Maillots éco-responsables, ballons éthiques : vers un verdissement des produits de sport en France

De plus en plus d'acteurs du sport en France misent sur des maillots et ballons "éthiques" et "éco-responsables". [matimix/Shutterstock]

Ballons, maillots : beaucoup d’équipements sportifs de base sont produits à l’autre bout du monde et contiennent des plastiques et des produits chimiques, souvent nocifs pour la santé comme pour l’environnement. La bonne nouvelle : dans le monde du sport français, les initiatives pour des produits locaux et écoresponsables se multiplient.

1,7 milliards de tonnes de CO2 : c’est l’impact du secteur textile sur l’environnement chaque année selon des chiffres avancées par WWF, entre autres. Plus généralement, la production d’articles de sport – souvent d’une durée de vie limitée – est un facteur de pollution environnementale non négligeable. En outre, la fabrication de ballons notamment dans des pays comme l’Inde ou le Pakistan soulève la question des conditions de travail. Dans ce contexte, de plus en plus d’acteurs du monde sportif cherchent des modèles de production alternatifs dans le cadre d’une transition vers un sport plus durable.

A l’exemple de la Section Paloise, club de Rugby à Pau. En juillet dernier, le club avait annoncé la sortie d’un maillot de supporters « 100 % vert » dès le début de la saison 2020/21. « Le Maillot le Plus Vert » est pour cela produit à partir de « matière plastique 100 % recyclée ». Plus précisément, chaque maillot est fabriqué avec l’équivalent de 13 bouteilles de 0,5L recyclées. Selon le club, ce maillot est « le symbole de la démarche écoresponsable dans laquelle la Section souhaite s’inscrire sur le long terme. »

Une semaine pour sensibiliser les jeunes à l'environnement à travers le sport

Afin de sensibiliser les jeunes aux thématiques du sport et de l’environnement, l’association nationale des étudiants en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives a organisé fin janvier la 1ère édition de la Semaine Nationale du Sport et de l’Environnement.

Dans une démarche similaire, les premiers équipementiers français se sont lancés dans le défi de la fabrication éco-responsable. A l’instar de Phenix, fabricant français de vêtements d’entraînement, qui se veut le premier équipementier 100 % éco-responsable du sport amateur, selon Ecolosport. Sur son site, Phenix dit effectivement produire ses équipements de sport en utilisant du polyester recyclé. Le fabricant explique également travailler « uniquement avec des encres non-chimiques ». Il propose enfin de fabriquer des produits à l’unité pour ne pas avoir à « produire des équipements qui seront détruits s’ils ne trouvent acquéreurs » et explique produire des maillots sans étiquette afin de produire le moins de déchets possibles.

« Ne produire que ce qui est nécessaire », c’est également l’engagement de Skills, marque de vêtements sportifs qui mise, elle aussi, sur des produits fabriqués à partir de plastique recyclé – ainsi que du « Made in France » pour les tenues de jeu. Le fabricant dit en outre respecter plusieurs normes environnementales autant que sociales dans ses ateliers de fabrication hors-France pour tous les autres articles de sport. La marque garantit ainsi, entre autres, « l’inexistence de produits toxiques » dans ses procédés de fabrication ou encore le respect des droits des travailleurs et du non-travail des enfants.

Fair Play For Planet, un label vert pour accompagner les acteurs du sport dans la transition écologique

Accompagner et reconnaître les acteurs du sport qui s’engagent pour l’environnement : tel est le but du label « Fair Play For Planet », crée récemment par l’ancien rugbyman français Julien Pierre.

Côté ballon aussi, les choses bougent : créée à Nantes en 2019, la marque Rebond propose par exemple des ballons éthiques et éco-responsables. Car « à l’heure où nous tendons vers un monde plus sain (…), le ballon fait office de mauvais élève à travers ses matériaux utilisés et dans ses modes de production », peut-on lire sur son site. La marque exprime donc son « ambition de développer les premiers ballons de sport sans produits chimiques ou procédés polluants. » Pour cela, elle dit miser sur des matériaux bio-sourcés, recyclés ou up-cyclés (c’est-à-dire fabriqués à partir de « produits dont on n’a plus l’usage » et dont les matériaux sont transformés en « produits de qualité ou d’utilité supérieure »). Enfin, le ballon proposé par Rebond se veut également un produit artistique et éthique : « dessiné par un artiste nantais » il est « produit dans une usine engagée pour le respect du commerce équitable », selon le fabricant.

Spécialisé dans les ballons de rugby, la marque BeRugbe propose, elle, des ballons « éthiques » depuis 2016 déjà. La fabrication, en France, mais aussi en Inde et au Pakistan, « respecte la charte du commerce équitable », fait-elle savoir sur son site. Selon Ecolosport, la marque a en outre « supprimé ses emballages en plastique (…) pour la livraison de ses ballons ovales » dans le cadre de sa démarche éco-responsable.

Transition verte : quel rôle pour les managers de football ?

Bonne volonté mais un engagement encore trop faible : un rapport publié mardi (2 février) par Life Tackle fait la lumière sur le rôle des managers de football dans la transition vers un sport vert et durable.

Supporter

Life Tackle

Life Programme

LIFE TACKLE est cofinancé par le programme LIFE Gouvernance et information en matière d’environnement de l’Union européenne - Référence LIFE17 GIE/IT/000611



Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer