Le Parlement allemand approuve le mariage homosexuel

[@EPA/CARSTEN KOALL]

Le Parlement allemand a approuvé à une large majorité la légalisation du mariage homosexuel avec le blanc-seing de la chancelière Angela Merkel qui avait invité les conservateurs à voter « en conscience ».

L’adoption du « mariage pour tous » a été approuvée par 393 voix contre 226 et quatre abstentions, a annoncé le président du Bundestag, Norbert Lammert.

Angela Merkel a déclaré avoir voté contre l’amendement déposé par le Parti social-démocrate (SPD) en expliquant qu’à ses yeux, un mariage demeure une union « entre un homme et une femme ».

Qualifiant ce vote de « décision personnelle », la chancelière a néanmoins souhaité que la légalisation du « mariage pour tous » apporte « davantage de paix et de cohésion sociale » en Allemagne.

Passé homophobe

L’annonce du résultat du vote a été saluée par des centaines de militants homosexuels rassemblés devant le Bundestag.

« C’est un jour historique pour l’Allemagne », a déclaré Sören Landmann, militant de longue date du mariage gay.

« Aujourd’hui, des milliers de couples de même sexe ont obtenu l’égalité, et la société à deux vitesses en matière d’amour a été abolie. L’Allemagne peut réellement se réjouir. »

Le vote a une résonance particulière en Allemagne, toujours hantée par un passé homophobe virulent.

Le Bundestag avait déjà fait un premier geste cette année en accordant un dédommagement à des centaines d’homosexuels emprisonnés en vertu d’une loi du 19e siècle, durcie par les nazis, qui n’a été abrogée qu’en 1969 lorsque l’homosexualité a été légalisée en ex-Allemagne de l’Ouest.

Angela Merkel avait qualifié mercredi d’« embuscade » tendue à son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), l’amendement déposé par le SPD, partenaire minoritaire au sein de la coalition gouvernementale.

Merkel lève son opposition de principe au mariage gay

Angela Merkel a levé soir son opposition de principe au mariage gay en Allemagne, au moment où son parti conservateur est sous pression croissante sur ce sujet avant les élections législatives de septembre. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Merkel critiquée de toutes parts

Le sujet continue en effet de diviser les élus conservateurs et leur électorat à l’approche des élections législatives du 24 septembre.

La décision de la chancelière d’autoriser les députés de la CDU à voter selon leur conscience a provoqué la colère de l’aile la plus conservatrice de son parti.

« Cela va à l’encontre du programme de la CDU, qui stipule que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme, donc les décisions de la CDU n’ont clairement aucune valeur », a vitupéré Erika Steinbach, une élue indépendante qui a claqué la porte du parti d’Angela Merkel pour dénoncer sa politique d’accueil des migrants.

Le parti anti-immigration et anti-islam Alternative pour l’Allemagne (AfD) a pour sa part accusé la chancelière d’avoir dépouillé son parti de ses « dernières nuances conservatrices », tandis que l’Église catholique allemande a « regretté » sa décision.

« La reconnaissance de la cohabitation de même sexe peut passer par un autre modèle institutionnel », a fait valoir l’archevêque de Berlin, Heiner Kochof.

Les commentateurs politiques jugent peu probable que le sujet pèse sur le résultat des élections à venir.

Une affaire de conscience

Mais conforté par ce succès, l’un des rares de la législature, le SPD a tenté d’enfoncer le clou en dénonçant la « lâcheté » d’Angela Merkel qui s’est, selon lui, dérobée à sa responsabilité politique en faisant du vote une affaire de conscience.

« Après 17 années au pouvoir, la CDU est devenue lâche », a commenté Hubertus Heil, le secrétaire général du SPD, largement distancé dans les sondages d’intention de vote par le Parti conservateur.

Le « mariage pour tous » deviendra légal en Allemagne lorsque le texte voté vendredi par le Bundestag aura été signé par le président Frank-Walter Steinmeier, ce qui devrait intervenir peu après le 7 juillet.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.