La Suède veut un commissaire européen aux droits de l’Homme

Udo Voigt siége à la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures [Marek Peters/Wikimedia]

La ministre suédoise en charge des affaires européennes et de la démocratie, Birgitta Ohlsson, invite la Commission à mettre en place un commissaire exclusivement responsable des droits de l’Homme.

« À mes yeux, c’est extrêmement triste de voir que des partis à la fois racistes, xénophobes et populistes ont pris de l’ampleur de différentes manières en Europe. Je pense qu’en tant que défenseurs des libertés et des droits de l’Homme, nous devons mieux lutter contre ce fléau et ce serait une bonne chose d’avoir un commissaire exclusivement responsable des droits de l’Homme », a expliqué la ministre suédoise responsable des affaires européennes et de la démocratie à la radio Sverigesradio.

L’ancien président du Parti national-démocrate d’Allemagne (NPD), Udo Voigt, est connu pour avoir rendu hommage à Adolf Hitler, pour avoir glorifié la Waffen SS, et pour être un révisionniste. Le nouvel eurodéputé, maintenant membre de la commission des libertés civiles du Parlement européen,a en effet affirmé que « maximum 340 000 juifs » avaient péri dans l’holocauste.

>> Lire : Un néonazi entre à la commission des libertés du Parlement européen

Dans le même temps, le Front national (FN) a obtenu 24 sièges lors des européennes. La dirigeante du parti d’extrême droite, Marine Le Pen, a d’ailleurs comparé l’immigration des musulmans avec l’occupation nazie.

Pour l’instant, c’est la commissaire européenne en charge de la justice qui s’occupe des questions liées aux droits de l’Homme. Mais, étant donné que ce commissaire dispose d’autres responsabilités, la ministre suédoise souhaite réaménager cette fonction.

« Cette commissaire s’occupe de nombreux domaines, qui vont de la législation sur le voyage à la justice criminelle, je pense donc que nous avons besoin d’une personne qui se consacre uniquement à la défense des droits de l’Homme dans l’UE », a-t-elle expliqué.

Interrogée sur les intentions de la Suède pour obtenir un tel poste, la ministre a répondu que « bon nombre de commissaires seraient intéressés par ce type de portefeuille dans le cadre de la prochaine Commission ». Mais il est évident que ce poste est nécessaire et nous avons besoin d’un fort consensus [pour soutenir ce projet]. »

Selon le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt, même si les droits de l’Homme sont importants, il doute de l’idée d’un commissaire exclusivement consacré à ce thème.

« Cela pourrait présenter un avantage que ce poste soit également en lien avec d’autres thèmes afin de lui donner plus de poids. Cela risque d’être un peu léger si vous n’avez que ce domaine, étant donné que la compétence juridique revient dans la plupart des cas au Conseil de l’Europe. Cette question doit être abordée afin que ce domaine gagne en importance. Ce thème ne peut être sans importance et ce n’est évidemment pas ce que Birgitta Ohlsson désire non plus », a-t-il indiqué.

La Suède n’a pas encore désigné de candidat pour la prochaine Commission. Selon certaines sources, l’actuelle commissaire libérale, Cecilia Malmström, pourrait rester dans l’exécutif européen même si la Suède se dote d’un gouvernement de centre-gauche après les élections législatives en septembre prochain.

Le Parlement européen a confirmé le candidat tête de liste du groupe de centre-droit (PPE), Jean-Claude Juncker, le 15 juillet au poste de président de la Commission européenne. Il devrait entrer en fonction à partir du 1er novembre.

Ensemble avec le futur président de l'exécutif, le Conseil adopte ensuite la liste des autres membres du collège des commissaires.Ce sont les États membres qui proposent leur candidat à la Commission européenne. L’ensemble de la Commission est également soumise à l'approbation du Parlement européen. Le collège des commissaires est ensuite officiellement désigné par le Conseil européen à la majorité qualifiée.

 >> Lire notre LinksDossier hautes fonctions européennes : à qui le tour ? et notre page sur la nouvelle Commission

  •  14 sept. :élections législatives en Suède

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.