Nestlé va finalement adopter le Nutri-Score au niveau européen

NutriScore

Nestlé, le géant suisse de l’agroalimentaire qui commercialise notamment les marques Nestea, KitKat, Buitoni ou Nesquik, va adopter l’étiquetage nutritionnel simplifié Nutri-Score pour tous ses produits vendus en Europe. Un article de notre partenaire Ouest-France.

 Le groupe Nestlé à l’échelle européenne souhaite annoncer son soutien et son passage progressif à la mise en place du Nutri-Score ». C’est ce qu’a indiqué ce mercredi 26 juin au matin le directeur général de Nestlé France Pierre-Alexandre Teulié. Alors que le géant suisse de l’agroalimentaire a longtemps été réticent à l’idée d’appliquer ce système d’étiquetage.

Le groupe détaillera à la rentrée l’agenda du déploiement, qui devrait durer deux ans, et débutera dans les pays qui soutiennent d’ores et déjà le Nutri-Score.

Déjà en place en France, mais… facultatif

Déjà en place en France depuis l’automne 2017, mais de façon facultative en raison de la réglementation européenne actuelle, ainsi qu’en Belgique et en Suisse, le Nutri-Score est basé sur cinq lettres (A, B, C, D et E) et un code couleurs, du vert au rouge, selon la qualité nutritionnelle de l’aliment.

« On va être très clair, ce n’est pas possible », d’avoir des A partout, « par contre être le meilleur dans chaque catégorie, c’est l’objectif qu’on peut raisonnablement viser », indique Pierre-Alexandre Teulié.

« L’enjeu ce n’est pas de la poudre chocolatée contre une pomme, c’est de trouver parmi les poudres chocolatées celle qui a la meilleure qualité nutritionnelle », explique-t-il.

> Lire aussi. Les cinq fruits et légumes par jour c’est lui, Serge Hercberg pourfend la malbouffe depuis 40 ans

Cinq multinationales refusent encore le Nutri-Score

Nestlé a fait partie en 2017 d’un groupe de six multinationales (avec Coca-Cola, PepsiCo, Mars, Mondelez et Unilever) qui refusaient le Nutri-Score et appelaient à utiliser un autre système baptisé Evolved Nutrition Label (ENL), basé sur une approche par portions. Il avait ensuite quitté cette alliance.

>>Lire la suite sur Ouest-France.fr

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.