Bruxelles débloque des fonds pour l’emploi des jeunes

Thyssen

Marianne Thyssen [Henriette Jacobsen]

La Commission européenne souhaite donner un coup d’accélérateur à l’initiative pour l’emploi des jeunes.

La Commission européenne propose de débloquer un milliard d’euros de l’initiative pour l’emploi des jeunes accessible plus rapidement. Cette proposition de la Commission signifie que les États membres qui bénéficieront de l’initiative pourraient recevoir un tiers de l’allocation de 3,2 milliards d’euros juste après l’adoption des programmes opérationnels.

Les États devraient rendre ces fonds immédiatement accessibles aux bénéficiaires via des avances de paiement, étroitement surveillées par la Commission.

La Commission estime que ce financement avancé pourrait accélérer l’accès aux aides et permettre à entre 350 000 et 650 000 jeunes d’en bénéficier cette année. Au taux de préfinancement actuel, seuls entre 14 000 et 22 000 jeunes bénéficieraient de l’initiative dans l’année.

>> Lire : Le sommet pour l’emploi à Milan veut débloquer une mécanique grippée

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles le 4 février, Marianne Thyssen, commissaire à l’emploi, aux affaires sociales, aux compétences et à la mobilité des travailleurs, a défendu la proposition de la Commission et l’allocation de l’argent de l’initiative « emploi des jeunes » aux États membres.

« J’adorerais qu’on puisse avoir [un taux de préfinancement] de 100 %, mais nous devons respecter les règles, et nos responsabilités budgétaires. Nous avons déjà facilité les choses pour les États membres. Il est à présent plus aisé pour eux d’utiliser cet argent. Nous ne demandons pas de cofinancement aux États membres ni de politiques budgétaires spécifique pour l’initiative à l’emploi, par exemple », explique la commissaire.

« Le nouveau taux devrait permettre aux États membres d’accélérer ce processus. Ce n’est pas un chiffre arbitraire, il découle d’une gestion budgétaire », continue-t-elle.

>> Lire : Comment l’UE lutte pour l’emploi des jeunes

Des financements bloqués à cause des contraintes budgétaires

Cette initiative de la Commission répond au problème des financements de la garantie pour la jeunesse qui ont été bloqués dans certains États à cause des règles européennes en matière de déficit.

La Suède, par exemple, avait ainsi décidé de ne pas utiliser sa part – 118 millions d’euros. Comme le pays aurait dû débourser l’argent, qui lui aurait été remboursé plus tard par la Commission, cela aurait fait passer son déficit public au-delà de la limite acceptée par l’UE. 

Le chômage touche plus de cinq millions de jeunes européens âgés de 15 à 24 ans, soit un taux de 21,9 % dans l’UE et 23,7 % dans la zone euro. Plus de 33 % de ces jeunes sont au chômage depuis plus d’un an.

C’est en Espagne que la situation est la plus critique, avec 51,4 % de jeunes sans emploi. Le pays recevra donc quelque 943,5 millions d’euros via l’initiative pour l’emploi des jeunes pour la période 2014-2015. Madrid a adopté le programme jeune en décembre 2014.

La Grèce, dont 50 % des jeunes sont sans emploi, devrait recevoir 171,5 millions d’euros pour la même période, dont un préfinancement de 51,5 millions.

>> Lire : Le coup de pouce européen pour l’emploi de jeunes en France

Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission et chargé de l'euro et du dialogue social se félicite de l'initiative. « Avec la proposition d'aujourd'hui, la Commission envoie un message clair : l'emploi des jeunes reste une priorité politique. Nous avancerons environ un milliard d'euros afin de soutenir les efforts des États membres pour permettre aux jeunes de retrouver un emploi, ou de se former davantage. Ce faisant, ils ne contribuent pas seulement à l'économie et à la société grâce à leurs compétences et dynamisme, mais retrouvent aussi leur dignité. »

« La priorité de la Commission européenne est de créer de l'emploi et de la croissance. Cette proposition de la commissaire Thyssen est un bon exemple de mesure très concrète et pratique permettant de lutter plus efficacement contre le chômage des jeunes. C'est ce qu'attendent de nous les citoyens européens », estime pour sa part Manfred Weber, président du groupe du Parti populaire européen au Parlement européen.

Johanna Nyman, présidente du Forum européen de la Jeunesse salue également cette initiative, tout en rappelant que tout n’est pas encore joué : « Nous sommes heureux de voir que la Commission donne enfin au problème du chômage des jeunes l'attention qu'il mérite. La balle est à présent dans le camp des États membres, qui doivent soutenir cette proposition et s'assurer que les financements bénéficient réellement aux jeunes et prendre des mesures afin de leur offrir des emplois de qualité et des programmes leur permettant d'accéder à ces emplois. Il est grand temps d'aider les jeunes à sortir de la crise qui les entrave depuis si longtemps ! »

La proposition de la Commission européenne sur la garantie pour la jeunesse a été présentée en décembre 2012, officiellement adoptée comme recommandation par les États membres au Conseil des ministres le 22 avril 2013 et approuvée en juin 2013 par le Conseil européen.

Les 28 États membres ont soumis leurs plans de mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse et sont en train de la concrétiser. La mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse est surveillée par la Commission dans le cadre du semestre européen.

Le Fonds social européen, qui dispose d'un budget global d'environ 86 milliards d'euros pour la période 2014-2020, est une des sources de financement principales de projet.

Afin de complémenter le Fonds social européen pour les régions où le chômage des jeunes dépasse 25 %, le Parlement européen et le Conseil ont décidé de créer une initiative « Emploi des jeunes » ad hoc.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.