Retraites : une majorité de Français favorable à la grève du 5 décembre

[Julien de Rosa/EPA/EFE]

Près de 60% des Français interrogés par BVA pour La Tribune, RTL et Orange sont prêts à soutenir la grève programmée le 5 décembre prochain pour protester contre les retraites. Un article de notre partenaire La Tribune.

Le gouvernement avance en terrain miné. Selon le dernier baromètre réalisé par BVA pour La Tribune, Orange et RTL, 6 Français sur 10 approuvent la prochaine journée de grève programmée le 5 décembre prochain pour contester la réforme des retraites. À l’opposé, 4 répondants sur 10 s’opposent au débrayage. Le mouvement de grève dans les transports début décembre « va être très fort », a prédit mercredi dernier le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, rappelant que son organisation appelait à des grèves reconductibles, mais sans s’avancer sur une poursuite du mouvement jusqu’à Noël.

Edouard Philippe se dit déterminé alors que l'appel à la grève en décembre s'étend

La détermination du gouvernement s’oppose à une grogne sociale protéiforme qui résiste à la relative embellie économique. Syndicats, Gilets jaunes et enseignants expriment aussi l’essouflement du contrat social.

En parallèle, plusieurs milliers de personnels hospitaliers ont manifesté jeudi après-midi pour dénoncer la crise actuellement traversée par les hôpitaux publics. Ils réclament notamment « un plan d’urgence ». Un an après le début de la mobilisation des gilets jaunes et même si la fièvre du mouvement est retombée, le gouvernement doit toujours faire face à un volcan social. La crainte d’une convergence des luttes pourrait grandir dans les semaines à venir.

Un grève soutenue dans presque toutes les catégories

L’appel à la grève interprofessionnelle calée au début du mois de décembre est défendu en quasi majorité dans toutes les catégories de populations, hormis les retraités (42%) qui ne seront pas concernés, les cadres (45%) et les plus diplômés (42%). Le soutien est particulièrement marqué chez les ouvriers (74%) et les agents du secteur public (70%).

Par ailleurs, 7 Français sur 10 interrogés par l’organisme de sondages pensent que ce mouvement va s’inscrire dans la durée et va se poursuivre au-delà du 5 décembre. À l’inverse, 28% affirment que cette grève ne devrait pas durer. Interrogés sur différents scénarios, 34% des personnes interrogées pensent que le gouvernement va maintenir l’essentiel de sa réforme et 33% déclarent que l’exécutif va poursuivre son projet en le modifiant en profondeur. Enfin, 27% indiquent que le gouvernement va repousser la réforme à plus tard.

Les Français partagés sur le mouvement des gilets jaunes

Le 17 novembre 2018, plusieurs centaines de milliers de gilets jaunes prenaient place sur les ronds-points à la grande surprise d’un bon nombre d’observateurs. Ces cortèges répondaient à l’appel d’un message Facebook pour protester contre la hausse d’une taxe sur les carburants. Un an après le début de cette mobilisation sans précédent, les Français interrogés sur ce mouvement social sont partagés. Ainsi, 42% des personnes expriment un avis positif alors que 45% ont au contraire une opinion négative à l’égard de ce mouvement. Ce sujet suscite d’importants clivages politiques et sociologiques, rappelle l’organisme de sondages.

« Certaines catégories portent un regard plus positif que négatif sur le mouvement, en particulier les jeunes de 18-34 ans (49% de jugements positifs), les ouvriers (63%), les personnes non-diplômées (55%) ainsi que les habitants des zones urbaines ou péri-urbaines (entre 45% et 50% selon la taille de la commune). D’un point de vue politique, le mouvement trouve ses soutiens chez les sympathisants de la gauche hors PS (61%) et notamment les sympathisants de la France Insoumise (83%), ainsi que les sympathisants RN (65%) ».

La popularité de Macron se stabilise

Après avoir atteint un point bas en novembre 2018 à 26% en pleine crise des gilets jaunes, la cote de popularité d’Emmanuel Macron est progressivement remontée avant de se stabiliser au cours des trois derniers mois autour de 36%. En parallèle, la part des opinions négatives s’est consolidée autour de 64% ces dernières semaines. La multiplication des annonces socio-fiscales en faveur des classes moyennes en décembre 2018 et à la fin du grand débat n’a visiblement pas suffit pour reconquérir l’opinion.

Dans le détail, l’ancien ministre de François Hollande « progresse à droite (+ 3 pts chez les sympathisants LR, +1 chez les sympathisants RN) et perd au contraire des points à gauche. Mais surtout, il perd 6 points chez les sympathisants LREM : si son score demeure extrêmement élevé (94% de bonnes opinions), il atteint toutefois son plus bas niveau dans cette catégorie depuis février dernier », rappellent les auteurs du baromètre.

De son côté, le premier ministre Édouard Philippe bénéficie de résultats plus favorables. La part des opinions positives (41%) est plus importante que celle du chef de l’État. À l’inverse, 58% des répondants ont une mauvaise opinion à l’égard du locataire de Matignon.

Europe Écologie-Les Verts, parti le plus populaire

Bien qu’en perte de vitesse depuis le sommet de juin dernier à 61%, Europe Écologie-Les Verts domine les autres formations politiques en présence. Le parti qui s’apprête à changer de secrétaire national dans quelques jours récolte 55% d’opinions positives. Il est suivi de loin par la République en marche. Le parti de la majorité collecte 34% de réponses favorables après 36% en octobre. Surtout, l’érosion des opinions favorables à l’égard du parti présidentiel est spectaculaire depuis le début du quinquennat avec 21 points en moins. Les Républicains et le MoDem occupent la quatrième marche du podium avec 28% de réponses positives. Enfin, le Rassemblement national arrive juste derrière avec 26% d’opinions favorables.

Méthode : Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet du 13 au 14 novembre 2019. Elle a été réalisée à partir d’un échantillon de 968 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage et de la personne interrogée, région et catégorie d’agglomération.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.