Le football s’interroge sur son empreinte carbone liée aux transports

L'annonce du match Ajax contre Lille

Les déplacements des joueurs et des supporters ont un impact non négligeable sur le réchauffement climatique. Les initiatives se multiplient pour tenter de les réduire.

Tout un symbole. Pour venir disputer leur premier match de poule de Ligue des Champions à Amsterdam face au club de l’Ajax en septembre 2019, les joueurs du Lille Olympique Sporting Club (Losc) ont pris l’Eurostar. Un évènement dans ce milieu : les stars du foot privilégient d’ordinaire l’avion, voire les jets privés, même sur de courtes distances. Mais au-delà du coup de com’, si les mentalités évoluent, les progrès restent encore limités.

Le poids de l’empreinte carbone des déplacements

La première étape d’une démarche climat démarre en effet avec l’évaluation précise des émissions. Or la dernière évaluation sur l’impact du football en France, faite par la Fondation du football date de… 2011. Elle faisait alors état de 35.000 tonnes de CO2 émises, pour les seuls déplacements en voiture des supporters.

Un chiffre bien loin du compte, puisqu’il ne prend pas en compte les émissions liées aux stades, aux évènements exceptionnels et autres grands raouts. La dernière coupe du monde de football organisée en 2018 en Russie aurait à elle seule été responsable de l’émission de plusieurs millions de tonnes de CO2, à laquelle ont largement contribuées les centaines de milliers de personnes qui se sont rendues sur place.

La Ligue de football veut rendre le football français plus éco-responsable

La Ligue de football professionnel (LFP) s’est lancée dans un partenariat avec le WWF. Objectif : sensibiliser le monde du football à la protection de l’environnement et de la biodiversité.

Les initiatives se multiplient en France

D’après une étude réalisée par le cabinet Ernst &Young, la majorité des clubs français ont mis en place une politique en faveur de l’utilisation du réseau de transports publics vers leur stade, tout en disposant d’une politique d’incitation au covoiturage. Le FC Nantes et la TAN (société de transports nantais) sont convenus d’un accord qui permet aux supporters de se rendre gratuitement au stade les soirs de match. A Lyon, la Métropole a étendu une ligne de tramway jusqu’à la nouvelle enceinte du club de Décines-Charpieu. Du côté de l’Olympique de Marseille, « un partenariat vient d’être conclu avec l’application StadiumGO favorisant le co-voiturage », explique Romain Lauvergnat, fondateur de l’application qui permet de « maximiser le remplissage des véhicules de supporters ».

Les clubs amateurs font aussi preuve d’initiatives

Qui plus est, les 15 000 clubs amateurs de l’hexagone prennent également des initiatives en la matière, « ayant pris pleinement conscience de cet enjeu » comme le rappelle Antoine Miche, président de l’association d’intérêt général France Ecologie Football.

Ainsi, dans la commune de L’Isle-d’Abeau, située dans le département de l’Isère, « le club rembourse les frais liés au covoiturage pour les transports des joueurs, avec une incitation au taux de remplissage afin d’inciter à réduire les émissions polluantes liées à leurs déplacements en voiture ». Une initiative  récompensée par le fonds de dotation du football français, le « Fondaction du Football ».

Le stade de l'OL tente de réconcilier ballon rond et environnement

La nouvelle enceinte du club de football de l’Olympique lyonnais (OL) a été pensée pour respecter davantage l’environnement.

Supporter

Life Tackle

Life Programme

LIFE TACKLE est cofinancé par le programme LIFE Gouvernance et information en matière d’environnement de l’Union européenne - Référence LIFE17 GIE/IT/000611



Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.