Si rien n’est fait, l’égalité entre les sexes ne sera pas atteinte avant 2119

Stand for gender equality in EU. [© European Union 2013 - European Parliament]

99,5 ans. C’est le temps qu’il faudra pour combler l’écart entre les sexes, selon le dernier rapport du Forum économique mondial sur le sujet. Un article de notre partenaire, la Tribune.

Au rythme actuel, l’écart entre les sexes dans les domaines de la politique, de l’économie, de la santé et de l’éducation ne se réduira pas avant 99,5 ans. C’est la principale conclusion du rapport 2020 sur l’égalité des sexes, publié par le Forum économique mondial. C’est mieux qu’en 2018, où l’on estimait qu’il fallait 108 ans pour combler l’écart entre les sexes.

L’Islande demeure le pays le plus égalitaire au monde, suivi de la Norvège, la Finlande, la Suède et le Nicaragua. Le Yémen finit dernier, en 153e position.

La France, de son côté, perd 3 places dans le classement. De 12e en 2018, elle est passée en 15e position cette année, derrière le Danemark et devant les Philippines. Modèle en matière d’instruction (elle se classe 1re du classement), la France doit encore faire des efforts dans le domaine de la « participation et des opportunités économiques » (65e), ainsi que dans celui de la « santé et la survie » (78e).

À noter qu’en 2020, le budget français consacré à l’égalité femmes-hommes devrait doubler, pour atteindre plus d’un milliard d’euros.

Du mieux en politique

L’une des raisons qui expliquent le meilleur score de 2019 par rapport à celui de 2018 est « l’augmentation significative du nombre de femmes en politiques ». « En 2019, expliquent les auteurs du rapport, les femmes occupaient 25,2 % des sièges des chambres basses des parlements dans le monde et 21,2 % des postes ministériels, contre respectivement 24,1 % et 19 % l’année précédente ». Bon point pour la France : elle se place 1re au niveau du nombre de femmes occupant des positions ministérielles.

Au final, estime la fondation, il faudra attendre 95 ans pour atteindre la parité dans le monde politique à l’échelle de la planète, contre 107 ans l’an dernier.

Les femmes toujours sous-représentées dans la prise de décision en Europe

En Europe, le chemin est encore long pour parvenir à l’égalité entre hommes et femmes, et le monde politique n’est pas sans l’ignorer. Un article d’EuroEFE.

L’écart économique se creuse

On ne peut pas en dire autant pour le monde économique, où les écarts se sont, à l’inverse, creusés d’une année sur l’autre. Pour expliquer cette tendance, les auteurs évoquent notamment la moindre représentation des femmes dans les postes d’encadrement ou de direction, mais aussi la stagnation de leur salaire. À ce sujet, le gouvernement a récemment promis une accélération dans le « rattrapage des salaires », afin de revaloriser les retraites des femmes.

Mais les femmes sont aussi touchées par « un triple fléau », poursuit la fondation. D’une part, elles sont surreprésentées dans les fonctions les plus touchées par l’automatisation, telles que le commerce de détail. À l’inverse, elles sont sous-représentées dans les domaines où la croissance des salaires a été la plus forte, à l’image de la Tech.

Enfin, soulignent les auteurs, le « manque d’infrastructures de soins et le manque d’accès au capital limitent fortement les possibilités d’emploi des femmes ». « Dans tous les pays où ces données sont disponibles, détaillent-ils, on constate que les femmes consacrent au moins deux fois plus de temps que les hommes aux soins et au bénévolat, alors que le manque d’accès au capital les empêche de mener une activité entrepreneuriale ».

« Soutenir la parité entre les sexes est essentiel pour garantir des sociétés fortes, cohésives et résilientes dans le monde entier », plaide Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, dans un communiqué.

«L’Europe a fait avancer les droits des femmes»

Des chercheuses et chercheurs se sont penchés sur la place faite aux femmes dans la construction européenne. Pour eux, la politique européenne d’égalité, bien qu’insuffisante, est « le fleuron de l’Europe sociale ». Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe