Une crise sociale plane sur les élections européennes

Manifestation des gilets jaunes le 15 décembre 2018. [Ian Langsdon/EPA/EFE]

Les gilets jaunes en France et en Belgique pourraient bien être la partie émergée de l’iceberg d’un plus grand bouleversement social avant les élections européennes.

De manière justifiée ou non, la crise migratoire reste un thème clé à l’approche des élections du 26 mai prochain. Le sujet a semé le trouble dans l’Union européenne. L’arrivée massive de migrants en Europe a par exemple joué un rôle non négligeable dans la campagne du référendum sur le Brexit en 2016.

La Suède est quant à elle dans l’impasse politique, sans gouvernement, après la victoire de l’extrême droite lors des élections de septembre, avec un programme anti-immigration radical.

En Belgique, le Premier ministre Charles Michel a présenté sa démission après que son partenaire de coalition, le parti d’extrême droite flamand N-VA, a abandonné le gouvernement pour des divergences sur le dossier migratoire.

Le Pacte sur les migrations déchire le gouvernement belge

Le Premier ministre belge a pris la tête d’un gouvernement minoritaire, après la démission des ministres nationalistes flamands de la coalition gouvernementale, en raison d’une divergence profonde sur le Pacte de l’ONU sur les migrations.

Mais dans d’autres pays, les cataclysmes politiques ont eu lieu pour d’autres raisons que l’immigration. En Slovaquie, le Premier ministre a été remplacé à la suite d’un soulèvement après l’assassinat du journaliste Ján Kuciak. En Espagne, Mariano Rajoy a été évincé à cause de scandales de corruption.

Mariano Rajoy renversé par le Parlement espagnol

Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy, coulé par un scandale de corruption, a été renversé vendredi par le Parlement, après plus de six ans au pouvoir en Espagne, et remplacé par le socialiste Pedro Sanchez.

L’Italie est un cas à part : le pays a toujours été un laboratoire de projets politiques et a porté au pouvoir un gouvernement anti-establishment, avec le mouvement populiste 5 étoiles de Luigi di Maio et la Ligue d’extrême droite de Matteo Salvini. Une coalition qui a deux objectifs principaux : mettre un terme à l’immigration illégale et stimuler l’État providence. Ce dernier a été source de tensions avec la Commission européenne, soucieuse de maintenir la discipline budgétaire.

Le mal-être de la mondialisation

D’autres gouvernements au contraire n’ont pas fait du domaine social leur priorité et en ont payé le prix. Les événements ont été accélérés par la hausse des prix du pétrole, causée par les fluctuations du marché, mais aussi par les politiques fiscales visant à améliorer la qualité de l’air en réduisant l’utilisation du diesel. De la Bulgarie à la Croatie en passant par la France et la Belgique, la population est descendue dans la rue pour manifester.

Le dénominateur commun ? Ces personnes protestent contre la dégradation de leurs conditions de vie et ne veulent pas être représentées par les forces politiques existantes.

Au Portugal, en France et en Belgique, le mouvement a pris comme symbole quelque chose que tout le monde a à portée de main : le gilet jaune, obligatoire dans chaque voiture. Les personnes soutenant le mouvement, sans toutefois rejoindre les manifestants, pouvaient donc mettre leur gilet jaune de manière visible derrière leur pare-brise. Les « gilets jaunes » sont soutenus par un pourcentage étonnamment élevé de la population.

Luca Jahier : « les gilets jaunes montrent une élite politique déconnectée»

Les réformes d’Emmanuel Macron creusent les fractures sociales, et les protestations des gilets jaunes ont atteint des proportions sans précédent. L’UE peut-elle répondre aux demandes sociales des Français ?

 

Il est intéressant de noter qu’en Hongrie, malgré les nombreuses raisons qu’avait l’opposition de manifester contre les politiques de Viktor Orbán, le dénominateur commun qui les a unis était de nature économique et sociale : la loi dite de « l’esclavage », qui permet notamment aux employeurs de demander aux salariés de travailler jusqu’à 400 heures supplémentaires chaque année.

Signal universel

Selon l’analyste polonais Piotr Kaczyński, le signal que les gilets jaunes envoient dans toute l’Union est un message universel des « laissés pour compte », c’est-à-dire, des personnes fatiguées de la mondialisation.

Il estime qu’en réalité, la mondialisation tant vantée n’a profité qu’à une minorité de personnes, et clairement pas aux citoyens ordinaires, souvent sans emploi, sous-payés, sans sécurité de l’emploi, vulnérables face à un monde changeant, face à l’afflux de migrants du Sud et à la concurrence de l’Est.

Piotr Kaczyński soutient que la situation en Pologne n’était pas différente, bien que certains pensent que le pays a tiré profit de la mondialisation.

« Le salaire moyen en Pologne, selon l’office statistique national, est de 1 100 € avant impôts et Eurostat dit que le chômage est inférieur à 4 %. Mais ce n’est que sous un astérisque (*) que l’on peut constater que 60 % des travailleurs polonais ne sont pas pris en compte dans la moyenne. Le salaire commun en Pologne n’était que de 350 € après impôts il y a deux ans », explique-t-il.

Reste à savoir si cela va se répercuter sur les résultats des élections européennes. Pour le Polonais, c’est évident : « Les impatients ont déjà montré les dents avec toute sorte de votes de protestation contre les systèmes politiques de la plupart des États membres de l’UE et, maintenant, de l’Union elle-même. Mais ce n’est pas toujours une voix anti-européenne. Il y a de graves problèmes, beaucoup d’angoisse et de manque de patience et très peu de dirigeants qui s’attaquent aux vrais problèmes sociaux. »

Subscribe to our newsletters

Subscribe