Paris 2024 a dévoilé sa stratégie pour des JO éco-responsables

« L’objectif principal de Paris 2024 est d’éviter et de réduire les émissions de GES liées à l’évènement », selon le comité d'organisation. [lazyllama/Shutterstock]

Les Jeux Olympiques qui auront lieu à Paris en 2024 seront le « premier évènement sportif au monde » ayant un impact positif sur le climat. C’est en tout cas l’ambition affichée par le conseil d’administration du Paris 2024 qui a approuvé, mi-mars, sa stratégie climat.

Cette stratégie sera axée sur trois piliers, selon un communiqué de Paris 2024 : le comité en charge de l’organisation des Jeux Olympiques (JO) et Paralympiques (JP) d’été s’engage à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à l’évènement, à soutenir des projets à contribution positive pour le climat et à mobiliser les parties prenantes à maximiser leur impact positif sur le climat à long terme.

« L’objectif principal de Paris 2024 est d’éviter et de réduire les émissions de GES liées à l’évènement », selon le communiqué. Un objectif que le comité souhaite atteindre à travers un éventail d’actions, parmi lesquelles figurent l’utilisation d’énergies renouvelables pour tous les lieux évènementiels accessibles en transport public, un plan de restauration durable ou encore l’emploi d’équipements sportifs temporaires et à faible bilan carbone.

« Au total, Paris 2024 réduira les émissions liées à l’évènement de 50 % comparé aux éditions antérieures des Jeux », annonce le comité d’organisation.

Le Stade toulousain devient actionnaire pour la planète

Le Stade toulousain a annoncé le mois dernier un partenariat avec Time for the planet, une initiative qui permet à des citoyens, des fonds d’investissement, des banques ou encore des entreprises d’investir à partir de 1 euro pour lutter contre le dérèglement climatique.

Cette ambition seule ne suffira toutefois pas pour faire des JO de 2024 un évènement l’impact carbone neutre voire positive. Raison pour laquelle le comité « s’engage à compenser toutes les émissions qui ne peuvent être évités en soutenant des projets de prévention et de capture de CO2 ». Paris 2024 souhaite ainsi investir dans des projets au niveau international, mais aussi « contribuer au développement de projets locaux » en France. Ces derniers seraient « essentiels dans la lutte contre le changement climatique et fournissent d’autres bénéfices, comme la protection de la biodiversité ou l’amélioration de la qualité de vie des citoyens ».

Enfin, afin d’arriver à honorer ses ambitions, Paris 2024 dit vouloir « assurer que les Jeux servent de plateforme pour accélérer l’action climat au niveau local ». Pour cela, le comité « partagera des outils et des méthodologies pour changer les habitudes et guider les parties prenantes » dans la réduction de leurs émissions de GES.

Le comité a par exemple lancé son application « Climate Coach », censée aider ses employés à réduire leur empreinte carbone personnelle et professionnelle. D’ici 2022, Paris 2024 souhaite également créer un « calculateur d’empreinte carbone » pour les évènements sportifs qui sera « mis à disposition de l’industrie ». Le comité dit en outre « encourager ses partenaires commerciaux et ses fournisseurs d’appliquer des critères de durabilité et de neutralité carbone à 100 % de ses acquisitions pour les Jeux » dans le cadre de sa « stratégie d’acquisition responsable ».

Football Ecologie France appelle à l' "éco-supporterisme"

Le football n’est aujourd’hui pas perçu comme un sport éco-responsable – mais il a les moyens de devenir l’un des vecteurs majeurs de la transition écologique : tels sont les résultats de la consultation « Football et Transition Écologique » publiée vendredi (5 mars) par Football Écologie France.

Supporter

Life Tackle

Life Programme

LIFE TACKLE est cofinancé par le programme LIFE Gouvernance et information en matière d’environnement de l’Union européenne - Référence LIFE17 GIE/IT/000611



Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer