En Pologne, des villes instaurent des « zones sans idéologie LGBT »

Plus de quatre-vingts municipalités se sont déclarées « zones sans idéologie LGBT ». La Commission européenne s’inquiète du risque d’agression. Un article de notre partenaire Ouest-France.

L’homophobie s’étend en Pologne. Il y a d’abord eu des autocollants  « zones sans idéologie LGBT »  distribués par un magazine, à mettre sur sa boîte aux lettres ou sa voiture. Aujourd’hui, ce sont des villes et des régions entières qui s’affirment  « zones sans idéologie LGBT ». Environ quatre-vingts ces six derniers mois, presque toutes situées dans le quart sud-est de la Pologne, la région la plus conservatrice du pays.

« J’ai honte de ma ville »

Filip Sliwa, jeune publicitaire installé à Varsovie, ne reconnaît plus la ville où il a grandi, Debica (45 000 habitants), dans les Basses-Carpates. J’ai honte de ma ville, je ne m’y sens pas en sécurité, contrairement à Varsovie ou Cracovie. Je me sens mal pour mes parents qui y vivent. Eux aussi ont honte, ils sont tristes et en colère. J’ai l’impression que je ne peux plus m’ouvrir au reste de ma famille, à mes tantes, à mes grands-parents.

A l'Est, l’Église catholique ferraille contre la communauté LGBT

l’Église catholique au sein du groupe de Visegràd se montre davantage critique à l’égard de la communauté LGBT. Les prêtes qualifient les LGBT de « peste arc-en-ciel » et d’idéologie marquée par des caractéristiques totalitaires.

Après le Parlement européen, la commissaire en charge de l’Égalité, Helena Dalli, s’est inquiétée, mardi 4 février 2020, des risques d’agressions contre les personnes ainsi désignées à la vindicte. Elle a rappelé que la défense des lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, intersexes et queers serait une priorité de la Commission pour les cinq prochaines années. Sachant que six pays européens ne reconnaissent ni le mariage ni l’union civile pour les personnes homosexuelles : la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie, la Lituanie et la Lettonie.

Lire la suite sur Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.