« Franco est de retour » : florilège des slogans brandis à Barcelone

Manifestation contre l'intervention policière espagnole. [Ouest-France]

La Catalogne était en grève, ce mardi, pour dénoncer les violences policières de dimanche pendant le référendum interdit sur l’indépendance. Dans les manifestations qui ont rassemblé aujourd’hui des dizaines de milliers de personnes à Barcelone, des slogans, tantôt poétiques, tantôt virulents, ont été brandis. Un article de notre partenaire Ouest France.

La créativité au service du combat politique. Il y a eu débauche de formules et de slogans pendant les manifestations du camp indépendantiste, qui ont réuni la foule, ce mardi à Barcelone, pour protester contre les violences policières lors du référendum d’autodétermination interdit par Madrid.

« La feuille gagne sur la pierre » porte sur une pancarte un étudiant qui doit être joueur. « Le vent qui souffle rend plus fort », a écrit ce quadragénaire. Deux jeunes filles brandissent un « Canadiens contre la violence ».

« Europe, es-tu aveugle ? La démocratie est en train de mourir »

« Terrorisme d’Etat »

Une autre porte, attaché comme un dossard, « Franco est de retour » et une adolescente au-dessus de sa tête « Voter ne fait pas de mal ». Avec cette variation pour une autre : « Voter n’est pas illégal »

Un homme qui tient son petit garçon par la main est allé à l’essentiel : « Paix et liberté ». Une femme a choisi « Au secours l’Europe ! » et une autre « Europe, es-tu aveugle ? La démocratie est en train de mourir ». Tandis que celle-ci a tranché : « La violence n’est pas une solution ».

« restez calme »

On aura aussi beaucoup entendu « In… Inde… Independancia ». « Dehors les forces d’occupation » et « Nous sommes des gens de paix » répétés sur l’air des lampions. Ils ont été les leitmotivs de ces journées.

« Le papier gagne sur la pierre »

Quand elle est passée devant les policiers déployés autour de leur commissariat, la foule a lancé un sévère « Assassins ». Un peu avant elle scandait « Nous sommes un quartier digne », « Dehors les fascistes » et « Les rues seront toujours à nous ».