Limiter les contacts, seul remède prôné par l’UE actuellement

Janez Lenarcic et Stella Kyriakides, les commissaires européens à la Gestion des crises et à la Santé, lors d'une conférence de presse sur le coronavirus à Bruxelles le 6 mars. [EPA/OLIVIER HOSLET]

Pour contenir le coronavirus, mais aussi limiter ses effets sur les systèmes de santé et l’économie en Europe, une seule solution : rester chez soi à titre préventif et s’occuper des personnes vulnérables.

Une téléconférence s’est tenue jeudi 12 mars entre les ministres de la Santé de l’UE et les membres du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Trois commissaires européens ont aussi pris part à la réunion : Stella Kriakides, la commissaire à la Santé ; Janez Lenarčic, chargé de la gestion des crises ; et Thierry Breton, responsable du marché intérieur.

Selon l’ECDC, le risque de développer une pathologie grave à la suite d’une infection par le virus COVID-19 est considéré comme modéré pour la population générale, au sein de l’UE, de l’Espace économique européen (EEE) et du Royaume-Uni. Pour les personnes âgées et celles déjà atteintes de pathologies chroniques, le risque est élevé, estime le centre, qui prend en compte la probabilité de transmission au sein des communautés et l’impact de la maladie.

Toutefois, il est fort probable que l’épidémie excède la capacité des systèmes de santé européens, prévient l’ECDC dans une analyse des risques publiée jeudi 12 mars.

L’agence européenne déclare que « l’évaluation d’impact et des risques [entraînés] sur la capacité des systèmes de santé peut être facilitée par l’application de mesures efficaces de prévention et de contrôle, ainsi que des mesures de capacité à réagir ».

Coronavirus : faut-il s’inquiéter d’une pénurie alimentaire ?

La question de l’approvisionnement alimentaire inquiète en pleine épidémie de coronavirus. Si le riz ou les pâtes connaissent des ruptures de stock dans les rayons des supermarchés, la pénurie alimentaire est encore loin.

Selon des sources de l’UE, limiter les contacts sociaux constitue le moyen de prévention le plus efficace, du moins pour le moment.

« Les gouvernements devraient s’efforcer de transmettre le message immédiatement […]. C’est la meilleure façon de contenir le virus actuellement », affirment les sources.

Il semblerait que cette restriction des relations sociales représente la seule solution pour affronter la crise économique en vue.

« Si les gens font comme si de rien n’était, ils se rendront au travail et finiront par tomber malades […]. Ils ne pourront ensuite plus travailler, [ce qui aura] des conséquences directes sur l’économie », expliquent les sources.

Après, ajoutent-t-elles, ces personnes devront se rendre dans des hôpitaux qui sont déjà débordés, et les États membres ne pourront plus faire face à l’aggravation de la situation.

L’ECDC conseille de suspendre les rassemblements de masse, mais aussi de restreindre les contacts sociaux au travail (en permettant le télétravail, ou en annulant les réunions et les voyages non indispensables, par exemple).

L’Europe se prépare à une crise économique semblable à celle de 2008

L’épidémie de coronavirus pourrait entraîner des conséquences économiques comparables à celles de la crise de 2008, indique Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE). Son impact se ressent déjà dans plusieurs secteurs, comme le tourisme ou l’automobile.

Subscribe to our newsletters

Subscribe