Un million de citoyens européens demandent à la Commission d’interdire les animaux sauvages dans les cirques

La cérémonie était dirigée par l’association de protection des animaux Eurogroup for Animals et la coalition de protection de la faune sauvage InfoCircos, qui ont lancé la pétition en 2018.

Les membres de la campagne Stop Circus Suffering se sont rassemblés devant le bâtiment Berlaymont de la Commission européenne, mercredi 13 octobre, pour célébrer la collecte d’un million de signatures sur une pétition visant à interdire l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques.

La cérémonie était dirigée par l’association de protection des animaux Eurogroup for Animals et la coalition de protection de la faune sauvage InfoCircos, qui ont lancé la pétition en 2018. Les deux groupes ont remis la pétition aux eurodéputées Eleonora Evi (Verts/ALE) et Anja Hazekamp (la gauche), qui soumettront les signatures à la Commission.

« Un million de citoyens se sont exprimés. Nous devons maintenant transformer cette mobilisation publique en engagement politique. Seule une interdiction à l’échelle européenne peut garantir la fin de ce divertissement dépassé et apporter une solution cohérente et efficace à la souffrance physique et émotionnelle des animaux sauvages dans les cirques », a déclaré Reineke Hameleers, PDG d’Eurogroup for Animals.

Dans une enquête réalisée en février 2021 dans sept États membres, l’Eurogroup for Animals a constaté que 68 % des personnes interrogées estimaient que l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques est cruelle et que les animaux sauvages ne devraient pas être utilisés pour le divertissement public.

« Les citoyens européens en ont assez des animaux sauvages maltraités dans les cirques », a déclaré Marta Merchan, coordinatrice d’InfoCircos.

Four Paws, l’un des 81 groupes de défense des animaux au sein de l’Eurogroupe pour les animaux, était présent à la cérémonie de mercredi.

« Il est plus que temps de mettre fin à cette pratique cruelle et d’adopter une interdiction coordonnée et complète de l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques à l’échelle de l’UE », a déclaré Pierre Sultana, directeur du bureau des politiques européennes de Four Paws.

Risques et solutions

Dix-neuf États membres de l’UE ont adopté des interdictions nationales concernant l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques, dont trois interdisent l’utilisation de toutes les espèces, selon un récent rapport de l’Eurogroupe pour les animaux.

Le Royaume-Uni et cinq États membres de l’UE ont mis en place des restrictions générales pour protéger les animaux dans les cirques. L’organisation précise toutefois que les réglementations ont tendance à varier d’un pays à l’autre et qu’elles n’existent pas encore dans plusieurs États membres.

De nombreux pays de l’UE autorisent encore le transport d’animaux de cirque à travers leurs frontières pour se rendre dans des pays où les cirques peuvent se produire sans restrictions. Cela pose un grave problème de sécurité publique ainsi que des risques pour la santé et le bien-être des animaux, ont déclaré les experts.

« Les animaux sauvages dans les cirques souffrent énormément de privations physiques et sociales, et leur dressage est souvent basé sur la punition. Les animaux qui sont contraints de vivre dans des conditions non naturelles peuvent réagir de manière à mettre en danger leurs dompteurs », a déclaré Mme Evi.

Les dirigeants de l’organisation ont souligné l’importance d’une interdiction à l’échelle européenne, car les interdictions nationales n’empêchent pas le transport transfrontalier d’animaux sauvages.

Eurogroup for Animals a recensé 14 pays de l’UE avec un total de 254 cirques hébergeant des animaux sauvages. L’Allemagne arrive en tête de liste, avec 75 cirques et environ 200 animaux sauvages, à l’exclusion des camélidés (une catégorie d’animaux qui comprend les chameaux, les alpagas et les lamas).

Le rapport comprend également des informations sur les centres de secours et les sanctuaires en Europe et en Afrique du Sud, qui ont tous été jugés « particulièrement appropriés pour sauver les animaux de cirque. »

« Le soutien du public à l’utilisation d’animaux sauvages pour le divertissement a disparu depuis longtemps », a déclaré Anja Hazekamp. « Il est temps de montrer aux générations futures que les animaux méritent notre respect et notre protection et ne doivent pas souffrir dans les cirques. »

Prédation : "désemparés", les éleveurs français manifesteront ce vendredi, notamment au sujet des chiens de protection

Les syndicats agricoles français appellent à une journée de mobilisation nationale le 15 octobre – mais le sujet préoccupe aussi au-delà des frontières françaises, comme en témoigne la création d’un groupe de travail au Parlement européen.

Subscribe to our newsletters

Subscribe