Une majorité de Français veut la peau de l’heure d’été

Le changement d'heure vit ses dernières heures en France? [SabOlga/Shutterstock]

Alors que les pays européens doivent décider si oui ou non ils souhaitent supprimer le changement d’heure, une très large majorité de Français semble favorable à sa suppression.

La fin du changement d’heure semble faire la quasi-unanimité en France. Mise sur la table par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, l’avenir du changement d’heure en Europe doit être tranché dans les mois qui viennent.

Et côté français, les jeux semblent être faits. La commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale a lancé le 3 février une consultation des citoyens sur l’épineuse question du changement d’heure. La consultation doit s’achever le 3 mars, mais les premiers résultats dévoilés le 18 février ne laissent guère de doutes : plus de 80% des répondants sont en faveur de la fin du changement d’heure.

« À ce jour, cette consultation en ligne a recueilli plus de 93.000 réponses, dont plus de 80% sont favorables à la fin du changement d’heure », a indiqué dans un communiqué la présidente de la commission Sabine Thillaye (LREM).

Mis en place dans les années 60 en Europe et en 1976 en France avec l’objectif du changement d’heure était de réaliser des économies d’énergie. Depuis 2002, le changement entre l’heure d’été et l’heure d’hiver a été uniformément mis en place dans toute l’UE.

Mais depuis plusieurs années, son efficacité est remise en cause, et des critiques dénoncent de manière récurrente se effets néfastes sur le sommeil, mais aussi sur les accidents de la route. Les périodes d’obscurité engendrées par le passage à l’heure d’hiver constituent par exemple un risque accru pour les cyclistes, piétons ou utilisateurs de trottinettes, moins visibles par l’es automobilistes.

L’objectif initial de réduire la consommation énergétique a lui aussi été battu en brèche par plusieurs études.

Face aux nombreuses critiques, la Commission européenne a décidé de proposer une nouvelle directive mettant fin aux changements d’heure saisonniers dans l’Union européenne. Mais l’arrêt du changement d’heure saisonnier restera optionnel, chaque État membre pouvant décider de concerner le système.

Sondage européen

Au niveau européen, les citoyens semblent déjà avoir fait leur choix, puisqu’ils sont 84 % à s’être prononcés contre le changement d’heure, à l’occasion d’une consultation publique organisée par la Commission européenne en 2018.

Avec 4,6 millions de réponses, la consultation avait d’ailleurs mobilisé très largement les citoyens, et surtout les Allemands qui ont été 3,1 millions à participer au sondage, soit 70% des répondants. Les Français ont été 393 000 à répondre. Et plus de 80% avaient déjà réclamé l’abolition du changement d’heure.

« Afin d’unifier les pratiques et les dates de passage à l’heure d’été, l’Union européenne est intervenue, en 1980 puis en 2001. Depuis cette date, tous les États membres de l’Union européenne doivent passer à l’heure d’été le dernier dimanche de mars et revenir à l’heure légale (dite « heure d’hiver ») le dernier dimanche d’octobre » explique de son côté le questionnaire de l’Assemblée nationale.

De Brest à Strasbourg

Le questionnaire de l’Assemblée nationale  détaille en 8 questions les préférences des Français en matière de changement d’heure. Les répondants doivent indiquer leur lieu de résidence, puis indiquer leur préférence: garder le changement d’heure ou l’interdire.

Les répondants sont également consultés sur les raisons de leur choix (économie d’énergie, sécurité routière, accord avec les rythmes biologiques, etc.). Autre question, celle de l’impact  du choix d’abandonner ou non le changement d’heure sur les relations entre l’Union européenne et les citoyens européens.

Heure d’été ou d’hiver? «Il pourrait faire nuit jusqu’à 10h du matin à Brest»

Karima Delli explique le passage permanent à l’heure d’été pourrait avoir pour conséquence de ne voir se lever le soleil qu’à partir de 10 h du matin dans la ville de Brest. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Parmi les solutions proposées par l’Assemblée nationale, celle de conserver l’heure l’heure d’hiver  aurait pour effet d’avoir des journées  se terminant plus tôt. Ainsi, le soleil se coucherait à 21 h 21 à Brest et à 20 h 23 à Strasbourg lors de la journée la plus longue, le 20 juin, au lieu de 22 h 21 et 21 h 23 à l’heure d’été).

En restant toute l’année à l’heure d’été, les Français seraient perdants le matin, puisque le soleil se lèverait à 10 h 06 à Brest et à 9 h 18 à Strasbourg lors de la journée la plus courte de l’année, le 20 décembre, au lieu de 9 h 06 et 8 h 18 à l’heure d’hiver.

Selon les résultats préliminaires de l’étude, près de la moitié des participants à la consultation est pour le maintien  tout au long de l’année de l’heure d’hiver.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.