Barroso refuse de dire s’il se présentera à la tête de l’OTAN

EU nato.jpg

Le président de la Commission n’a pas dévoilé s’il voulait devenir le prochain secrétaire général de l’OTAN. Le ministre belge de la défense, Pieter De Crem, serait le candidat favori.

La Commission a présenté une proposition pour améliorer le secteur de la défense en Europe. Des journalistes ont demandé à cette occasion à José Manuel Barroso si le poste de secrétaire général de l'OTAN l'intéressait. Les chefs d'État et de gouvernements de l’UE discuteront de la politique européenne de défense lors d'un sommet en décembre. La proposition de l'exécutif européen vise à préparer le débat des dirigeants.

« Cette communication n'a rien avoir avec mon avenir. Elle concerne la situation actuelle de la Commission européenne, qui a décidé de contribuer à une action extrêmement importante à l'échelle européenne. Tout lien entre cette communication et ce que je ferai ou non à l'avenir est de la pure spéculation », a répondu le président de l'exécutif.

Le mandat d'Anders Fogh Rasmussen au poste de secrétaire général de l’OTAN expire en juillet 2014.

M. Barroso n'a pas annoncé ses projets après les élections européennes en mai 2014. Le nouveau Parlement européen désignera un nouveau président de la Commission, qui représentera la force politique vainqueur des élections (voir « Contexte »).

Les groupes politiques européens n'ont pas encore désigné leur candidat au scrutin. Martin Schulz (Allemagne, S&D), l'actuel président du Parlement, serait probablement le candidat socialiste. Des doutes subsistent autour du candidat pour le Parti populaire européen (PPE), le plus grand groupe politique au Parlement.

M. Barroso, affilié au PPE, pourrait briguer un troisième mandat en théorie. Des experts de l'UE estiment toutefois que c'est très improbable. L'ancien ministre portugais serait plutôt candidat à une haute fonction internationale, à l'OTAN ou aux Nations unies, dont le prochain secrétaire général devrait être européen. Cette option est assez lointaine, car le mandat de Ban Ki-moon expire en 2017.

M. Rasmussen devrait quant à lui briguer une autre fonction européenne. Selon le quotidien danois Politiken, M. Rasmussen (libéral) et la première ministre actuelle Helle Thorning-Schmidt (socialiste) seraient candidats au poste d'Herman Van Rompuy (président du Conseil) ou de Catherine Ashton (haute représentante pour les affaires étrangères).

Cette phrase rejoint un peu la suivante Un seul groupe politique n’obtiendrait vraisemblablement pas la majorité des postes à pourvoir : président du Conseil, de la Commission et du Parlement ; haut représentant pour les affaires étrangères et secrétaire général de l'OTAN. Un seul pays n'obtiendrait certainement pas non plus deux de ces fonctions.

Des sources de l'OTAN ont déclaré à EURACTIV que la course au poste de secrétaire général de l’organisation avait commencé. Pieter De Crem aurait le plus de chance de l’emporter. Homme politique conservateur flamand du parti CD&V d'Herman Van Rompuy, M. De Crem pourrait rassembler le plus de voix.

Deux autres candidats sérieux sont déjà hors course, selon les informations d'EURACTIV. Le premier est Franco Frattini, ancien commissaire et ministre des affaires étrangères. Sans affiliation politique à l'heure actuelle, il était député du parti Forza Italia de Silvio Berlusconi. Il n'aurait pas été retenu, car il ne bénéficierait peut-être pas du soutien politique de Rome.

Le second candidat est Rados?aw Sikorski, l'actuel ministre polonais des affaires étrangères. Il est député du parti de centre-droit Plateforme civique du premier ministre Donald Tusk.

De nombreux pays de l'OTAN soutiennent M. Sikorski, un fauteur de trouble atlantiste. Il aurait toutefois réduit ses chances en se rangeant ouvertement du côté de Mitt Romney, candidat républicain à la présidence des États-Unis en 2012 contre Barack Obama.

« Rados?aw Sikorski sait qu'il n'a aucune chance pour le poste à l'OTAN », a déclaré une source à EURACTIV. Elle a ajouté que le ministre polonais pourrait remplacer Catherine Ashton, qui a annoncé son retrait de la scène politique en novembre 2014.

Des diplomates ont indiqué que tout pouvait arriver avant la fin du mandat de M. Rasmussen, ancien premier ministre danois. Ils n'ont pas exclu que M. Barroso rejoigne l'OTAN. 

Les élections européennes de 2014 seront les premières organisées depuis le traité de Lisbonne, qui visait à renforcer le rôle du citoyen européen en tant qu'acteur politique dans l'UE.

Le traité de Lisbonne renforce également les pouvoirs du Parlement européen, ce qui consolide son rôle en tant que colégislateur et lui accorde davantage de responsabilités. Le Parlement élit le président de la Commission sur la base d'une proposition du Conseil européen en prenant en compte les résultats des élections européennes (article 17, alinéa 7 du traité sur l'Union européenne).

  • 22-25 mai 2014 :  des élections européennes devraient être organisées dans les 28 États membres
  • Juin 2014 : fin du mandat actuel du secrétaire général de l'OTAN

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.