Les États-Unis veulent s’accaparer les recherches allemandes sur le coronavirus

La chancelière allemande, Angela Merkel, et le président américain, Donald Trump. [Shutterstock]

Selon des informations reprises par le journal allemand Der Tagesspiegel, Donald Trump aurait proposé de grosses sommes d’argent à des scientifiques allemands pour mettre au point un vaccin contre le coronavirus dont seuls les États-Unis pourraient bénéficier.

La crise sanitaire a suscité un différend économique sérieux entre les États-Unis et l’Allemagne. Donald Trump voudrait soudoyer des scientifiques allemands pour qu’ils viennent développer un vaccin contre le coronavirus aux États-Unis, mais aussi pour avoir le monopole sur le médicament, selon des informations rapportées par le quotidien Welt am Sonntag.

Le Ministère allemand de la Santé a confirmé à l’agence de presse Reuters que le gouvernement américain s’intéressait de près à CureVac, une entreprise pharmaceutique basée à Tubingue, dans le sud de l’Allemagne, qui cherche actuellement à développer un vaccin contre le virus.

« Nous confirmons les informations du Welt am Sonntag », a indiqué un porte-parole du Ministère de la Santé. Le gouvernement allemand, également cité dans le journal, souligne sa volonté de voir le vaccin développé en Allemagne et en Europe,

D’après l’article du journal allemand, le président américain aurait proposé une grosse somme d’argent aux chercheurs de CureVac pour s’assurer l’exclusivité des droits sur les recherches de l’entreprise. Donald Trump a attesté tout mettre en place pour que les États-Unis bénéficient d’un vaccin. « Mais ce n’est que pour les États-Unis », a souligné le gouvernement allemand.

CureVac travaille conjointement à la production d’un vaccin avec l’Institut Paul Ehrlich, l’agence fédérale allemande pour les vaccins et les biomédicaments. L’article annonce en outre que les représentants du gouvernement allemand mènent actuellement des négociations avec l’entreprise.

Coronavirus : Trump interdit aux Européens d'entrer aux États-Unis

Le président américain Donald Trump a annoncé le 11 mars la suspension pour trente jours de l’entrée aux États-Unis de tout étranger ayant séjourné en Europe afin d’endiguer la pandémie de nouveau coronavirus, déclenchant une nouvelle tempête sur les marchés.

Sur son site Web, CureVac fait savoir que le président de son conseil d’administration, Daniel Menichella, s’est rendu à la Maison-Blanche début mars, où il s’est entretenu avec Donald Trump, le vice-président américain Mike Pence, des membres du groupe d’étude sur le coronavirus et d’autres cadres supérieurs des industries pharmaceutique et biotechnologique.

Les participants à la réunion ont abordé les stratégies ainsi que les possibilités de développement et de production d’un vaccin. « Nous sommes très confiants dans notre capacité à développer un vaccin expérimental efficace dans les mois qui viennent », affirme Daniel Menichella sur le site de CureVac.

Le cofondateur et membre du conseil d’administration de CureVac, Florian von der Mülbe, a indiqué que l’entreprise avait lancé des recherches sur un grand nombre de vaccins potentiels, et était actuellement en train de choisir les deux formules les plus concluantes pour les soumettre à des tests cliniques. La société pharmaceutique espère développer un vaccin expérimental d’ici à juin ou juillet, avant de recevoir l’accord pour mener des essais sur l’homme.

« Le gouvernement allemand porte un grand intérêt aux vaccins et aux substances actives contre le coronavirus qui sont développés en Allemagne et en Europe », a confirmé un porte-parole du Ministère de la Santé allemand au journal du pays.

« À ce titre, le gouvernement mène actuellement de vives discussions avec l’entreprise CureVac ». D’après des sources du gouvernement interrogées par le journal, l’Allemagne tenterait de retenir la société au moyen d’offres financières. CureVac n’a pas souhaité s’exprimer sur l’article original publié par Welt am Sonntag.

L’Espagne, qui compte 7 700 cas de coronavirus, se met en confinement total

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, a déclaré le confinement total à la télévision nationale dimanche 15 mars. Le virus a déjà atteint plus de 7 700 personnes et fait 288 morts dans le pays.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer