Meurtre d’une journaliste à Malte : le Premier ministre devrait quitter ses fonctions en janvier

EPA-EFE/JULIEN WARNAND

Le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, soupçonné d’interférences dans l’enquête sur l’assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia, devrait quitter ses fonctions en janvier 2020, selon des sources du le Parti travailliste. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Joseph Muscat va prochainement annoncer qu’il y aura une élection pour la direction du parti le 18 janvier, ont indiqué ces sources, précisant qu’il démissionnera formellement quand le nouveau chef sera choisi.

Dans le système parlementaire maltais, le Premier ministre est systématiquement le chef du parti qui remporte les élections législatives.

Les sources n’ont pas indiqué quand, ni comment — peut-être lors d’une allocution télévisée au pays — Joseph Muscat ferait une annonce officielle. Mais elles ont souligné qu’il ne resterait pas à son poste au-delà du 18 janvier 2020.

La pression s’est intensifiée ces derniers jours sur le chef du gouvernement travailliste pour qu’il démissionne immédiatement de ses fonctions.

La liberté de la presse toujours plus menacée en Europe

Un climat d’impunité se fait ressentir dans de nombreux pays d’ Europe où la liberté de la presse est toujours plus menacée, selon l’étude annuelle de la plateforme du Conseil de l’Europe pour la sécurité des journalistes.

La famille de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia, l’opposition (Parti nationaliste) et des mouvements civiques l’ont accusé d’interférer dans l’enquête en protégeant, notamment, son bras droit et chef de cabinet, Keith Schembri.

« Vrai commanditaire » ?

Dans la nuit du jeudi 28 au vendredi 29 novembre 2019, Joseph Muscat a annoncé, au terme d’un conseil des ministres très agité selon des témoins, le rejet d’une mesure d’immunité en échange d’informations pour Yorgen Fenech, un entrepreneur soupçonné d’être l’un des commanditaires du meurtre de la journaliste, arrêté le 20 novembre 2019 alors qu’il tentait de fuir l’archipel sur son yacht.

Samedi 30 novembre 2019, au soir, Yorgen Fenech, 38 ans, a été inculpé officiellement pour complicité dans le meurtre de la journaliste tuée par une bombe placée par trois exécutants, arrêtés peu après les faits.

Au tribunal, étaient présents le mari de Daphne Caruana Galizia, ses trois fils, ses trois sœurs, ses parents et deux de ses nièces.

Yorgen Fenech, copropriétaire du puissant groupe familial Tumas (hôtellerie, automobile, énergie) a désigné cette semaine Keith Schembri comme le vrai commanditaire de l’assassinat.

Le chef de cabinet de Joseph Muscat a démissionné de ses fonctions en milieu de semaine en même temps que le ministre du Tourisme, Konrad Mizzi, et le ministre de l’Économie, Chris Cardona. Entendu par la police, Keith Schembri est cependant ressorti libre, jeudi 28 novembre 2019, au soir, déclenchant la colère de la famille la journaliste.

Des milliers de manifestants dans la rue

Au moins deux témoins et de multiples indices impliquent Schembri dans l’assassinat », a-t-elle dénoncé dans un communiqué, fustigeant un Premier ministre qui « continue de jouer les juges, le jury et l’exécuteur [de peines] dans une enquête qui implique trois de ses plus proches collègues. »

Des milliers de manifestants étaient descendus, vendredi, dans la rue, pour réclamer la démission de Joseph Muscat, pour la sixième fois en deux semaines, depuis l’arrestation spectaculaire de Yorgen Fenech, le 20 novembre 2019, alors qu’il fuyait l’archipel sur son yacht de luxe.

Joseph Muscat « a toujours dit qu’il allait partir bientôt et, maintenant, il sent que le moment est venu. Mais il veut d’abord que [l’enquête sur] le meurtre de Daphne Caruana Galizia soit résolu sous sa supervision comme il l’avait promis », ont indiqué les mêmes sources du Parti travailliste.

Joseph Muscat, 45 ans, au pouvoir depuis 2013, est à mi-mandat après avoir été réélu en juin 2017 à l’issue d’un scrutin anticipé. Celui-ci avait été convoqué en raison d’accusations de corruption touchant son entourage, après la publication des Panama Papers, qui révélaient l’existence au Panama de nombreux comptes offshore ouverts par des entreprises et personnalités du monde entier.

L’UE renforce la protection des lanceurs d’alerte

Les ministres de l’UE ont adopté lundi une directive permettant de protéger les lanceurs d’alerte, qui pourront avertir l’opinion publique d’un scandale financier, sanitaire ou environnemental sans crainte de représailles.

Lire la suite sur : Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.