L’UE lance une révision majeure de sa politique de la pêche [FR]

ship_03.jpg

Hier 17 septembre, l’exécutif européen a annoncé une révision complète de la politique européenne de la pêche. Une réforme majeure devrait être proposée d’ici 2012. Cependant, les organisations écologistes ont indiqué qu’un changement drastique et urgent était nécessaire pour faire de la pêche un secteur durable au niveau européen.

Approuvant les conclusions d’un rapport du commissaire Borg soulignant les lacunes de la politique commune de la pêche (PCP), l’exécutif européen a déclaré que « la prise de décision à court terme associée au comportement irresponsable de certaines parties du secteur continuent de pénaliser les pêcheurs agissant dans l’intérêt commun ».

Une réforme est nécessaire car « dans sa forme actuelle, la PCP n’encourage un comportement responsable ni chez les pêcheurs ni chez les décideurs politiques. […] Les instruments de gestion que nous utilisons favorisent une prise de décision partielle et à court terme, qui a rendu nos pêches moins durables », a indiqué le commissaire Borg.

Parallèlement, le rapport Borg met en évidence une série de problèmes à aborder en vue de la mise en place d’une pêche véritablement durable dans les eaux de l’UE, notamment :

  • la surcapacité de la flotte : les navires de pêche de l’UE sont actuellement capables « de capturer entre deux et trois fois le rendement constant maximal » ; 
  • la responsabilité des pêcheurs : ceux-ci doivent être responsables « vis-à-vis de l’utilisation durable d’une ressource publique » ; 
  • la durabilité écologique : elle doit prévaloir sur la durabilité économique et sociale ; 
  • la simplification : il faut simplifier la réglementation au niveau de l’UE et encourager, dans la mesure du possible, des solutions de gestion régionales. 
     

Prédisant un morne futur pour la pêche de l’UE au cas où le bloc n’adopte pas une approche basée sur les écosystèmes, l’ONG environnementaliste Oceana estime que 88 % des stocks européens de poissons sont surexploités. Appelant la semaine dernière à une gestion de la pêche fondée sur la science, le groupe a présenté des données montrant que la plupart des conseils scientifiques par rapport aux quotas de poissons ne sont pas respectés. 

La PCP ne peut pas être considérée comme l’instrument européen de gestion de la pêche tout en garantissant une exploitation durable des ressources aquatiques si les décideurs s’obstinent à ne pas tenir compte des conseils des scientifiques, a déclaré l’ONG.

Les ministres de la Pêche débattront de la future politique le 29 septembre, avant la réunion du Conseil en décembre 2008. Si les dirigeants de l’UE appellent formellement la Commission à réformer la PCP, l’exécutif européen consulterait ensuite les gouvernements nationaux et d’autres acteurs à partir du début 2009. La Commission a indiqué que les opinions des parties prenantes, associées à sa propre révision, fourniront les bases du futur processus de réforme. 

En juin dernier, les ministres avaient approuvé les propositions de l’exécutif européen en vue de combattre la pêche illégale et de protéger les écosystèmes marins vulnérables en appuyant deux nouvelles régulations à l’unanimité (EURACTIV 26/06/08 http://www.euractiv.com/fr/environnement/ue-engage-lutter-peche-illicite-proteger-ecosystemes-marins/article-173671). 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.