Une erreur provoque le chaos dans le système polonais de vaccination

« Ce n’est pas un poisson d’avril », a déclaré un tweet du compte du programme de vaccination du gouvernement, qui a ensuite été supprimé. [Mat Napo/Unsplash]

Le système national de vaccination polonais a connu une véritable pagaille jeudi matin (1 avril) lorsque l’inscription est devenue soudainement ouverte à toutes les personnes de plus de 40 ans.

« Ce n’est pas un poisson d’avril », a déclaré un tweet du compte du programme de vaccination du gouvernement, qui a ensuite été supprimé.

Les autorités ont ensuite expliqué que ce qui s’est passé n’était rien d’autre qu’une erreur dans le système. Pourtant, de nombreuses personnes âgées de 40 à 59 ans ont réussi à s’inscrire pour se faire vacciner plus tôt que ce que leur groupe d’âge aurait été autorisé à le faire dans le cadre de la stratégie nationale de vaccination. L’erreur a obligé les organismes gouvernementaux à suspendre l’enregistrement pendant quelques heures.

En théorie, les groupes qui peuvent déjà bénéficier de la vaccination comprennent toutes les personnes de plus de 60 ans, les enseignants et les employés d’université, ainsi que certains autres professionnels, et les personnes appartenant à la catégorie à haut risque médical.

Le gouvernement prévoit de commencer la vaccination des citoyens de plus de 50 ans dans le courant du mois, tandis que la vaccination des groupes plus jeunes devrait commencer en mai.
Ceux qui ont profité de l’erreur et se sont inscrits pour le mois d’avril seront contactés et se verront proposer des créneaux en mai, a déclaré le chef du bureau du Premier ministre responsable du programme de vaccination, Michał Dworczyk. « Il ne s’agit pas d’un grand groupe, environ 600 personnes », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne la vaccination des personnes de plus de 40 ans, le privilège sera accordé à celles qui, en janvier, ont déclaré leur intention de se faire vacciner dans le cadre du programme national dans le formulaire spécial disponible sur le site Internet du gouvernement.

Protection des données : la France devant le Conseil d’Etat pour son partenariat avec Doctolib

Le 8 mars prochain, le ministère des Solidarités et de la Santé devra défendre devant le Conseil d’Etat le choix d’intégrer la société Doctolib, qui utilise les services d’hébergement d’Amazon, à son système de prise de rendez-vous en ligne pour la vaccination contre la Covid-19.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer