Vaccination obligatoire des soignants. Qui est pour ? Qui est contre ? Tour d’horizon

La vaccination obligatoire des soignants pourrait entrer en vigueur dès septembre. [Halfpoint/Shutterstock]

Le Premier ministre doit recevoir cette semaine les chefs de file du Parlement et des élus locaux pour aborder, entre autres, la question de la vaccination obligatoire des soignants. Tour d’horizon de ceux qui se sont prononcés pour ou contre cette mesure.Un article de notre partenaire Ouest-France.

La France envisage de rendre obligatoire la vaccination contre le Covid pour le personnel de santé. Une mesure que seule l’Italie applique déjà en Europe. D’autres pays ont néanmoins des projets d’obligation vaccinale.

Le Premier ministre Jean Castex doit consulter jeudi en visio les associations d’élus à ce sujet, avant un éventuel projet de loi qui pourrait être examiné dès la fin juillet au Parlement. Si un consensus se dégage, «  une des options de travail est un projet de loi la semaine prochaine en Conseil des ministres et fin juillet au Parlement en décalant la fin de session. Rien n’est encore figé, mais ce n’est pas exclu  », indique une source parlementaire. La vaccination obligatoire des soignants pourrait alors entrer en vigueur dès septembre.

Le gouvernement, des médecins, mais aussi le Medef et la CFDT ont pris position en faveur de l’obligation pour les soignants, encore trop peu vaccinés dans les Ehpad (57 %) et les hôpitaux (64 %). Qui est Pour et qui est Contre  ? Tour d’horizon.

L’Euro 2021 va-t-il se transformer en scandale sanitaire ?

L’inquiétude de Merkel prolonge celle du vice-président de la Commission européenne Margaritis Schinas et du président du Conseil italien, Mario Draghi, qui a suggéré d’organiser la fin de la compétition dans un autre pays.

Ceux qui ne sont «  pas favorables  »

Lundi, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a déclaré qu’il n’y était «  pas favorable  ». Le premier syndicat dans la fonction publique hospitalière estime «  qu’il vaut mieux convaincre plutôt que contraindre. Il faut voir pourquoi une partie des soignants ne veut pas se faire vacciner, il y a certainement des raisons, donc il vaut mieux discuter plutôt que d’imposer  », a déclaré M. Martinez.

Jean-Luc Mélenchon, chef de file des députés de La France insoumise (LFI) et la vice-présidente du groupe, Mathilde Panot, émettent aussi une certaine réserve. Ils ont répondu dans un courrier à la consultation lancée par Jean Castex auprès des groupes parlementaires et des associations d’élus sur le bien-fondé de l’éventuelle obligation de vaccination des soignants par une série de questions dont  : pourquoi la vaccination obligatoire des soignants «  et pas les autres catégories au contact d’un public nombreux comme le sont par exemple les enseignants ou les parlementaires  ?  »

Vendredi dernier, le député La France insoumise Alexis Corbière, interrogé par France Info, s’est dit «  agacé que ceux que nous avons applaudis à 20h  » pendant le premier confinement soient aujourd’hui «  la cible d’attaques que je considère comme injustes, comme s’ils étaient des têtes folles qui n’étaient pas responsables.  »

Covid-19. Olivier Véran craint une quatrième vague « dès la fin juillet », le point par département

Dans son bilan quotidien de l’épidémie de Covid-19, Santé publique France fait état ce dimanche 4 juillet de 2 549 nouvelles contaminations au coronavirus.

«  Convaincre  » plutôt que d’obliger

Le député LFI Eric Coquerel a indiqué à 20 minutes ne pas comprendre «  cette logique de culpabilisation de professionnels de santé qui ont déjà beaucoup donné depuis le début de la crise  ». Il craint que cela renforce le risque de fracture entre les Français et «  la défiance à l’égard des autorités  ». Il plaide plutôt pour «  un effort pédagogique supplémentaire pour convaincre  ».

À l’extrême droite, le maire Rassemblement national de Perpignan Louis Aliot s’est dit sur Sud Radio «  contre l’obligation en matière vaccinale  ». «  Je crois au principe de responsabilité et je veux faire confiance aux soignants, les mieux placés pour connaître la manière d’exercer leur travail.  »

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, refuse également de voir les soignants comme des «  boucs-émissaires  » et a dénoncé vendredi dernier l’« ingratitude  » et l’«  incohérence  » du gouvernement, qui les a obligés des mois à aller travailler «  sans aucun moyen de protection » et veut aujourd’hui «  les vacciner de force  ».

Les régions espagnoles vont réimposer des restrictions pour les bars et boîtes de nuit

Les autorités locales espagnoles ont déclaré qu’elles allaient revenir sur les assouplissements des restrictions concernant les lieux de fête et les boîtes de nuit, alors que les services de soins de santé primaires doivent faire face à une augmentation des cas de Covid-19 parmi les jeunes du pays.

Ceux qui sont pour la vaccination obligatoire

Dans une tribune au Journal du Dimanche, 96 médecins, dont des chefs de service devenus des figures médiatiques de la pandémie, ont demandé au gouvernement «  de prendre dès à présent la décision d’obligation vaccinale  » pour tout salarié d’un Ehpad ou d’un hôpital «  (s’) exposant ou exposant les personnes dont elle est chargée à des risques de contamination  » au Covid-19. Ils veulent une mesure «  effective avant le début du mois de septembre  » pour «  éviter une quatrième vague  », une crainte renforcée par la progression rapide du variant Delta, très contagieux.

Les patrons du Medef et de la CFDT, Geoffroy Roux de Bézieux et Laurent Berger, ont déjà donné leur point de vue. Dans une tribune conjointe publiée par le JDD sous le titre « La vaccination, c’est la seule solution », ils se disent attachés à deux principes  : le volontariat et le secret médical. Mais «  le premier peut toutefois connaître des exceptions pour les salariés au contact du public au nom de l’indispensable protection des autres  ».

Le président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI), Jean-Christophe Lagarde, se dit favorable à la vaccination obligatoire des personnels soignants et éducatifs et préconise qu’un employeur puisse exiger la vaccination de ses employés.

«  Notre pays est probablement à un moment de bascule en termes de résurgence de l’épidémie et d’acceptabilité d’éventuelles mesures de freinage  », affirme M. Lagarde, en soulignant que «  le clivage  » entre personnes vaccinées et réticents peut «  générer des tensions non souhaitables  ».

L'Italie veut vacciner les jeunes dans le but de rouvrir les écoles à l'automne

Avec seulement 16 % des 12-18 ans, ayant au moins reçu une première dose de vaccin, le président de la fédération des ordres médicaux, Filippo Anelli, a déclaré que « avec le variant Delta, la recommandation est de se faire vacciner rapidement, avant le début de la nouvelle année scolaire. »

Quid des autres pays européens  ?

En Europe, seule l’Italie, qui avait aussi été le premier pays à instaurer un confinement en mars 2020, l’applique depuis avril pour tous les soignants et les pharmaciens, rappelle un article des Echos. Mais le Royaume-Uni a aussi décidé de l’imposer à partir d’octobre pour le personnel des maisons de retraite, sans exclure de l’étendre ensuite à l’ensemble des soignants. La Serbie l’envisage également, comme l’Irlande.

Subscribe to our newsletters

Subscribe