur leur développement psychologique », a confirmé Dolors Montserrat. 

Prenant l’exemple de l’Espagne, l’eurodéputée a indiqué qu’au premier trimestre 2021, le pays a enregistré deux fois plus d’urgences pédopsychiatriques que lors de la période précédente, avec des cas d’anxiété, de troubles, de dépression, d’automutilation et de tentatives de suicide chez les adolescents.

Emmanuel Macron annonce le remboursement des consultations chez le psychologue

Lors de son discours de clôture des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures dont une très attendue : le remboursement des séances chez le psychologue sur prescription médicale.

Impact économique 

En l’état actuel des choses, le coût total des troubles de la santé mentale, en termes de perte de productivité et de dépenses de santé et d’aide sociale, est évalué à environ 4 % du PIB de l’UE, soit 600 milliards d’euros, selon Dolors Montserrat. 

Mais en Europe, seuls 5 % du total des dépenses publiques de santé sont alloués à la santé mentale. 

« Cela va de 3 % en Pologne, 3,5 % en Italie, 4,2 % en Espagne et 5,4 % au Danemark », détaille le rapport. 

En ce qui concerne la capacité à répondre aux besoins de la société en matière de santé mentale, il apparaît que les pays d’Europe du Nord et d’Europe centrale obtiennent de meilleurs résultats que les pays de l’Est, même s’il existe dans certains pays « une pénurie généralisée de données actualisées et de possibles distorsions » liées à des déclarations erronées ou insuffisantes.

Le rapport visait à fournir une approche globale et holistique. 

« Nous espérons vraiment qu’il pourra servir de point de départ aux gouvernements et aux institutions de l’UE, et pas seulement aux politiques de santé, pour vérifier et contrôler de nombreux indicateurs dans différents domaines », a déclaré Daniela Bianco, responsable des soins de santé au cabinet de conseil The European House – Ambrosetti, qui a également coécrit le rapport.

« La perspective des droits de l’homme est vraiment essentielle dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques et des programmes qui traitent de la santé mentale et du bien-être psychologique », a conclu Cécile Rouillon, appelant à « éliminer les obstacles dans l’éducation, l’emploi et à accroître l’accès aux services, aux systèmes de santé et de soins ». 

Assises de la santé mentale et de la psychiatrie : Olivier Véran annonce les premières mesures

Lors de l’ouverture des assises de la santé mentale et de la psychiatrie ce lundi (27 septembre), Olivier Véran a fait part des premières annonces du gouvernement pour venir en aide à un secteur à bout de souffle.

Subscribe to our newsletters

Subscribe