Virus : ballon d’oxygène pour les Belges bientôt de retour en terrasse

Alexandre De Croo a annoncé que les cafés et restaurants, contraints de fermer fin octobre pour endiguer la deuxième vague, pourraient rouvrir leurs terrasses le samedi 8 mai. Cela se fera vraisemblablement en limitant le nombre de consommateurs par table, selon une source gouvernementale. [EPA-EFE/OLIVIER HOSLET]

Terrasses ouvertes le 8 mai, voyages à l’étranger possibles dès lundi même si « déconseillés » : le Premier ministre belge Alexander De Croo a voulu mercredi offrir un ballon d’oxygène à sa population lassée par des mois de restrictions anti-Covid.

Malgré la pression encore « très importante » sur les hôpitaux, « nous ne sommes clairement pas dans l’augmentation exponentielle (des infections) redoutée par certains » dans cette troisième vague, a déclaré en conférence de presse le dirigeant libéral flamand.

Il a annoncé que les cafés et restaurants, contraints de fermer fin octobre pour endiguer la deuxième vague, pourraient rouvrir leurs terrasses le samedi 8 mai. Cela se fera vraisemblablement en limitant le nombre de consommateurs par table, selon une source gouvernementale.

Cette date du 8 mai marquera aussi la fin du couvre-feu, remplacé par une interdiction des rassemblements de plus de trois personnes à l’extérieur entre minuit et 5h00.

La question de la réouverture des cafés et restaurants (le secteur de l’horeca en Belgique) faisait l’objet depuis plusieurs jours de vifs débats dans le royaume.

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, les grandes fédérations du secteur, associant les brasseurs belges, ont financé ensemble une vaste campagne publicitaire lancée mercredi (14 avril) dans les médias pour réclamer une réouverture totale – en intérieur et en extérieur – le samedi 1er mai. « Six entreprises sur dix de l’horeca sont en difficulté », déplore le secteur.

La Belgique, pays de 11,5 millions d’habitants où la pandémie a fait à ce jour 23.566 morts selon les chiffres officiels, a connu fin mars un nouveau tour de vis des restrictions pour endiguer la troisième vague.

Les coiffeurs ont dû de nouveau ranger leurs ciseaux et les écoles ont été fermées une semaine avant les congés de Pâques (qui s’achèvent ce dimanche 18 avril).

Comme prévu, les écoles rouvriront lundi prochain (19 avril), seuls deux niveaux de l’enseignement secondaire restant contraints à dispenser de l’enseignement à distance (50% du temps).

Autre évolution le 19 avril : la levée de l’interdiction des voyages non essentiels hors des frontières, que la Belgique avait étendue aux déplacements dans l’UE fin janvier, s’attirant des remontrances de la Commission européenne.

Désormais ces déplacements seront possibles, même s’ils restent « déconseillé », a dit Alexander De Croo.

« Approche coordonnée »

Il a précisé que les voyageurs belges feraient l’objet d’« un suivi très strict » à leur retour d’une zone rouge (la quasi totalité du territoire de l’UE), la police pouvant être sollicitée pour contrôler le respect des tests obligatoires et de la quarantaine.

Fin février, l’exécutif européen avait sommé une demi-douzaine de pays de l’UE, dont la Belgique, de s’expliquer sur des restrictions de circulation, rappelant que les fermetures de frontières devaient être évitées au profit de restrictions « non discriminatoires et proportionnées ».

Mercredi après-midi (14 avril), le commissaire européen Didier Reynders a salué sur Twitter l’assouplissement belge permettant de « maintenir le respect de la libre circulation au sein de l’UE ».

« Ensemble, continuons à œuvrer pour une approche coordonnée et européenne », a ajouté l’ancien chef de la diplomatie belge.

Une approche prônée par la Belgique mercredi concernant la suspension des vols directs avec le Brésil, où la situation sanitaire est jugée inquiétante en raison de la forte contagiosité du variant local.

Alors que la France a décidé de ne plus accueillir de vols directs sur son sol jusqu’au 19 avril, des contacts ont été initiés avec l’Allemagne, les Pays-Bas et le Luxembourg pour s’aligner sur cette position, a dit à l’AFP le ministre belge des Transports Georges Gilkinet.

En Belgique, la moyenne quotidienne des nouvelles infections au coronavirus est retombée à environ 3 500 (3 452 mercredi) après être montée au-delà de 6 000 fin mars.

Mais la pression reste forte sur le système hospitalier avec 945 patients Covid recensés mercredi dans les unités de soins intensifs, un chiffre qui a doublé depuis la mi-mars, selon les données de l’institut Sciensano.

Un tribunal condamne la Belgique à revoir le cadre légal de ses mesures anti-Covid

Le tribunal de première instance de Bruxelles a condamné mercredi (31 mars) l’État belge à revoir le cadre légal de ses mesures anti-Covid dans un délai de trente jours, après une plainte d’organisations de défense des droits humains

Subscribe to our newsletters

Subscribe